Riolo plus rigolo

De quoi Jérôme Rothen et Daniel Riolo sont-ils le nom ?

Après les propos tenus par les deux hommes sur RMC Sports, la direction de la chaine a décidé de suspendre Jérôme Rothen et Daniel Riolo d’antenne. Mais si les deux chroniqueurs se sont senti la liberté de douter des propos de la femme qui accuse Neymar de viol en raison de son physique, de quoi sont-ils exactement le nom ?

Rotten Rothen

Jeudi soir, sur RMC Sports Jérôme Rothen et Daniel Riolo sont revenus sur les accusations de viol dont fait l’objet le joueur du Paris Saint-Germain Neymar. Pour évoquer l’affaire, et pour remettre en doute la véracité des propos de la jeune femme, les deux hommes se sont laissé aller à dire que son physique n’était pas de leur goût. On cite les grands auteurs : ” La nana, tu l’as vue la nana ? » « Je m’attendais à ce que ce soit un avion de chasse intersidéral, j’étais vachement déçu”. Jérôme Rothen, pas en reste de bons mots, croira spirituel d’ajouter que la jeune fille avait un physique de “Ligue 2” (on continue de citer).

Depuis, et parce que l’affaire a pris une ampleur considérable sur les réseaux sociaux et en particulier Twitter, Daniel Riolo et Jérôme Rothen, quatre jours après la-dite émission, se sont fendus d’un Tweet chacun :

On imagine que si les deux comparses n’ont pas réagi avant, c’est que ce week-end du lundi de Pentecôte les aura éloigné de toute solution d’accès à internet. Mais enfin, il n’est plus question aujourd’hui (il ne l’a d’ailleurs jamais été) de faire le procès de ces deux-là. Leurs excuses sont publiques, et la sanction qui aujourd’hui les concerne (pour minimale qu’elle soit) est effective.

Riolo, Hanouna, même combat

Pour autant, que faut-il comprendre de cette affaire Rothen-Riolo ? D’abord que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets, et que le sentiment de toute puissance dans un élément médiatique aussi exposé que RMC Sports ne peut que mener à ce genre de dérives. Quand on pense au cas Riolo, ce dérapage n’est finalement que l’aboutissement d’un processus comparable en beaucoup de points à celui qui a mené Cyril Hanouna à faire l’objet de signalements auprès du CSA, et d’une succession de polémiques sur les réseaux sociaux concernant TPMP. Dans un article que lui consacre l’Équipe aujourd’hui, on peut lire ça : “À partir du moment où on te dit que t’es indispensable à une chaîne, tu ne te contrôles plus… jusqu’au jour où tu dérapes.”. On pense aussi au comportement de Rothen qui, loin de tempérer si ce n’est de recadrer son collègue, suit la star pour avoir la carte du rigolo de service.

Ce jour est donc arrivé et remet en cause, une énième fois pourrait-on dire, l’organisation et la stratégie de certains médias. A glorifier les stars du moment, à ne leur imposer aucun contrôle sérieux tant que les dérapages ou les outrances continuent de faire rire la majorité, les dirigeants de médias continueront à jouer ce jeu dangereux. Hanouna sur C8 on l’a dit, Sabatier sur TF1 avant lui, Delarue/Nagui/Arthur, les frères voleurs de Kodak de France 2 pour les Guignols de l’Info, aujourd’hui Riolo donc sur RMC Sports.

#ThemNo

Plus profondément, cela continue de questionner les rapports des hommes avec les femmes. Alors qu’une année et quelques mois sont passés sur le mouvement #MeToo, on imaginait que les déclarations de ce genre ne pourraient plus trouver de bouches de mâles blancs de plus de cinquante ans. On imaginait mal. On a toujours tort d’imaginer que des combats sont gagnés pour l’éternité, et la question de l’avortement dans certains Etats du sud-américain nous le rappellent avec encore plus d’actualité.

Cette affaire Riolo-Rothen, finalement, c’est l’histoire de la toute puissance. La toute puissance médiatique supposée qui monte à la tête. La toute puissance imaginée par quelques hommes sur les femmes et ce qu’ils pensent qu’elles représentent. L’histoire donc aussi d’une illusion et d’un fourvoiement morbides, malsains.

A propos de l'auteur

Fan de foot mais aussi de Serie A, je prends autant de plaisir à voir jouer Gilles Simon qu'à attendre une arrivée au sprint entre les Alpes et les Pyrénées. Talking Heads et Panetonne.

Poster un commentaire

quis, luctus accumsan sit libero non vel, efficitur. dolor. commodo felis