Boxe

Boxe : Tony Yoka à cœur ouvert sur ses ambitions pour 2022

Pour une fin d’année 2021 qui aura vu son combat contre Martin Bakole reporté à cause des jauges imposées contre la Covid-19, c’est un Tony Yoka à la fois dégoûté et déçu qui s’est confié il y a quelques jours au journal l’Equipe. Le boxeur pour l’occasion n’a pas manqué de rappeler à qui voulait l’entendre qu’il est plus que jamais déterminé à monter en grade et à prendre de la consistance sur l’échiquier mondial du noble art.

Une crise sanitaire qui n’en finit plus de faire des vagues,

La dernière fois que Tony Yoka est monté sur un ring, c’était le 10 septembre 2021. D’aucuns se rappellent encore comme si c’était hier cette victoire par KO au 7e round sur le central de Roland-Garros contre le Croate Peter Milas. Depuis lors, plus rien. Et pourtant, il était prévu pour ce 15 janvier un retour sur scène du boxeur de 29 ans pour un duel qui s’annonçait épique face au congolais Martin Bakole 29 ans lui aussi, 17e mondial, 17 victoires et une défaite seulement. Mais voilà, les jauges gouvernementales obligent, la tenue du combat s’écrit à date toujours en pointillés. En effet, 5.000 spectateurs avaient déjà pris leur ticket pour assister au spectacle à l’Accor Arena quand les mesures sanitaires en préconisent 2.000 pour un spectacle en intérieur depuis le 03 janvier. Un cinglant revers, un contre-pied monumental aux objectifs et ambitions pour l’année de Yoka et de son promoteur Jérôme Abiteboul. Et comme pour crier son exaspération, ce dernier déclara à l’occasion toujours dans les colonnes du quotidien l’Equipe « une jauge de 2000 spectateurs, ce n’est pas viable économiquement, ça pousse à un désastre financier ».  Un nouveau coup d’arrêt, encore un rendez-vous raté  avec le ring et sa singulière sensation des combats officiels qui n’a pas manqué de provoquer l’ire de l’athlète. “Ça me dégoûte”, confia au cours de cette longue interview celui qui est connu pour son franc-parler. Pour la petite histoire, le poids lourds français avait déjà changé ses plans après la blessure de Carlos Takam, son challenger initial pour la présente confrontation.

De grosses ambitions affichées pour 2022,

La frustration et la colère liées au report de son duel face à Bakole n’étiolent pas pour autant la détermination et la hargne de Tony Yoka. Fort de ses 11 victoires en autant de combats (dont 9 KO) et de sa 19e loge au classement mondial, le natif de la région parisienne vise désormais plus haut et lorgne les places les plus clinquantes. Pour l’année qui commence, il ne veut plus se contenter des mièvres. “2022 sera une grande année, prévient-il. ‘’Je suis mieux placé dans la hiérarchie des lourds, j'ai vraiment hâte de me mesurer à Bakole qui est mieux classé que moi.”  Même si pour l’heure, cette coercition liée aux jauges qui l’empêche de manœuvrer à sa guise est encore d’actualité, Tony Yoka sait où il veut aller et comment y arriver.  “Je veux faire des gros combats, avoir mon mot à dire dans cette catégorie”, explique-t-il tout en précisant qu'il aimerait avoir sa chance aux Etats-Unis.

‘’Je le boxe tous les jours, Joshua’’

Il y a quelques semaines au micro de RMC, Anthony Joshua affirmait ‘’je suis prêt à combattre Yoka n’importe quand comme tous les autres dans cette division’’. Etant son prédécesseur comme champion olympique, un duel entre le français et le britannique plane dans l’air un peu comme une épée de Damoclès depuis quelques années déjà. Bien évidemment au cours de son interview, Yoka a été appelé à réagir aux propos de l’ancien champion du monde. Il n’y va pas de main morte.

“Mais moi, je le boxe tous les jours, Joshua’’ a répondu le Français.  ‘’Je ne suis pas de ceux qui se cachent ou veulent prendre le moins de risques possible. J'ai 29 ans, ça y est, c'est bon, je suis prêt à affronter ces mecs-là”. Un peu comme un pied de nez à ses détracteurs qui lui reprochent de ne pas combattre des boxeurs de “premiers choix”, Yoka  a tenu à rappeler que ce n’est pas lui qui décide et que si cela ne tenait qu’à lui, il y a longtemps qu’il se serait frotté à une grosse écurie. “En boxe, tout peut aller très vite. Il suffit qu'il y en ait un qui te donne ta chance. Et si tu le bats, c'est bon”, conclut-il. Avec l'espoir que cette chance arrive très vite.

Les regards sont désormais tournés vers l’après ‘’jauges’’ afin de revoir très vite Tony Yoka sur le ring. Autant dire que nous sommes pressés d’autant plus que comme l’a reconnu le boxeur lui-même : il veut maintenant jouer dans la cour des plus grands et prouver à tout son monde qu’il vaut bien plus que ce que l’on veut bien lui donner…

Dernières publications

En haut