Du foot et des lettres : épisode 1

0
On revient sur 26 joueurs qui ont marqué la Ligue 1
Ligue 1

Malgré l’absence de la Ligue 1, la rédaction WeSport vous propose votre dose de football hebdomadaire. Le concept est simple : 26 lettres pour 26 joueurs. Pour chaque joueur, on reviendra sur sa carrière et pourquoi il nous a marqué. Bienvenue dans “Du foot et des lettres” !

A comme Aubameyang

De son prénom complet, Pierre-Emerick Aubameyang, avant-centre gabonais. C’est en 2008 que P2A découvre le football français, notamment avec Dijon (39 matchs, 10 buts), alors en Ligue 2. De 2008 à 2011, il enchainera les saisons correctes, sans avoir énormément de temps de jeu entre Dijon, Lille (24 matchs, 2 buts) et Monaco (23 matchs, 2 buts). C’est finalement en 2011 qu’il trouve un club qui lui permettra de s’épanouir, à savoir Saint-Étienne. Il s’engage alors pour quatre ans avec les Verts et fera les beaux jours de cette équipe jusqu’en 2013, date à laquelle il s’engagera avec le Borussia Dortmund. Auteur de 62 matchs pour 31 buts, Pierre-Emerick permettra au club, sous la tutelle de Christophe Galtier, de remporter la Coupe de Ligue contre le PSG. P2A délivrera la passe décisive à Brandao en finale. C’est à la fin de la saison 2013 qu’il rejoindra l’Allemagne et Dortmund (212 matchs, 141 buts). Après l’Allemagne, cap sur l’Angleterre et plus particulièrement Arsenal, où il évolue encore.

Ce qui nous a marqué chez Pierre-Emerick, c’est avant tout ce sourire inégalable et inégalé. Mais également une pointe de vitesse que certains sprinteurs n’auraient pas renié. Aubameyang avait une qualité technique et surtout un amour du football. Toujours souriant, il prenait du plaisir sur le terrain, et on en prenait à le regarder.

B comme Briand

C’est à 17 ans que le jeune Jimmy Briand, international français, fera ses débuts en Ligue 1, en 2003, sous les couleurs du Stade Rennais. Il remportera la Coupe Gambardella face à Strasbourg, quelques jours plus tard. Malgré ce début de carrière prometteur, Jimmy deviendra réellement titulaire en 2006 avec Rennes au cours de la saison. De là, il connaitra ses premières sélections en Équipe de France mais sera sur le banc. Il restera jusqu’en 2010 à Rennes, alternant bonnes performances (211 matchs, 43 buts), graves blessures (entorse au genou gauche) et transfert avorté au Paris Saint-Germain. C’est en juin 2010 que Jimmy Briand s’engage avec l’Olympique Lyonnais pour une durée de 4 ans. Il connaîtra alors les joies de la Ligue des Champions mais également celle de la Coupe de France. Après 4 ans de bon loyaux et services (160 matchs, 34 buts), il partira pour Hanovre pour un an.
Il reviendra en Ligue 1 en 2015, avec l’En Avant Guingamp où il y restera trois ans et sera un élément important de l’effectif de Jocelyn Gourvennec. (118 matchs, 32 buts).
Enfin il rejoindra les Girondins de Bordeaux en 2018 où il évolue encore.

Si Jimmy a marqué la Ligue 1, c’est avant tout pour son engagement dans tous ses matchs. C’est un joueur qui se donne à fond, en plus d’avoir un bon jeu de tête, capable de geste de grande classe comme ce retourné avec Guingamp contre Ajaccio, lors de la saison 2015-2016. Mais, Jimmy Briand, c’est également un joueur qui n’a pas réussi à démontrer tout son talent, puisqu’il était comparé à Thierry Henry, et que Sir Alex Ferguson en personne était venu le voir jouer, en mars 2003.

C comme Cavani

El Matador ou Edinson Cavani, est un international uruguayen qui a fait ses débuts dans son pays natal, au club de Danubio FC (30 matchs, 12 buts).
C’est après avoir remporté le Tournoi d’ouverture Uruguay qu’il sera acheté par le club italien de Palerme (117 matchs, 37 buts) 5 millions d’euros. Il signera un contrat de 2007 à juin 2011. C’est durant cette période qu’il commencera à se faire un nom dans le monde du football et où naitra son surnom d’El Matador, lié à ses talents de finisseurs. Cavani rejoindra alors Naples, en juillet 2010 et obtiendra son statut d’attaquant mondialement reconnu. L’uruguayen se fera rapidement une place de titulaire au côté d’Ezequiel Lavezzi et de Marek Hamsik, trio monstrueux d’efficacité. Canavi va alors devenir la nouvelle coqueluche des supporters napolis et va porter son équipe durant trois ans. Grâce à lui, Naples va retrouver la Ligue des Champions, à laquelle ils n’avaient plus participer depuis 1990. En 2012, alors que Naples est cinquième du championnat italien, le club azzuro va remporter la coupe d’Italie, premier titre depuis 22 ans et va se qualifier pour l’Europa League, grâce à son attaquant vedette. Lors de sa dernière saison à Naples, l’uruguayen inscrira le premier quadruplé de sa carrière face au FC Dnipro, en Europa League. Il sera également le dernier jour à marquer un but au Stadio San Paolo avant sa destruction. Il quittera Naples (138 matchs, 104 buts), non sans quelques critiques des supporters, avant de rejoindre le Paris Saint-Germain.

C’est en 2013 que Cavani pose ses valises dans la capitale pour 64 millions d’euros, plus gros transfert de l’époque en Ligue 1. Il ne lui faudra pas longtemps pour se faire une place importante dans l’effectif parisien. Dès novembre, Cavani s’imposera comme pierre angulaire du PSG, enchainant les bonnes prestations et devenant rapidement la nouvelle coqueluche des supporters. IL permettra également au PSG de faire la Ligue des Champions tous les ans. Avec les arrivées de Neymar et Mbappé, l’avant-centre devient rapidement le meilleur buteur de l’histoire du club. Puis, avec le retour de Leonardo comme directeur sportif et celle de Mauro Icardi, son rôle sera remis en cause. Il en est pour le moment à 301 matchs et 200 buts.

Malgré deux dernières saisons en dent-de-scie, Edinson Cavani s’est définitivement imposé comme un des meilleurs avant-centre au monde et comme un finisseur hors-pair. En plus de cette coupe de cheveux reconnaissable entre mille, c’est un joueur complet, puissant, collectif, avec un bon jeu de tête, Cavani est un exemple en tant que joueurs mais aussi en tant que personne. Nul doute sur le fait qu’il a marqué la Ligue 1.

D comme Di Maria

Angel Di Maria est un footballeur argentin qui a débuté sa carrière, chez lui, en Argentine, au club de Rosario Central, en 2005. Il y restera deux ans (39 matchs, 6 buts), ce qui lui permettra, en plus de sa bonne performance à la Coupe du Monde des -20 ans avec l’Argentine, d’être courtisé par plusieurs clubs. Il choisira finalement le Benfica Lisbonne, en 2007 et remplacera l’ancien capitaine portugais, Simao.
Angel ne tardera pas à confirmer les espoirs placés en lui, que ce soit en club ou avec l’Argentine, puisqu’il réalisera d’excellents Jeux Olympiques en 2008, permettant à l’Argentine de conserver son titre. Sa qualité technique et sa vision de jeu en font un atout majeur pour le onze portugais, et il sera rapidement courtisé par d’autres clubs. Malgré tout cet engouement, Benfica ne souhaite pas laisser partir sa pépite mais les offres du Real Madrid auront le dernier mot. Di Maria quitte Benfica après trois années (118 matchs, 15 buts) et part pour l’Espagne.
Arrivé en 2010 à Madrid, le natif de Rosario va rapidement s’adapter au style de jeu de Madrid et va briller sous les ordres de José Mourinho. Il sera également précieux en Ligue des Champions puisque pour sa première saison, il donnera la victoire aux siens face à l’AJ Auxerre. Sa saison 2011-2012 est plus compliquée puisque son apport offensif est moindre mais son apport défensif est toujours aussi important. Il sera donc privilégié à Kaka dans le onze madrilène. Alors qu’on l’annonçait partant avec l’arrivée de Gareth Bale, puisque le gallois évolue au même poste que l’argentin, Ancelotti le replace en milieu de terrain suite à une blessure de Sami Khedira, poste plus adapté aux qualités de Di Maria. Il réalisera là une de ses meilleures saisons sous le maillot du Real. Cependant, avec les arrivées de Toni Kroos et de James Rodriguez, Di Maria sera acheté par Manchester United.
Angel quitte Madrid (190 matchs, 36 buts) et s’engage alors pour 5 ans avec le club anglais, en 2014. Après un début de saison tonitruant, il sombrera et sera mis sur le banc par Louis Van Gaal, qui lui préfère Ashley Young. Le PSG va alors se positionner sur l’argentin durant l’été et va s’offrir ses services pour 63 millions d’euros. Cet engagement va relancer le joueur dès 2015 et il quittera Manchester United (32 matchs, 4 buts) pour rejoindre la capitale.
Angel va retrouver du temps de jeu au côté de Zlatan Ibrahimovic ou encore d’Edinson Cavani et réalisera un superbe début de saison, confirmant son statut de joueur de classe mondiale. Régulier, décisif que ce soit sous les ordres de Laurent Blanc ou Unai Emery, l’argentin régale la Ligue 1 de toute sa technique. On a tous en tête son match contre le FC Barcelone (4-0) où il inscrira un superbe coup-franc. Les arrivées de Neymar et Mbappé impacteront son temps de jeu et il se contentera de fin de matchs sans parvenir à briller. Mais l’arrivée de Thomas Tuchel va permettre à Angel de retrouver du temps de jeu. De plus, il prolongera son contrat jusqu’en 2021, souhaitant finir sa carrière au PSG (217 matchs, 81 buts).

Angel Di Maria fait parti de ces joueurs avec une technique largement au-dessus de la moyenne. Rapide, précis et décisif, son style de jeu est reconnaissable. Ses piqués au-dessus des gardiens de Ligue 1 sont devenus sa marque de fabrique. C’est un également un des meilleurs passeurs décisifs au monde. Lors de son arrivée en Europe en 2010 et jusqu’à février 2020, il a réalisé 111 passes décisives. Seul Lionel Messi a fait mieux sur cette période.

On a fait le tour des premières lettres, rendez-vous bientôt pour la suite de “Du foot et des lettres” !

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here