Cyclisme

Championnats du Monde Route UCI 2022 : 10 coureurs à suivre !

Championnats du Monde

Les stars s'alignent pour tenter de remporter le maillot arc-en-ciel lors de la course sur route élite des Championnats du Monde Route UCI à Wollongong, en Australie.

La pièce maîtresse du circuit sera la montée de Mount Pleasant et sa descente éprouvante, abordée une douzaine de fois. Cette course opposera les puncheurs aux stars du Grand Tour et aux sprinters endurcis qui se disputeront le maillot arc-en-ciel.

La Belgique sera favorite, avec deux des meilleurs coureurs de la saison dans son équipe, mais on peut s'attendre à une course agressive avec 3 945 m de dénivelé sur 267 kilomètres. Les capacités variées des favoris d'avant la course tels que Wout van Aert, Mathieu van der Poel et Tadej Pogačar signifieront également des désirs différents quant à la façon dont la course sera menée. Cela devrait créer une dynamique fascinante.

Les Championnats du monde de cyclisme sur route n'ont pas eu lieu en Australie depuis 2010, une course qui a vu Thor Hushovd battre Matti Breschel et le favori local Allan Davis dans le sprint final à Melbourne.

Wout van Aert (Belgique)

Pour un favori d'avant course, ne cherchez pas plus loin. Il est difficile de trouver un parcours qui ne convienne pas à Van Aert, qui a plus de facettes qu'un dodécaèdre, puisque les sprints massifs, les contre-la-montre, les étapes montagneuses du Grand Tour, les courses d'un jour vallonnées et les classiques pavées sont tous dans son domaine.

Vous savez que le Belge est sérieux lorsqu'il rate le contre-la-montre des Championnats du monde et une autre médaille probable pour se lancer à fond dans la course au titre sur route, qui lui a échappé jusqu'à présent. Les victoires de la Bretagne Classic-Ouest France, de la E3 Saxo Bank Classic et de l'Omloop Het Nieuwsblad cette saison témoignent de son talent, tout comme sa deuxième place à Paris-Roubaix et sa troisième à Liège-Bastogne-Liège.

Son sprint est dévastateur, mais les près de 4 000 mètres d'ascension du parcours australien risquent de lui faire perdre un peu de sa fraîcheur et de sa vitesse d'arrivée, comme on a pu le constater lorsque Pogačar l'a battu au GP de Montréal. C'est là que le bât blesse : ses chances de victoire dans les courses les plus prestigieuses ont parfois été réduites à néant par le fait qu'il était suivi par ses rivaux, peu enclins à contribuer, alors que les échappées restaient en tête. Aucun coureur ne voudra remorquer le maillot vert du Tour de France en titre jusqu'à l'arrivée.

Être ridiculement polyvalent n'est pas toujours un avantage. Pensez à la quatrième étape du Tour de France cette année : Van Aert pourrait s'en sortir en étant à l'avant et en surprenant ses poursuivants plutôt que d'être usé par des attaques répétées ou de devoir compter sur ses poursuivants.

Mathieu van der Poel (Pays-Bas)

Après une performance insuffisante sur le Tour de France, où il est resté anonyme et frustré, le Néerlandais a pris du recul cet été pour se préparer à son dernier objectif de la saison sur route. Son palmarès dans les courses d'un jour du World Tour cette saison est enviable, avec des victoires à Dwars Door Vlaanderen et au Tour des Flandres, une troisième place à Milan-San Remo, une quatrième à l'Amstel Gold Race et une neuvième à Paris-Roubaix.

Il y a peut-être un ou deux démons à exorciser pour Van der Poel. Il a fait une explosion mémorable dans des conditions froides et pluvieuses dans le Yorkshire en 2019 alors qu'il menait la course sur route et a été un protagoniste de la course ultra-attacking de l'année dernière à Louvain. Une équipe néerlandaise forte devrait être unie derrière lui, en tant que leader principal, tandis que Dylan van Baarle est un autre vainqueur du Monument qui offre une option.

Remco Evenepoel (Belgique)

La suite rêvée d'une victoire à la Vuelta a España serait qu'Evenepoel prenne le maillot arc-en-ciel et remporte la 15ème victoire de sa brillante année. Le plus récent champion du Grand Tour offre un contrepoids idéal à son coéquipier Van Aert, en le soulageant théoriquement, lui et toute l'équipe, en montant sur la route. Si les rivaux veulent gagner, ils devront chasser le talent en forme, et vite. Evenepoel a pris l'habitude de remporter des victoires en solo sur 50 kilomètres, comme récemment lors de la Klasikoa de Donostia San Sebastián.

Un bémol toutefois : sa forme et sa motivation ne seront peut-être pas au niveau de la Vuelta au moment de la course du 25 septembre. Même s'il est légèrement sur le déclin, il peut jouer un rôle central dans la course. La Belgique n'a pas eu de vainqueur chez les hommes d'élite depuis Philippe Gilbert à Valkenburg en 2012, mais avec deux des coureurs cyclistes de 2022 sous leurs couleurs, c'est une chance inespérée.

Cependant, la communication et la cohésion de l'équipe seront essentielles. Evenepoel a suscité la controverse il y a 12 mois, lorsqu'il a prétendument séché le briefing de l'équipe et déclaré qu'il avait les jambes pour être champion du monde et qu'on lui a refusé une chance de courir pour lui-même. Ses commentaires ont été accueillis comme un ballon de plomb par Van Aert, mais les deux hommes ont fini par se réconcilier.

Tadej Pogacar (Slovénie)

Pogačar n'est habituellement pas avare d'une attaque et ce parcours roulant jouera en faveur de l'ancien vainqueur de Liège-Bastogne-Liège. Les classiques du printemps ont montré que même dans des courses qui ne sont pas particulièrement adaptées à ses caractéristiques, comme Milan-San Remo et le Tour des Flandres, le Slovène peut définir la course.

La principale ascension du circuit, Mount Pleasant, est-elle suffisamment difficile pour que le double vainqueur du Tour de France laisse tout le monde derrière lui ? Peut-être pas, mais nous avons vu – tout récemment avec son triomphe au GP de Montréal – que si Pogačar réussit, sa vitesse d'arrivée après une longue course est parmi les meilleures.

Son meilleur résultat sur trois participations à des courses sur route pour hommes d'élite est 18e, ce qui est médiocre pour ses normes élevées. Attendez-vous à ce qu'il améliore ce résultat à Wollongong – il y a beaucoup de chemin à parcourir pour rattraper les chiffres.

Michael Matthews (Australie)

Bling” est à surveiller dans un groupe réduit et sera particulièrement motivé pour les championnats du monde à domicile. Après tout, il en a déjà gagné un – il y a 12 ans, à Geelong, il a remporté le maillot arc-en-ciel dans la course des moins de 23 ans. Le Tour de France a montré le fruit de son travail d'entraînement, en remportant une étape à Mende devant des grimpeurs plus expérimentés comme Alberto Bettiol et Thibaut Pinot. Il a fait carrière en étant le plus fort dans les petits sprints groupés et les arrivées percutantes, mais il est sans doute meilleur que jamais sur les parcours difficiles d'une journée.

Sa récente deuxième place au GP de Québec laisse penser que sa forme est en train de s'améliorer. Jai Hindley et Ben O'Connor offriront des possibilités d'attaque, mais soutenir le coureur de BikeExchange-Jayco sera le plan A pour l'équipe locale.

Julian Alaphilippe (France)

Les 12 mois qui ont suivi la conquête de son deuxième maillot arc-en-ciel à Louvain ont été bien loin de ce que le flamboyant Français aurait espéré. La star de QuickStep-AlphaVinyl a des victoires d'étape à son actif à Itzulia Pays Basque et au Tour de Wallonie en 2022, mais suite à une pré-saison perturbée, le printemps a été médiocre par rapport à ses standards olympiques. Et c'était avant de souffrir d'un poumon affaissé, d'une fracture de l'omoplate et de côtes cassées dans une chute à Liège-Bastogne-Liège.

Ces blessures ont gâché les trois mois suivants d'Alaphilippe. Alors qu'il a montré son expérience et sa classe en tant que domestique de luxe pour Evenepoel lors de la Vuelta, une chute lors de la 11ème étape l'a mis hors course et lui a disloqué l'épaule, ce qui signifie un temps d'arrêt supplémentaire et un dernier obstacle à franchir pour pouvoir se présenter sur la ligne de départ.

Compte tenu de son pedigree, le coureur de 30 ans est un joker qui ne peut être écarté. Cependant, ses compatriotes Romain Bardet et Christophe Laporte ont eu des parcours moins tumultueux et peuvent constituer des menaces plus fiables.

Biniam Girmay (Érythrée)

Il y a un an, les foules sont venues en masse en Érythrée pour le retour au pays de Girmay afin de célébrer sa médaille d'argent historique dans la course sur route des Championnats du monde U23. Depuis, le jeune homme de 22 ans n'a cessé de progresser et a fait des débuts fracassants dans le WorldTour, remportant le Trofeo Alcúdia, le Gent-Wevelgem et une étape du Giro d'Italia. Sa sortie de la course a été tout aussi mémorable, puisqu'il a abandonné après s'être blessé à l'œil avec un bouchon de prosecco errant alors qu'il était sur le podium.

Il n'a pas eu beaucoup de jours de course cet été, mais il s'est mieux remis que prévu de ses chutes au Tour de Wallonie et au Circuit Franco-Belge, terminant sixième à la Bretagne Classic-Ouest France, et troisième au GP Québec.

Girmay risque d'être isolé lorsque la course s'intensifiera, l'Érythrée ne disposant pas de la puissance de feu de plusieurs équipes rivales. Mais s'il parvenait à monter sur le podium, ce serait le plus grand résultat de l'histoire du cyclisme africain – et imaginez les réjouissances dans son pays.

Alberto Bettiol (Italie)

L'homme d'EF Education-EasyPost devrait prendre la tête d'une équipe italienne pleine de fraîcheur, avec Filippo Zana, Stefano Oldani, Samuele Battistella, Edoardo Affini et Matteo Sobrero, qui pourraient faire leurs débuts dans le pays. Cet été, Bettiol a pris la deuxième place d'étapes du Tour de France et du Tour de Suisse, démontrant ainsi son endurance et sa polyvalence dans les échappées, mais il attend toujours une autre grande victoire.

Il n'en remporte pas souvent, mais lorsqu'elles arrivent, elles sont généralement de grande qualité, avec un titre au Tour des Flandres et une étape du Giro à son actif. Objectivement, cependant, la formation de l'Italie sera l'une de ses équipes les plus faibles de ces dernières années, c'est donc à lui de les aider à frapper au-dessus de leur poids. Le vice-champion 2019 Matteo Trentin est une autre option pour l'équipe.

Fred Wright (Grande-Bretagne)

La Vuelta a España a confirmé que Wright semble s'améliorer de plus en plus cet été, dérangeant le haut des feuilles de résultats dans les échappées et les sprints groupés. Un autre rite de passage du cyclisme professionnel a été entraîné dans une controverse après le retrait de la course de Primož Roglic. La seule chose qui manque au coureur de Bahrain-Victorious est une victoire professionnelle. Après une série de podiums, un titre mondial serait une belle façon de se lancer.

Son ami et compatriote londonien Ethan Hayter pourrait également se battre au sein d'une équipe britannique jeune, mais l'abandon du coureur d'Ineos lors de la Vuelta en raison d'un résultat positif au COVID-19 signifie que son état de santé est encore plus inconnu.

Stefan Küng (Suisse)

Si Küng se battra pour le titre de champion du contre-la-montre, il est également un joker potentiel dans le peloton des courses sur route. Il a montré ses qualités de grimpeur tout au long de l'année, terminant cinquième au classement général du Tour de Suisse et huitième à l'Amstel Gold Race. Ajoutez à cela une troisième place à Paris-Roubaix et une cinquième place au Tour des Flandres, et vous obtenez l'une des meilleures saisons de la carrière du Suisse, même si la grande victoire lui a fait défaut.

Sa confiance devrait également être élevée, après avoir prolongé son contrat avec Groupama-FDJ jusqu'à la fin de l'année 2025 et remporté le Tour du Poitou-Charentes à la fin du mois d'août. Il peut également compter sur un groupe solide composé de Mauro Schmid et Stefan Bissegger.

 


Dernières publications

En haut