Foot Féminin

Coupe du monde féminine 2023 : Dzsenifer Marozsan participe-t-elle à la compétition ?

Dzsenifer Marozsan est de celles qui éclabousseraient de son talent la Coupe du monde féminine 2023 en Australie et en Nouvelle-Zélande. L'Allemande fait partie des joueuses qui ont fait rêver plusieurs générations de passionnés de ballon rond. Mais sa grave blessure au genou droit juste avant l'Euro 2022 a rebattu un bon nombre de cartes dans l'approche de sa fin de carrière. À 31 ans, Dzsenifer Marozsan participe-t-elle à la Coupe du monde féminine 2023 (20 juillet – 20 août) ?

La numéro 10 emblématique de l'équipe d'Allemagne a beaucoup fait parler d'elle ces derniers temps. Récemment, le doute planait autour du club où elle évoluera l'an prochain. Bien installée à l'Olympique lyonnais depuis 2016, Dzsenifer Marozsan s'est retrouvée un instant libre de tout contrat le 1er juillet 2023 ! Son histoire avec le meilleur club français de football féminin semblait donc se terminer de cette manière. Autant dire que c'était une façon étrange de remercier et de dire au revoir à une légende de l'institution rhodanienne. Cependant, l'OL n'aura laissé que quelques heures aux internautes pour s'indigner du traitement de l'Allemande. En effet, cette même journée du 1er juillet, le club a officiellement communiqué la prolongation du contrat de la meneuse de jeu pour deux saisons supplémentaires.

La question du contrat étant traitée, la logique voudrait que D.Marozsan se concentre désormais sur la préparation du Mondial australo-néo-zélandais. Malheureusement, si jamais vous n'aviez pas suivi les récentes informations concernant l'histoire d'amour entre l'Allemagne et la numéro 10, sachez que celle-ci s'est achevée le 11 avril dernier.

À lire aussi : Coupe du Monde Féminine 2023 – Groupe H : Calendrier, Résultats, Équipes

Dzsenifer Marozsan ne jouera pas la Coupe du monde féminine 2023

L'histoire serait sûrement différente si la Lyonnaise ne s'était pas blessée pas au genou droit. Son plan de carrière prévoyait sans aucun doute une participation à l'Euro 2022 puis à la Coupe du monde 2023. Pourtant, ce coup d'arrêt l'an passé a totalement bousculé la fin de sa carrière. Si elle a réussi à revenir à la compétition après avoir manqué la compétition européenne, les choses ont bien changé pour elle désormais. La récupération physique est nettement plus longue pour la joueuse de 31 ans qui a dû faire un choix compliqué au courant du mois de mars : la championne olympique 2016  a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale. Jongler entre la vie en club, qui comprend les matches de championnat mais aussi ceux de Ligue des champions, et la vie en sélection est devenu trop éprouvant.

Dans un communiqué relayé par la Fédération de football allemande, elle a d'ailleurs expliqué sa décision : “Mon genou n'est plus le même qu'avant. Je dois travailler très dur pour être sûr de pouvoir participer à tous les entraînements et à tous les matches. Je pense que ce serait trop d'enchaîner les matches internationaux, la préparation et le tournoi.” L'Allemande connaît donc un nouveau gros rebondissement dans le déroulement de sa carrière. Son choix de se retirer de la sélection nationale témoigne surtout de sa volonté à continuer de jouer au football encore quelques saisons.

Une dernière danse contre le Brésil

Après l'annonce de sa retraite en amont du Mondial, il a été décidé que Dzsenifer Marozsan honorerait une dernière sélection avec la Mannschaft. Aussitôt dit, aussitôt fait. La meneuse de jeu a eu le droit à 30 minutes de jubilé contre le Brésil (défaite 1-2). La Lyonnaise a ainsi mis un terme à son chapitre en sélection. Au moment de refermer le livre, elle s'en va avec 112 sélections, 34 buts inscrits, un titre de championne d'Europe en 2013 et enfin un titre olympique en 2016 au cours duquel elle aura marqué en finale.

À lire aussi : Coupe du monde féminine 2023 : les absentes du tournoi

Actuellement en Master à l'ESJ Lille, je m'avère être un adepte du groundhopping à la recherche de grosses ambiances qui ambitionne de parcourir le globe à travers ses stades de foot. Côté maillot, je fus biberonné au chardon nancéien et au coaching de Pablo Correa. J'ai aussi grandi avec le calme d'Arsène Wenger et les tacles de Laurent Koscielny sur Canal. Mais parce qu'il n'y a pas que le football dans la vie, je vibre tout autant à encourager Thibaut Pinot dans son virage, Julia Simon devant L'Equipe, mais aussi Arthur Fils sur Eurosport.

Dernières publications

En haut