Les Bleus peuvent-ils perdre contre l'Italie ? - We Sport FR - "Partageons notre passion !"

Les Bleus peuvent-ils perdre contre l’Italie ?

Ce vendredi soir, à 20h45, l’équipe de France affronte à l’Orange Vélodrome de Marseille l’Italie. Les Bleus, qui ont toujours évolué en région parisienne à l’occasion du Tournoi des V puis des VI Nations (successivement à Colombes, au Parc des Princes et depuis 1998 au Stade de France) évolueront pour la première fois en Province. Cela leur portera-t-il chance ? Il vaudrait mieux car une défaite contre nos voisins transalpins ferait très mauvais effet.

D’ailleurs, la France peut-elle perdre contre l’Italie ? Nous avons recensé trois raisons qui nous font craindre le pire et trois raisons qui nous font espérer que non.

Malheureusement oui

  • Parce que le XV tricolore est actuellement englué dans une spirale négative dont on se demande quand elle se finira. Déjà vaincus lors des deux premiers matchs du Tournoi 2018 (à domicile en ouverture du Tournoi face à l’Irlande et il y a deux semaines en Ecosse), les Bleus n’ont plus gagné depuis le 18 mars 2017 et une victoire 20-18 acquise après plus de 18 minutes d’arrêts de jeu contre le Pays de Galles dans le dernier match du Tournoi des VI Nations 2017. Depuis, la France a concédé sept défaites et un match nul, d’abord en juin dernier en Afrique du Sud (trois tests-matchs consécutifs perdus face aux Springboks), puis en automne face à la Nouvelle-Zélande (deux défaites) et un nul à la saveur de défaite face aux modestes japonais en inauguration (sportive) de la U Arena de Nanterre, et donc les deux défaites de février 2018.
  • Parce qu’elle a déjà perdu par le passé contre l’Italie. Peu de monde, certainement, se souvient de la défaite 32-40 à Grenoble de la France contre l’Italie en mars 1997. Il s’agissait pourtant de la première défaite des Bleus face aux transalpins. S’il ne s’agissait pas d’un match du Tournoi des VI Nations (l’Italie n’en faisait alors pas encore partie), la France a depuis connu deux autres défaites, dans le Tournoi cette fois. D’abord en 2011 d’un tout petit point (22-21), puis deux ans plus tard (en 2013), sur un écart « un peu » plus conséquent (23-18). Vu la confiance actuelle qui semble régner dans l’équipe, on se dit qu’une première défaite dans le Tournoi, cette fois à domicile, pourrait très bien arriver ce vendredi soir. D’ailleurs, souvenons-nous que la victoire au Stade de France en 2016 face aux italiens (dernier match à domicile contre ce pays dans le cadre du Tournoi) fut très difficile à acquérir : de deux petits points, 23-21 !
  • Parce qu’elle sera privé de l’unique joueur capable de marquer des essais depuis le début du Tournoi. En effet, la France n’a inscrit que trois essais depuis le début du Tournoi (un contre l’Irlande, deux en Ecosse). Les trois l’ont été par le même joueur : Teddy Thomas. Problème : le racingmen fait partie des huit joueurs sanctionnés après leur virée en Ecosse il y a deux semaines. Il ne figure donc pas dans le groupe qui affrontera les italiens vendredi soir. Un autre joueur prendra-t-il la relève ?

Crédit photo : sports.fr

Bien sûr que non !

  • Parce que l’Italie c’est très faible. Si l’autre équipe en bleu du Tournoi a connu de « meilleurs » résultats il y a quelques saisons (sous la direction de Jacques Brunel, l’actuel sélectionneur de l’équipe de France notamment), il n’en reste pas moins que depuis deux ans le XV italien est redevenu une machine à perdre. Certes en novembre 2016, l’Italie a vécu une victoire historique (20-18) à Florence face à l’Afrique du Sud, mais ce ne fut que la seule éclaircie dans le ciel sombre des derniers matchs. Dans l’actuel Tournoi, elle a déjà été balayée d’abord à Rome par l’Angleterre (15-46), puis à Dublin face à l’Irlande (56-19). Sergio Parisse, sa seule vraie « star », est aujourd’hui un joueur vieillissant. A 34 ans et après 130 sélections, il peine à enchaîner les matchs (preuve en est ses dernières saisons avec le Stade Français Paris : seulement six matchs disputés en Top 14 en 2017/2018, à peine treize matchs en 2016-2017 …), victime trop régulièrement de blessures. Et derrière lui, personne ne semble prendra la relève du leadership

    Crédit photo : Rugbyrama

  • Parce que les défaites contre l’Irlande et en Ecosse ont permis d’entrevoir quelques espoirs. Certes il est toujours difficile de trouver du positif dans les défaites. Néanmoins face au XV du Trèfle, les Bleus ont prouvé qu’ils pouvaient être solides. Et à Murrayfield, la première mi-temps fut prometteuse. Malheureusement c’est sur la longueur qu’elle a eu du mal à tenir. Espérons donc qu’elle fasse enfin un match complet ce vendredi soir.
  • Parce que l’on va enfin gagner un match, b….. de m…. ! Oui je sais c’est faible comme argument, mais on est tellement déprimé en ce moment …
A propos de l'auteur

Ch'ti fan de foot et de rugby qui vit des heures difficiles avec les équipes qu'il supporte. Mais "il y aura des jours meilleurs", hein ...

Poster un commentaire

justo dictum id facilisis in lectus amet,