ATP

Djokovic : “Je veux de nouveau jouer sur la Rod Lover Arena”

pronostics tennis Monte Carlo

Novak Djokovic affirme vouloir rejouer l'Open d'Australie, même si son expulsion du pays en janvier est “difficile à oublier”. Le joueur de 34 ans a passé une période douloureuse à Melbourne alors qu'il espérait disputer le premier Grand Chelem de 2022, y compris des jours passés en détention alors que son statut de Covid-19 était débattu, mais il espère toujours revenir à la Rod Laver Arena à l'avenir.

Novak Djokovic a confirmé qu'il avait l'intention de revenir à Melbourne pour tenter de remporter un dixième Open d'Australie, un record. Le Serbe a tenté de le faire en janvier, mais a été expulsé avant l'édition 2022 après une longue saga sur son statut vaccinal Covid-19. Le gouvernement australien a révoqué le visa du joueur de 34 ans, bien qu'il ait obtenu une exemption médicale pour participer au premier tournoi du Grand Chelem de l'année en tant que personne non vaccinée.

Djokovic a admis que de fausses informations avaient été incluses dans ses formulaires d'immigration et qu'il avait sciemment enfreint les règles d'auto-isolement après avoir été testé positif au coronavirus en décembre. Djokovic, qui se trouve actuellement aux Émirats arabes unis pour préparer le tournoi de Dubaï, a admis ressentir des émotions négatives à propos de ce qu'il a vécu mais, s'ouvrant sur le sujet ces derniers jours, il a déclaré qu'il avait l'intention de jouer à nouveau sur la Rod Laver Arena, le court qui lui a le plus réussi dans sa carrière.

S'adressant à la télévision publique serbe RTS, le joueur de 34 ans a déclaré : “Je m'en souviendrai toujours [de l'Open d'Australie] pour ses aspects positifs, pour les nombreux moments inoubliables de tennis professionnel et personnel que j'ai vécus dans ce pays. En dehors de tout ce qui s'est passé, je n'ai rien contre les gens en Australie. J'ai une assez bonne connexion avec les fans de tennis, les fans de sport et l'Australie en général – et les résultats eux-mêmes sont la preuve de ce que je ressens chaque fois que je vais en Australie. Bien sûr, c'était complètement inattendu, avec tout ce qui s'est passé et bien sûr, c'est difficile à oublier, mais je veux revenir en Australie à l'avenir. Je veux jouer à nouveau sur la Rod Laver Arena.”

Djokovic s'est également étendu sur sa position vis-à-vis de la vaccination, révélant le sentiment d'hypersensibilité qu'il éprouve à l'égard de l'introduction de substances dans son corps et de l'effet qu'elles peuvent avoir sur ses performances. Il a déclaré : “J'aimerais participer à de nombreux tournois. Je suis actuellement dans une situation où cela ne dépend pas de moi. Cela dépend des règles de certains pays dans lesquels se déroulent les tournois. Pour l'instant, je sais que je peux jouer à Dubaï. C'est mon prochain défi. Le prochain tournoi. Le premier tournoi de la saison. Le premier tournoi depuis cette situation en Australie, donc je suis excité de retourner sur le court de tennis. Je m'entraîne dur, et bien sûr j'ai un grand désir de participer aux grands chelems et à tous les grands tournois ATP. Nous verrons, les règles changent constamment. Je garde l'esprit ouvert et je ne suis pas exclusif. J'essaie de comprendre toute cette situation concernant la pandémie et de lutter contre le virus comme tous les autres citoyens du monde. J'ai des informations que tout le monde a et j'essaie, en tant que sportif professionnel, ce qui a toujours été le cas, de vérifier trois fois tout ce qui entre dans mon corps et de quelle manière cela peut m'affecter”.

Avant d'ajouter : “Simplement, à ce haut niveau du tennis, chaque changement peut produire des résultats positifs ou négatifs. Je suis simplement prudent, et j'ai pris du temps pour moi avant de prendre une décision. Je garde l'esprit ouvert et, comme je l'ai dit, je ne suis pas exclusif. Tout est possible dans la vie. Nous verrons comment la situation va évoluer. J'ai décidé à ce moment-là de ne pas le faire et je suis prêt à en assumer les conséquences. Je suis prêt, comme je suis prêt à admettre chaque erreur, je suis prêt à en assumer les conséquences. C'est une décision que j'ai prise en toute conscience, en toute indépendance et de mon propre chef, et j'ai conclu que c'était mieux pour moi.”

Dernières publications

En haut