Draft NFL : Preview Défense

Alors que la Draft NFL se rapproche de plus en plus, petit tour d’horizon des diverses forces en présence dans la classe 2019. Aujourd’hui, au tour de la défense et des équipes spéciales.

La Ligne défensive :

Les joueurs de la ligne défensive de Clemson seront-ils aussi dominants en NFL qu’en NCAA ? (Crédits : CBS Sports)

 

On attaque avec du lourd, du très lourd même. Ici, on retrouve tout simplement les meilleurs joueurs de cette classe de draft. Obligation ici de placer plusieurs stars. On commence par un joueur de l’intérieur de la ligne, Quinenn Williams (DT, Alabama). Ultra dominant à la fac sous la houlette de Nick Saban, il a notamment confirmé au combine qu’en plus de sa puissance, il était aussi un joueur très agile. Ce monstre physique est bon dans tous les domaines, et le voir sortir du top 3 serait assez stupéfiant. A ses côtés, un autre phénomène : Nick Bosa (DE, Ohio State). Le frère de Joey, joueur des Chargers et ancien 3e choix de la draft 2016, est tout simplement présenté comme le meilleur joueur de cette draft. Avec un style de jeu qui peut s’apparenter à celui de son frère, le voir être drafté plus bas que la 3e place serait là encore très étonnant. Mention spéciale aussi à Rashan Gary (DE, Michigan), attendu dans le top 10 minimum malgré quelques interrogations sur sa santé, tout comme Jeffery Simmons (DL, Mississippi State) annoncé en fin de 1er tour mais qui ne devrait pas jouer de la saison.

Au vu de la qualité sur ce groupe, on ne va pas vous recommander un joueur mais une ligne défensive entière à suivre : celle de Clemson. Que ce soit Clelin Ferrell (DE, Clemson), Dexter Lawrence (DT, Clemson), Christian Wilkins (DL, Clemson) ou même Austin Bryant (DE, Clemson), ils ont tous des qualités qui ont permis à leur fac d’avoir la ligne défensive la plus intimidante de toute la NCAA. Attention donc à où ces joueurs vont atterrir et à leur adaptation dans le monde professionnel. Pour l’énigme, on opte pour Ed Oliver (DT, Houston). Au lycée c’était un phénomène, et il était même annoncé n°1 de cette draft avant le début de saison. Depuis le joueur de Houston a baissé dans les prévisions, en partie à cause de ses difficultés à battre des joueurs de ligne puissants. Le voir baisser dans la draft, excellente affaire ou joueur qui ne fera pas la transition vers la NFL (on opte quand même plus pour la première option) ?

Les Linebackers :

Devin White (à droite), sans oute le meilleur linebacker de cette cuvée 2019 (Crédits Sports Illustrated)

 

Groupe avec quelques bonnes individualités mais qui ne peut pas rivaliser avec la ligne défensive. Dans un rôle de pass rusher pur, pour mettre la pression sur le quarterback, le meilleur joueur s’appelle Josh Allen (Edge, Kentucky). Dans un rôle à la Khalil Mack, il devrait exceller et devenir la pièce maîtresse d’une défense. Du côté des ”vrais” linebackers, la tête qui se dégage est Devin White (LB, LSU). Si la position a perdu de la valeur ces dernières années, on voit souvent ces joueurs comme des capitaines de la défense. Devin White est excellent, et l’équipe qui le récupérera aura le meilleur linebacker de cette année.

Pour le joueur à suivre, on vous recommande Mack Wilson (LB, Alabama)car un défenseur d’Alabama à développer peut toujours être une bonne affaire, mais aussi Jalani Tavai (LB, Hawaï). Interrogation sur la profondeur de cette classe. Si 39 linebackers avaient été drafté l’an passé, il paraît peu probable que ce soit le cas cette année. Certes, il y a de bons joueurs, mais pour les équipes souhaitant effectuer une bonne opération en fin de draft, la tâche s’annonce ardue.

Les Defensive backs :

Chauncey Gardner Johnson, le bon coup chez les safeties ? (Crédits : Florida Gators)

 

Groupe moyen avec peu de joueurs pouvant prétendre à une sélection au 1er tour. Mais moyen ne veut pas dire mauvais. Premier exemple, le meilleur joueur de ce groupe, Andraez ”Greedy” Williams (CB, LSU). Bonne taille, bonne vision et bonne vitesse ; que demander de plus ? S’il ne fallait en retenir qu’un, ça serait lui. Toutefois attention à son gabarit un peu frêle et pas forcément NFL Ready, même si ce détail se modifie par la prise de masse au cours de sa première saison dans la ligue. A suivre, un safety nommé Chauncey Gardner-Johnson (S, Florida). Dans un groupe de safeties au niveau pas forcément élevé, CGJ peut tirer son épingle du jeu. A la manière d’un Jabril Peppers ou Minkah Fitzpatrick il y a quelques années, il est polyvalent et peut aussi jouer cornerback, et ceci combiné à ses qualités techniques et physiques en font un potentiel steal au deuxième tour.

Les Kickers / Punters :

Cole Tracy sera-t-il un kicker sûr en NFL ? (Crédits : LSU)

 

Petit mot sur les deux postes principaux des équipes spéciales. S’il est toujours difficile d’évaluer le niveau d’un kicker ou punter à la sortie de la fac ou de savoir s’il est capable d’effectuer la transition malgré son talent (comme un certain Roberto Aguayo), on peut déjà présenter les forces en présence. Si vous deviez retenir deux noms au poste de kicker histoire de briller pendant les soirs de draft, on vous conseille Cole Tracy (K, LSU) et Matt Gay (K, Utah). Le premier a été clutch cette saison dans des moments clés, n’a raté qu’un field goal de moins de 50 yards et a mis tous ses extra points, tandis que le second a été excellent en 2017 avant de connaître une baisse de régime cette année bien qu’il est réalisé une saison plus que correcte.

Chez les punters, on vous présente deux hommes au pied canon. Le premier, c’est Jack Fox (P, Rice) qui a une moyenne de 45,5 yards par punt avec un punt mesuré à 76 yards maximum, alors que le second, Jack Bailey (P, Stanford) peut punter à 84 yards mais à une moyenne de yards par punt légèrement plus faible, de 44,1 yards. Mention spéciale à la fac d’Utah, qui en plus de son kicker devrait réussir à drafter son punter Mitch Wishnowsky (P, Utah).

En résumé :

Si vous êtes une franchise NFL et que vous souhaitez drafter un joueur de ligne défensive, c’est votre année ! Prêt à jouer dès maintenant, talent à développer, capable de jouer dans différents systèmes, il y en aura pour tous les goûts. Chez les linebackers et defensive backs, il y a aussi de bons joueurs, mais ces groupes semblent manquer de profondeur voire même de talent. Sur équipe spéciale ça sera encore la roulettte, avec pourquoi pas une nouvelle pépite comme Michael Dickson (P, Seahawks) l’an dernier !

Et voilà qui conclut notre seconde preview draft ! Maintenant que nous avons fait le tour des différents postes, on vous donne rendez-vous dans quelques jours à Nashville pour le moment de vérité et savoir où les différents joueurs que nous avons évoqué seront draftés.

A propos de l'auteur

Victime du ''Minnesota Miracle'' et du ''No-Call'', e come si potrebbe non amare i Knicks ? Je considère Drew Brees comme un dieu et le Sport US comme ma religion.

Poster un commentaire

ut id, Curabitur libero Donec accumsan non mi, leo