Équipe de France : la défense en chantier

Passée l’euphorie du sacre mondial des Bleus cet été, un secteur parait voué à connaitre des ajustements durant les années à venir : la défense. Dans un premier temps, il est essentiel de clarifier une chose, la défense ne possède pas 3 (Arrière droit, défenseur central, arrière gauche) mais bien 4 postes. Il faut distinguer les joueurs jouant défenseur axial droit, et défenseur axial gauche. Si cette vérité ne vaut pas pour toutes les équipes, concernant l’Equipe de France de Didier Deschamps, sur les 4 défenseurs axiaux sélectionnés, il y a depuis longtemps systématiquement deux droitiers et deux gauchers. Cette réalité est trop souvent occultée par de nombreux observateurs qui s’insurgent donc de la présence d’Adil Rami par exemple à la place d’Aymeric Laporte alors que dans l’esprit du sélectionneur ils n’occupent pas le même poste.

Voici une revue complète des éléments à disposition de Didier Deschamps pour les mois et les années à venir.



Latéral droit 

Les sélectionnés réguliers :

C’est le poste le plus soumis à débats, puisque même le titulaire actuel, Benjamin Pavard (22 ans, 17 sélections), est loin de faire l’unanimité. En effet, durant la Coupe du Monde, et malgré son but d’anthologie face à l’Argentine, il s’est montré en grande difficulté défensive. Même si celle-ci peut également s’expliquer en partie par la présence de Kylian Mbappe sur son coté, à qui on demandait moins de repli défensif qu’à son pendant gauche, Blaise Matuidi. Cependant, passé cette observation, le joueur de Stuttgart présente quelques lacunes, notamment par un manque de vivacité qui le mettra toujours en difficulté face à des ailiers vifs et dribbleurs. De plus il est toujours bon de rappeler qu’il n’occupe pas ce poste en club.

Son remplaçant depuis la coupe du monde, Djibril Sidibé (26 ans, 18 sélections) a longtemps été quasiment indiscutable à ce poste, notamment à l’époque où Monaco se frottait sans mal aux grandes écuries européennes. Depuis, le joueur formé à Troyes a connu de nombreuses blessures et peine à retrouver le niveau de sa première saison monégasque. De plus l’exode des cadres de l’ASM l’a poussé à en devenir un, rôle qu’il semble avoir du mal à assumer. Mais attention à ne pas l’enterrer trop rapidement, Sidibé, à son meilleur niveau semble être le candidat idéal pour se stabiliser à ce poste. Grande qualité offensive et des qualités athlétiques parfaitement en adéquation avec ce poste, il ne reste qu’à espérer pour lui que la fin de la mauvaise passe soit proche.

A ces deux joueurs on peut rajouter également Mathieu Debuchy (33 ans, 27 sélections). Son dernier match avec les Bleus remonte à Septembre 2015 mais c’est bien lui qui figurait au rang des réservistes de la dernière Coupe du Monde. Il est certainement le meilleur au poste actuellement, le plus complet et le plus en forme depuis son retour en France. Mais son âge fait que nous ne devrions pas le voir à l’Euro 2020, Didier Deschamps pourrait néanmoins faire appel à lui sur les prochains mois en cas de pépins pour apporter son expérience. Grande qualité de centre, énorme combativité et état d’esprit irréprochable, son séjour malheureux à Arsenal aura fait bien du mal à la carrière internationale du joueur formé au LOSC.

Les postulants :

Au premier rang des attendus en Equipe de France, on retrouve Ruben Aguilar (25 ans), la latéral droit montpelliérain, arrivé l’année passée de l’AJ Auxerre peut se targuer d’être le titulaire au poste de la deuxième meilleure défense de Ligue 1. Très à l’aise autant défensivement qu’offensivement, le joueur formé à Grenoble semble mûr pour intégrer le groupe France dans un avenir proche. Un transfert l’été prochain dans un club plus huppé, pourrait grandement jouer en sa faveur. Le seul bémol à mettre à son actif est le fait qu’il est extrêmement performant, mais dans une défense à 5, poste qui n’est pas exactement le même que dans une défense à 4.

Crédit photo : Mercato 365

Un autre joueur performant dans une défense à 5 a été récemment pré-convoqué par Didier Deschamps : Bouna Sarr (26 ans). Ce qui pouvait passer pour une blague de mauvais goût il y a encore deux ans est aujourd’hui plus que crédible. En replaçant Sarr au poste d’arrière droit, Rudi Garcia a également totalement relancé sa carrière (Exactement comme il avait pu le faire pour Florenzi à la Roma). Bien qu’il présente encore quelques lacunes défensives, en termes de placement notamment, le marseillais est sans aucun doute le plus tranchant de tous les latéraux français offensivement parlant : percussion balle au pied, vitesse, grande qualité de centre, l’ancien messin présente la panoplie complète du latéral offensif. Avec ce plus par rapport à Aguilar, même s’il excelle dans une défense à 5, il est plus habitué à jouer dans une défense à 4 que le montpellierain.

Le troisième qui peut venir compéter cette liste est la latéral toulousain Kelvin Amian (20 ans). En toute discrétion, l’international espoir compte déjà 70 matchs en ligue 1 à 20 ans seulement, fait assez rare pour un défenseur. Dans un style complètement différent des deux joueurs cités auparavant, Amian est tout d’abord un vrai défenseur, capable également de jouer dans l’axe. Costaud dans les duels et mature tactiquement, son style n’est pas sans rappeler un Bakary Sagna, décrié durant de nombreuses années, mais qui aura laissé un vide à ce poste, surtout dans une équipe de France qui aime ne pas avoir le ballon et être avant tout costaud défensivement. Le profil différend du pur produit toulousain pourrait donc jouer en sa faveur, peut-être plus rapidement qu’on ne le pense. Sa récente nomination dans les finalistes du Golden Boy 2018 est une juste récompense pour ce joueur qui, sans faire de bruit, va devenir un défenseur avec lequel il faudra compter à l’avenir.

Les outsiders :

Ils sont à l’heure actuelle encore relativement loin du niveau international, mais le football moderne va tellement vite, que cela ne serait pas une énorme surprise de les retrouver lors des prochaines échéances importantes (Euro 2020 ou Coupe du Monde 2022).

  • Keny Lala (27 ans). Une explosion tardive pour l’ancien joueur de Lens, mais son début de saison avec Strasbourg est de très grande qualité. A voir.

  • Valentin Rosier (22 ans). International espoir lui aussi, de grandes qualités de contre-attaquant mais le fait de jouer à Dijon, qui encaisse énormément de buts ne plaide pas en sa faveur.

  • Nordi Mukiele (21 ans) Transféré cet été de Montpellier au RB Leipzig, il possède un profil sensiblement similaire à Amian, à savoir capable de jouer à droite ou dans l’axe. S’il parvient à s’installer durablement à Leipzig, il pourrait devenir un postulant sérieux.

  • Sofiane Alakouch (20 ans). Tout juste promu en Ligue 1, le latéral faisait déjà forte impression en Ligue 2 et continue de progresser de façon constante, très complet, il est à mon sens celui qu’il faut le plus garder à l’œil de cette liste

  • Léo Dubois (24 ans). L’ancien capitaine du FC Nantes devra s’imposer à l’OL s’il veut prétendre à porter le maillot bleu.

  • Ronaël Pierre-Gabriel (20 ans). Des excellents débuts à Saint-Etienne, puis un transfert à Monaco où il se blesse rapidement. Sa progression sera à observer attentivement.

  • Colin Dagba (20 ans). Apparus de nombreuses fois en début de saison avec le PSG, le jeune latéral devra certainement s’exiler pour trouver du temps de jeu, mais les qualités montrées lors de ses apparitions sont prometteuses.

  • Jordy Gaspar (21 ans). Formé à Lyon, le joueur de l’ASM devra déjà batailler ferme pour s’imposer à l’ASM, mais la puissance physique entrevue lors des ses quelques apparitions lyonnaises et sa saison sérieuse au Cercle Bruges peuvent laisser augurer de belles choses.

  • Fabien Centonze (22 ans). Un début de saison très prometteur avec le RC Lens, et une montée en Ligue 1 l’été prochain (que cela soit avec le RC Lens ou par le biais d’un transfert) est plus que probable.

  • Frédric Guilbert (23 ans). Celui qui part sans doute du plus loin dans cette liste, mais son début de saison cohérent en Caen n’est peut-être que le début d’une progression éclair pour le joueur formé à Bordeaux, qui-sait ?

Pour eux, ça semble terminé :

Anciens internationaux, ou un temps dans la discussion pour intégrer l’équipe de France, cela semble maintenant trop tard pour eux 

  • Christophe Jallet (35 ans, 16 sélections). L’emblématique Christophe Jallet rend encore de fiers services à l’OGC Nice, mais pour l’EDF, c’est terminé.

  • Bakary Sagna (35 ans, 65 sélections). L’ancien latéral titulaire des Bleus joue encore, à l’Impact de Montréal en MLS. Souvent critiqué, le joueur formé à Auxerre aura eu une carrière exceptionnelle en club, et très solide en équipe nationale. Son excellent Euro 2016 est d’ailleurs trop souvent oublié (Présent dans l’équipe type OPTA de la compétition)

  • Sebastien Corchia (28 ans, 1 sélection). Désormais au Benfica, où il joue peu, Corchia aura été attendu longtemps, mais n’aura jamais éclos. Une déception pour l’ancien capitaine des espoirs qui comptent 26 sélections avec ces derniers.

  • Kévin Malcuit (27 ans). 3ème choix du poste à Naples (Derrière Maskimovic et Hysaj), l’ancien Lillois semble désormais bien trop loin du niveau international.

  • Arnaud Souquet (26 ans). Deux excellentes saisons à Dijon puis à Nice, où l’histoire s’est mal terminée. L’ancien joueur du Poiré-sur-Vie évolue désormais à la Gantoise. Cela serait surprenant de la voir revenir dans la discussion.

Défenseur axe droit 

Les sélectionnés réguliers :

Le taulier du poste, Raphaël Varane (25 ans, 53 sélections) ne devrait pas de sitôt quitter la place de titulaire. Une très bonne coupe du monde et une place de titulaire au Real de Madrid, l’ancien lensois fait partie des cadres de Bleus. Une longue carrière avec pourquoi pas un record de sélections à la clé semble se profiler pour Varane.

Pour le seconder à la coupe du monde, Adil Rami (32 ans, 35 sélections) était du voyage. Très important dans la vie du groupe, le marseillais avait annoncé dans un premier temps sa retraite internationale après le sacre des Bleus. De nouveau convoqué par Didier Deschamps malgré son début de saison très délicat avec l’OM, le pompier de service a répondu présent et figure aujourd’hui encore dans les 23 sélectionnés. Cependant, pas besoin d’être visionnaire pour deviner qu’il ne sera certainement pas au prochain Euro. Une belle carrière internationale tout de même pour Rami, qui aura été de toutes les étapes depuis le désastre de Knysna, un vrai soldat.

Le réserviste au poste lors du mondial était Kurt Zouma (24 ans, 3 sélections). Impressionnant pour ses débuts précoces en Ligue 1 avec Saint-Etienne, le natif de Lyon n’a pas réussi à s’imposer à Chelsea et fut prêté à Stoke City, puis à Everton cette saison. Un début de saison en demi-teinte pour le français, qui ne lui a pas permis de passer devant Adil Rami dans la hiérarchie, mais Zouma est encore jeune, et peut s’appuyer sur sa puissance hors norme pour progresser et enfin devenir le joueur que l’on attendait. A noter qu’il peut évoluer indifféremment dans une défense à 4 ou à 3, ce qui peut jouer à sa faveur en vue d’un éventuel (mais tout de même peu probable) changement de système de jeu pour les Bleus.

Les postulants :

La plupart des défenseurs centraux français performant actuellement sont gauchers, ce qui laisse en réalité peu de choix à Didier Deschamps, l’un des noms qui émergent est celui de Dayot Upamecano (20 ans). Ce solide défenseur formé à Valencienne s’est exilé très tôt au RB Salzburg qui a su le perfectionner pendant deux saisons, notamment sur le plan technique, pour le faire passer au RB Leipzig à l’été 2017. Et dès sa première saison en Bundesliga, le jeune français a impressionné par sa maturité. Aligné à 28 reprises (sur 34 matchs) en championnat, il a su s’imposer comme une valeur sûre du championnat allemand. Il devrait à coup sûr intégrer les Bleus d’ici à l’Euro 2020.

Crédit photo : sports.fr

Son coéquipier en Equipe de France Espoirs, Issa Diop (21 ans) peut également postuler. Un physique impressionnant (1m94) et des facultés techniques en constante progression depuis ses début professionnels à Toulouse font de lui un candidat légitime. Son transfert à West Ham cet été pour une somme de 25 M€ a été très vite digéré par le jeune français, qui s’est imposé comme titulaire indiscutable dans la défense des Hammers. Il sera donc avec Upamecano le principal concurrent à Kurt Zouma pour succéder à Adil Rami.

A moins que Didier Deschamps ne décide de confier ce poste de second défenseur axial droit à Benjamin Pavard (22 ans, 17 sélections). En effet, comme mentionné auparavant, son vrai poste est bien défenseur central, et s’il est difficulté sur son couloir droit, il est plus qu’envisageable que le sélectionneur lui donne sa chance dans l’axe, à son vrai poste. Le transfert au Bayern Munich qui se profile pour l’été prochain peut donner une vraie crédibilité à cette possibilité. A surveiller donc.

Les outsiders :

  • Adama Soumaoro (26 ans). Capitaine du LOSC, le défenseur réalise à l’image de son équipe un très bon début de saison. C’est lui qui dans cette liste d’outsiders est à l’heure actuelle le plus proche du niveau international.

  • Ibrahima Konaté (19 ans). Un parcours assez semblable à celui d’Upamecano, un exil de France assez précoce et une entrée dans la firme Red Bull. Mais le joueur n’est pas passé par Salzburg, atterrissant directement à Leipzig. 16 matchs de Bundeliga l’année précédente et une place de titulaire qui semble se profiler pour cette saison. Un avenir radieux se profile pour le joueur formé à Sochaux.

  • Boubacar Kamara (18 ans). Le très jeune marseillais a été l’un des seuls phocéens à ne pas décevoir en ce début de saison. Très polyvalent et bon dans la relance, il faudra surveiller d’un œil attentif son évolution qui pourrait l’emmener rapidement vers le maillot des Bleus.

  • Nordi Mukiele (21 ans). Déjà évoqué au poste d’arrière droit et 3ème joueur de cette liste à jouer au RB Leipzig. Il faudra se stabiliser à un poste pour Mukiele afin de prétendre à entrer dans la discussion.

  • Joris Gnagnon (21 ans). Un monstre physique, une puissance rarement vue pour une joueur de son âge. Le récent transfuge de Rennes peine à s’imposer au FC Séville, mais tout peut aller très vite pour lui.

  • Jules Koundé (20 ans). Le défenseur bordelais progresse match après match dans un style peu commun pour un défenseur central actuel. Relativement petit (1m81), il utilise à merveille sa mobilité et sa science tactique.

  • Jérémy Gelin (21 ans). Le départ du Gnagnon à Séville aura permis à Gelin de s’installer durablement en tant que titulaire à Rennes, très polyvalent car aussi à l’aise en défenseur axial qu’en milieu défensif, sa progression sera à suivre d’un œil attentif.

  • Mouctar Diakhaby (21 ans). Malgré un passage très compliqué à l’OL, le jeune défenseur français essaie de se relancer du coté de Valence, avec un succès mitigé. Son gros point fort est qu’il possède certainement le meilleur jeu aérien des joueurs listés.

  • William Saliba (17 ans). Attention au possible crack. Pour ses premières apparitions en Ligue 1 avec les Verts, Saliba a impressionné de maturité, capable d’évoluer à tous les postes de la défense, le pur produit de la formation stéphanoise peut rapidement devenir un joueur majeur.

  • Jean-Clair Todibo (18 ans). Lancé dans le grand bain à en ce début de saison Toulouse pour pallier au départ d’Issa Diop, le jeune français a montré des choses intéressantes malgré quelques erreurs de jeunesse qu’il faudra vite gommer. Actuellement en conflit avec le club sur la signature de son premier contrat professionnel. Attention à ce que l’extra-sportif ne vienne pas gâcher les belles promesses entrevues durant ces 3 premiers mois.

  • Alexander Djiku (24 ans). Patron de la défense caennaise, l’équipe de France parait lointaine pour le joueur formé à Bastia. Mais sa progression depuis son arrivée à Caen reste à signaler.

  • Anthony Briançon (23 ans). Une combativité hors-norme pour le joueur de Nîmes, qui malgré son jeune âge montre déjà un leadership intéressant.

  • Harold Moukoudi (20 ans). Le Havrais réalise un début de saison solide dans la morosité havraise, un futur transfert en Ligue 1 est souhaitable pour le joueur.

Pour eux, ça semble terminé :

  • Laurent Koscielny (33 ans, 51 sélections). C’est LA triste histoire du mondial, lui qui avait annoncé prendre sa retraite à l’issue de la compétition n’aura finalement pas été du voyage, faute à sa blessure. C’est sur ces adieux déchirants que se termine la belle histoire de l’ex-loriantais en Bleus.

  • Loïc Perrin (33 ans). Une carrière minée par les blessures, ce qui ne lui a jamais permis de porter le maillot bleu. Triste destin pour ce défenseur qui, en forme, aurait pu apporter de belles choses à l’équipe de France.

  • Mapou Yanga-Mbiwa (29 ans, 4 sélections). L’un des héros de l’Hérault lors du titre de Montpellier, le défenseur lyonnais est actuellement aux oubliettes dans le club rhodanien.

  • Younès Kaboul (32 ans, 5 sélections). Au placard à Watford, l’ancien auxerrois aura connu une carrière éphémère.

Défenseur axe gauche 

Les sélectionnés réguliers :

Blessé actuellement, Samuel Umtiti (25 ans, 27 sélections), héroïque contre la Belgique en ¼ de finale du dernier mondial reste le titulaire indiscutable à ce poste. Une éclosion relativement tardive comparée à son compère Varane, mais une complémentarité avec ce dernier qui permet au barcelonnais d’être assez serein quant à la suite de sa carrière en équipe de France.

Pour le seconder à la coupe du monde, Presnel Kimpembe (23 ans, 5 sélections) était du voyage et tient une grande importance dans la vie du groupe. Rarement décevant avec le PSG, Kimpembe est passé totalement aux travers lors de ces trois dernières sorties sous le maillot tricolore. Le parisien peut se méfier, car la concurrence à ce poste de défenseur central gaucher est rude, et nombreux sont les joueurs performants en club.

Réserviste cet été et présent dans la liste des 23 en l’absence de Samuel Umtiti, Mamadou Sakho (28 ans, 28 sélections) revient de loin. Suspendu de manière injuste à l’aube de l’Euro 2016 en France, l’ancien parisien a su rebondir pour revenir dans les petits papiers de Deschamps. Malgré un début de saison compliqué avec Crystal Palace, le héros du barrage pour la coupe du monde 2014 peut continuer à jouir de la confiance du coach, ainsi que d’une côte de sympathie importante de la part des français. Cependant, ces difficultés balle au pied pourraient bien lui couter sa place à ce poste tant convoité.

Les postulants :

Comment ne pas évoquer tout de suite le cas d’Aymeric Laporte (24 ans) titulaire indiscutable à Manchester City et donc habitué aux matchs de très haut niveau. A chaque liste, la question subsiste et les observateurs ne comprennent pas pourquoi il ne figure pas dans la liste. Un élément de réponse peut être trouver dans la différence entre le jeu prôné par Pep Guardiola à City, et le jeu proposé par l’Equipe de France. Manchester City a toujours le ballon. Ce qui contraste fortement avec l’équipe de France. Laporte est-t-il capable de subir le jeu de l’équipe adverse ? La question est légitime et c’est sûrement cette question qui fait encore hésiter Didier Deschamps.


Crédit photo : manchestercity.com

Juste derrière dans la hiérarchie arrivent à mon sens deux joueurs. Dans un premiers temps Clément Lenglet (23 ans). Le joueur formé à Nancy et parti en Janvier 2017 au FC Séville dans l’anonymat a connu une progression spectaculaire avec comme point d’orgue son transfert au FC Barcelone cet été pour 36 M€. Depuis la blessure d’Umtiti c’est justement lui qui assume avec réussite ce poste de défenseur axial gauche dans la défense catalane. Il joue même souvent les pompiers de service pour venir couvrir un Piqué plus enclin à être décisif dans la surface adverse que dans la sienne actuellement. Une vraie explosion qui pourrait bien l’emmener jusqu’en équipe de France, au grand dam d’Aymeric Laporte.

Dans un second temps se présente Abdou Diallo (22 ans). Parti tôt de l’AS Monaco où il n’a pas eu sa chance, le grand défenseur central s’est imposé comme l’un des tous meilleurs de la Bundesliga avec Mayence dans un premier temps, puis avec Dortmund cette saison. Sous les ordres de l’excellent Lucien Favre, le jeune français s’éclate et impressionne de semaine en semaine. Mature tactiquement et solide physiquement, il pourrait bien donner rapidement des maux de têtes à Deschamps au moment de faire ses listes.

Les outsiders :

  • Moussa Niakhaté (22 ans). Arrivé à Mayence cet été en provenance de Metz pour remplacer … Abdou Diallo, l’international espoir s’est immédiatement imposé au cœur de la défense du club allemand, une évolution à surveiller attentivement.

  • Dan-Axel Zagadou (19ans). Parti libre du PSG à l’été 2017, l’immense défenseur (1m96) a disputé une dizaine de match de championnat pour sa première saison et apparait souvent cette année dans l’équipe de Lucien Favre. Un profil atypique puisque malgré sa (très) grande taille, l’ancien parisien peut évoluer indifféremment dans l’axe ou au poste de latéral gauche.

  • Malang Sarr (19 ans). Seulement 19 ans et pas moins de 59 matchs de ligue 1 au compteur pour le prodige niçois, qui après avoir impressionné lors de sa première saison (2016/2017) a semblé un peu marqué le pas la saison passée. Son début de saison est encourageant et ses qualités de relance et de vitesse lui offre un profil un peu à part au milieu de ces solides défenseurs centraux.

  • Evan N’Dicka (19 ans). Encore un joueur de Bundesliga ! Formé à l’AJ Auxerre, N’Dicka est parti cet été à Francfort. Avec succès puisque le joueur comptabilise d’ores et déjà 14 titularisations toutes compétitions confondues et participe activement au très bon début du club allemand.

Pour eux, ça semble terminé :

  • Eliaquim Mangala (27 ans, 5 sélections). Le joueur ne fait plus parti des plans de Guardiola à City, et face à la concurrence de haut niveau à ce poste, on image mal Didier Deschamps refaire appel à l’ancien liégeois.

  • Jérémy Mathieu (35 ans, 5 sélections). Une histoire de rendez-vous manqués pour l’ex-sochalien qui a annoncé sa retraite internationale en septembre 2016.

  • Maxime Le Marchand (29 ans). Malgré de bonnes saisons à Nice, la marche sera trop haute pour l’ancien havrais qui vit un début de saison compliqué avec son nouveau club de Fulham.

Latéral gauche 

Les sélectionnés réguliers :

Titulaire à la coupe du monde et très convaincant durant celle-ci, Lucas Hernandez (22 ans, 15 sélections) semble être le titulaire indiscutable du poste. Très juste dans ses choix offensifs et excellent défensivement, la combativité montrée match après match par le joueur de l’Atlético plaît au sélectionneur et aux observateurs. Actuellement blessé, il faudra veiller à ce que les pépins physiques ne s’enchainent pas mais Lucas Hernandez semble promis à une grande carrière internationale.

Son remplaçant au mondial, Benjamin Mendy (24 ans, 9 sélections) a longtemps tenu la corde et apparaissait comme le titulaire idéal au poste. C’était sans compter sur ses blessures à répétition et sur le sans faute de Lucas Hernandez depuis son arrivée chez les Bleus. Mendy se distingue par rapport à son principal concurrent par un fort attrait pour l’aspect offensif du poste, au détriment quelques fois de ses tâches défensives. Malgré ça son profil est complémentaire à celui du joueur de l’Atlético, et les deux joueurs, épargnés par les blessures, apparaissent comme la doublette parfaite à ce poste, offrant des possibilités différentes au coach selon le style de jeu souhaité.

Réserviste durant l’été et titulaire contre les Pays-Bas en l’absence des deux tauliers du poste, Lucas Digne (25 ans, 22 sélections) a grillé un joker dans cette course à la 3ème place dans la hiérarchie du poste. Souvent court défensivement, et loin d’être aussi adroit en phase offensive qu’il n’a pu l’être par le passé, Digne semble peiner à retrouver son meilleur niveau. Après des passages à Paris puis au FC Barcelone où il a chaque fois manqué de temps de jeu, son transfert à Everton à l’été dernier peut lui donner un second souffle. Il vaudrait mieux pour lui car dans le cas contraire, le match contre les Pays-Bas pourrait bien être son dernier sous le maillot bleu.

Les postulants :

B.Mendy et Hernandez absents, la sélection de Ferland Mendy (23 ans) est apparu comme logique tant le latéral formé au Havre se montre régulier depuis son arrivée à Lyon. Adroit sur ses centres, très vif et assez propre défensivement, le lyonnais se positionne actuellement comme 4ème (voire 3ème) dans la hiérarchie des arrières gauches. A lui de s’installer définitivement à cette place en continuant à progresser, et pourquoi pas profiter des blessures des deux mondialistes pour bouleverser l’ordre établi.

Crédit photo : Le Parisien

Auteur de deux excellentes saisons à Montpellier, Jérôme Roussillon (25 ans) est aujourd’hui un joueur de Wolfsburg où il s’est tout de suite imposé en tant que titulaire. De la même génération que Pogba, Thauvin et consort, le joueur formé à Sochaux avait manqué le sacre mondial U20 en raison d’une blessure au genou. Nul doute qu’il a à cœur de renouer avec le maillot bleu, en équipe A cette fois-ci. Son profil de petite bombe physique, très rapide et très puissant, fait de lui un postulant crédible s’il continue de progresser.

Le frère de Lucas, Théo Hernandez (21 ans), montre également de belle chose depuis le début de saison et son prêt à la Real Sociedad. En manque de temps de jeu au Real Madrid, son année au pays basque peut être salvatrice, d’autant que la fin de l’ère Marcelo est proche chez le club de la capitale. Dans le même style que son ainé, s’il arrive à s’imposer au Real Madrid, nul doute qu’il viendra s’intégrer rapidement à la discussion.

Les outsiders :

  • Jordan Amavi (24 ans). Longtemps dans la discussion pour intégrer le groupe France, le joueur de l’OM semble stagner et est souvent en difficulté cette année.

  • Stanley N’Soki (19 ans). Très utilisé par Thomas Tuchel cette saison, le jeune latéral parisien présente une maturité et une polyvalence qui jouent en sa faveur. Il peut rapidement devenir un joueur avec lequel il faut compter.

  • Fodé Ballo-Touré (21 ans). L’international espoir surfe sur le bon début de saison lillois et est en pleine progression, il est à surveiller de près.

  • Timothée Kolodziejczak (27 ans). Après un exil non concluant du coté des Tigres de Monterrey, son retour en France à l’ASSE est plus qu’encourageant. Régulier et capable d’évoluer également dans l’axe, l’ancien niçois semble passer un cap.

  • Dan-Axel Zagadou (19 ans). Déjà mentionné dans les défenseurs axiaux gauchers, son physique semble plus le diriger à occuper l’axe, mais pourquoi pas ?

  • Julien Serrano (20 ans). La mauvaise situation de l’AS Monaco peut profiter à ce jeune joueur formé au club pour s’imposer et surprendre.

  • Layvin Kurzawa (26 ans, 11 sélections). Presque oublié par le grand public, le parisien aujourd’hui blessé devra certainement quitter la capitale pour se relancer mais n’oublions pas son niveau de jeu lorsqu’il jouait à l’AS Monaco.

Pour eux, ça semble terminé :

  • Gaël Clichy (33 ans, 18 sélections). L’ancien de Manchester City et d’Arsenal finit sa jolie carrière en Turquie, mais ne devrait plus porter le maillot de l’Equipe de France

  • Benoit Trémoulinas (32 ans, 5 sélections). L’ancien centreur en série des Girondins et du FC Séville est actuellement sans club. Triste fin de carrière quand on tient compte du talent du joueur.

  • Franck Tabanou (29 ans). L’ancien toulousain n’a jamais su retrouver le niveau qu’il l’avait amené à quitter la ville rose pour l’Angleterre. Une vraie déception quant à la qualité de son pied gauche.

En somme, Didier Deschamps, malgré les difficultés actuelles de la défense, peut compter sur un vivier de jeunes joueurs très important. Si certains joueurs semblent intouchables s’ils sont épargnés par les blessures (Umtiti, Varane, Hernandez et B.Mendy), d’autres postes risques d’être soumis à une rude concurrence et quelques surprises pourraient voir le jour d’ici peu. En attendant, tâchons de suivre un maximum de ces jeunes joueurs, de les observer et de se montrer indulgeant avec eux. Ils sont jeunes, et commettront des erreurs. Suivre la Bundesliga peut également apparaître comme une excellente idée tant le nombre de jeunes défenseurs français titulaires et performant est important. Reste maintenant à Didier Deschamps d’expérimenter, de tenter, et de trancher. Mais la tâche ne sera pas aisée.

Crédit photo : France 3 Régions

Adrien Laurent



Poster un commentaire

elit. quis risus leo Praesent ipsum