Ça roule…

Décryptage du chrono de Filippo Ganna

L’Italien Filippo Ganna a remporté avec force et talent le contre-la-montre inaugural du 104e Giro. En reléguant le deuxième, Edoardo Affini, à dix secondes, le coureur récidive en faisant le coup double comme l’an dernier. We Sport revient sur l’immense performance du champion du monde de la discipline.

 

Avant le départ

En se présentant sur la rampe de départ, le grandissime favori de l’étape, le sait : il doit faire fort pour battre son compatriote Edoardo Affini. En s’élançant à 16h53, le spécialiste du contre-la-montre profite d’une météo parfaite et d’un avantage sur ses concurrents. Il est le dernier des prétendants à la victoire à partir. Ainsi, il a le chrono d’Affini en ligne de mire et sait comment mieux gérer son effort.

Filippo Ganna s’entraînant avant le contre-la-montre ©RCS

 

Un parcours sur mesure

Profil du contre-la-montre inaugural ©RCS

 

Parcours du contre-la-montre dans les rues de Turin ©RCS

C’était l’un des objectifs de sa saison tout comme pour l’Auvergnat Rémi Cavagna. Mais le parcours était taillé sur mesure pour le maître en la matière. Et tout comme Jean-Paul Gaultier qui façonne ses robes pour ses mannequins, on se demanderait presque si les organisateurs ne l’avaient pas fait exprès pour que Ganna réveille tout un pays en cette période compliquée. Au programme sur le road-book, 8,6 km de plat dans les rues de Turin. Le premier segment du départ à l’intermédiaire est accidenté avec des pavés, des rails et des virages à l’aveugle. La seconde moitié est technique puis longiligne ce qui permet d’atteindre l’arche d’arrivée à toute vitesse. De ce qui est de Filippo Ganna, c’est le meilleur rouleur du monde actuellement. Que ce soit sur des petits ou des longs chronos , tout convient au surpuissant coureur de 24 ans.

 

Prise de risque maximale dans la première moitié

Même s’il restait sur une “défaite” lors du dernier chrono du Tour de Romandie, l’Italien n’est en revanche pas en mauvaise forme. Il est même dans une excellente condition physique. Et dès son départ, le Piemontois va prendre tous les risques possibles. Il reste en position aérodynamique qu’importe les circonstances et ne lésine pas sur les coups de pédales. Ainsi une fois sorti du vieux Turin avec ses rues pavées et entremêlées de voies de tramway, les lignes droites lui permettent de monter en puissance. 

Filippo Ganna prend tous les risques dans ce virage ©Eurosport

Comme on peut le voir sur cette photo, Filippo Ganna entre dans ce virage à 60 km/h. Penché à 32°, cela lui permet ainsi de mieux tourner en freinant moins ce qui lui fait gagner de précieuses secondes. Ainsi lorsqu’il franchit le pointage intermédiaire aux 3,8 km, il fait mieux que tout le monde et devance son rival Edoardo Affini de presque deux secondes. Mais ce n’est encore que le début.

Filippo Ganna au pointage intermédiaire ©Eurosport

 

Agilité et rapidité dans la seconde moitié

Le natif de Verbania va – en dépit de son gros gabarit – montrer toute son agilité à travers les nombreux virages succédant au pointage intermédiaire. Il passe telle une Formule 1 dans les courbes. Une fois cette épreuve passée, seule la dernière ligne droite de trois kilomètres s’oppose à lui. Et c’est à cet endroit que Filippo Ganna va assurer et conforter sa victoire. Bien positionné sur son vélo, aligné parfaitement sur celui-ci et concentré sur la gestion de son effort, il fuse dans l’air à plus 60 km/h. Contrôlant parfaitement sa fréquence cardiaque et pédalant à plus de 110 tours par minute, il est ainsi toujours à 100% de ses capacités. C’est donc logiquement, qu’il remporte cette première étape et s’empare du maillot rose.

Preuve de la perfection de son contre-la-montre, il explose le meilleur temps de 10 secondes. Il signe un fabuleux chrono de 8 minutes 47, pour une moyenne 58.7km/h et cela malgré la présence de pavés et de nombreux virages. Tout simplement trop fort pour ses adversaires, le champion du monde de la discipline aura repris 8 secondes en 4,8 km sur l’ancien leader provisoire. Sur cette deuxième moitié de l’étape, il reprend ainsi 1,6 seconde par kilomètre sur Edoardo Affini.

 

Gains marginaux et entraînements

La Team Ineos, ancienne Team Sky a toujours été reine dans les gains marginaux. Chaque petit détail compte et peut faire gagner de précieuses secondes. Hier, les détails étaient notamment son matériel. Il utilisait pour l’occasion son nouveau bijou de la marque Pinarello. En plus d’un vélo et de vêtements les plus aérodynamiques possibles, il ne faut surtout pas oublier le travail en amont du gladiateur. Une telle victoire n’est que la juste récompense de longs mois d’entraînement. Ajouter à cela les reconnaissances du tracé pour être en confiance lors du départ, Filippo Ganna a tout mis bout à bout pour avoir le privilège de faire mousser le champagne. 

Performance de Filippo Ganna sur les deux derniers kilomètres ©ineosgrenadier

 

Un détail amusant

En rentrant dans la dernière ligne droite, le rouleur italien se sait vainqueur. Il se permet même de célébrer malgré les plus d’un kilomètre qui le séparent de l’arrivée. L’image est discrète mais témoigne du bonheur d’un coureur qui n’avait pas le moral au plus haut avant de s’élancer.

Filippo Ganna portera donc le maillot rose aujourd’hui. Si vous avez manquez la première étape, un résumé est disponible sur We Sport. Le Tour d’Italie est à retrouver sur GCN et Eurosport Player.

Crédit image en une : RCS
3 commentaires

3 Comments

  1. Alexp

    9 mai 2021 @ 12:30

    “Ne dépassant jamais les 120 battements par minute” ? heuuu… 600w sur 2mn à 24ans sous 120 pulses/mn… il doit y avoir une petite erreur (j’espère !! )
    Merci pour l’article, superbe perf !!

    • Kelman Marti

      9 mai 2021 @ 13:17

      Merci pour ton commentaire intéressant. Ayant regardé la performance de Ganna dans son intégralité, le max qu’il a atteint et qui a été montré sur Eurosport était 118 battements par minute. Donc rien ne confirme qu’il a dépassé les 120 battements par minute. Malheureusement, Ganna n’a pas publié sa performance sur Strava, ce qui aurait permis plus de précision mais les athlètes sont libres de le faire ou non. Ça reflète juste une chose, la performance qu’il a délivré hier est juste parfaite. En tout cas je te remercie de ton commentaire et ça fait plaisir de voir des gens passionnés qui s’attardent sur des petits détails.

  2. AlexP

    9 mai 2021 @ 13:40

    Avec plaisir,

    Les athlètes pro mettent extrêmement rarement leur données cardiaques en ligne, c’est meme très étonnant qu’il ait affiché ces données sur Eurosport elles en disent trop, ça fait parti d’une stratégie globale de ne pas afficher clairement son état de forme
    Mais il faut comprendre que ce genre d’exercice, clm court, demande à monter au confins des possibles cardiaques, meme si effectivement, il ne faut pas aller en zone écarlate trop tot, (mais ça se jou à 2/4 pulses) il n’est pas rare d’aller jouer avec la fc max sur la fin de l’exercice

    Merci à vous pour l’article !!

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire