Championnats de France (tennis de table) : Le titre pour Can Akkuzu !

C’était la troisième et dernière journée de ces championnats de France de tennis de table au Mans. On jouait les demi-finales et les finales des tableaux de simples dames et messieurs. Le tableau messieurs a vu la victoire du jeune Can Akkuzu, qui a battu en finale la surprise Antoine Hachard. Retour sur cette ultime journée de compétition.

 

Des demi-finales aux antipodes

La première demi-finale chez les hommes s’annonçait explosive entre Tristan Flore (tds n°3) et Antoine Hachard (tds n°6). Le début de match est serré, mais c’est Hachard qui trouve la solution dans les moments-clés. Le Caennais, bien que diminué par une blessure aux adducteurs ces dernières semaines, est dans son match. Il prend le jeu à son compte, et ce avec très peu de déchets. Il s’octroie ainsi les trois premiers sets ! Toujours très propre dans ce qu’il propose, le bourreau de Simon Gauzy est en grande forme, et pousse Flore à la faute, tout en enclenchant le mode « serrure ».

Après le gain expéditif du 4ème set, Flore revient peu à peu dans la rencontre. Grâce à sa variation au service notamment, il tient le rythme imposé par son adversaire. Il sauve même une balle de match dans le 5ème set. Il remet également mieux dans les moments importants. Antoine Hachard commet alors plus de fautes dans la 6ème manche, et la tendance s’inverse.

Nous aurons le droit à une septième manche décisive. C’est là que le moins bien classé des deux joueurs reprend l’avantage en service-remise, et tourne à 5-2 en sa faveur au changement de côté. Fort mentalement, Hachard ne lâchera plus, et peut laisser éclater sa joie. Il est en finale des championnats de France pour la première fois en simple. Il s’est arrêté à notre micro au sortir de ce match haletant.

Il affrontera en finale Jérémy Petiot ou Can Akkuzu.

L’affrontement entre ces derniers sera lui en revanche à sens unique. Le premier set est remporté 11-2 par Akkuzu, qui fait tout mieux que son adversaire. Il étouffe Petiot dès les premiers coups de raquette. Malgré un service rapide dans le revers adverse qui se montre efficace, le pensionnaire de Nice Cavigal n’a pas beaucoup d’autres solutions. Le joueur de Pontoise est bien plus explosif dans cette demi-finale. Petiot est submergé et rué de coups par celui qui était déjà demi-finaliste l’an dernier. Can Akkuzu s’impose 4-1 et sera au rendez-vous de la finale, qu’il avait manqué l’an dernier. Pour faire dans l’originalité, c’est cette fois-ci le vaincu qui est passé à notre micro.

Une finale renversante

Le début de match est de grande qualité. Les deux joueurs se rendent coup pour coup. Comme lors de ses précédentes rencontres, Antoine Hachard s’adapte vite aux défis imposés par son adversaire, ce qui lui permet de prendre les devants. A l’issue d’un point absolument sensationnel, le joueur caennais s’octroie la deuxième manche 11-9 et fait le premier break.


Rapidement mené dans le troisième set (0-3), Can Akkuzu utilise son temps mort pour casser le rythme, ce qui lui réussit bien puisqu’il recolle finalement à deux sets à un (11-7). Le pensionnaire de Pontoise est bien mieux dans ce milieu de rencontre. Il sert mieux et surtout de façon à ce qu’il puisse prendre l’initiative en premier afin d’agresser son adversaire. Son démarrage en pivot dans le revers d’Hachard se montre pour le moins efficace. La combinaison de tous ces ingrédients lui permet ainsi de revenir à égalité, deux manches partout !

A 0-3 dans le cinquième, c’est au tour d’Antoine Hachard d’user de son temps mort pour tenter d’inverser la tendance. Malheureusement pour lui, ça ne lui saura pas favorable comme ça l’avait été pour Akkuzu. Ce dernier a semble-t-il trouvé la clé au service et en remise. Hachard va de nouveau devoir montrer toute sa force de caractère s’il veut revenir dans cette partie. Mais cette fois-ci, ça ne suffira pas. Sur une dernière attaque de coup droit, Can Akkuzu s’écroule au sol. Il devient champion de France pour la première fois ! Nous avons recueilli sa réaction à chaud.


Au terme d’une très belle édition, nous vous remercions de nous avoir suivi tout au long du week-end, et vous donnons rendez-vous à Belfort pour l’édition 2020 !

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

 

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

facilisis vel, libero luctus mattis ipsum