Et le Prix Nobel de médecine 2019 est attribué à…

0
Ligue 1

Durant la semaine, WeSportFR attribue ses Prix Nobel du sport. De lundi à vendredi, retrouvez nos lauréats des Prix Nobel de médecine, physique, chimie, littérature et de la paix. Pour ouvrir le bal, place à la médecine. Ce Prix est logiquement attribué à…

Eufemiano Fuentes ! Qui d’autre pouvait prétendre à cette distinction ? Quel autre docteur du sport a marqué l’histoire de son empreinte, à une telle intensité, que même 15 ans après, son nom continue d’occuper l’actualité dans les médias. C’est là une véritable prouesse technique que réalise Eufemiano Fuentes. Celle d’inscrire son nom dans l’histoire à tout jamais, à toutes les époques. Peut-être lisez-vous ces quelques lignes en vous posant la question suivante : c’est qui ? Peut-être ne connaissez-vous pas très bien son nom. Mais vous avez sans doute entendu parler, un jour, de l’affaire dans laquelle notre cher médecin du sport est trempé. Il s’agit ni plus ni moins de l’une des plus gros affaires de dopage de l’histoire du sport : l’affaire Puerto.

Des poches de sang retrouvées chez le docteur Fuentes, le début d’un scandale international de dopage. Crédit : AP / Getty Images.

Qui es-tu, Eufemiano ?

Qui dit récompense dit rappel historique des faits de la personnalité. Le petit Eufemiano, bambin espagnol, naît dans la ville difficile de Las Palmas, dans les Canaries, sur les bords de mer. Il s’oriente en premier lieu vers la gynécologie, curieux choix lorsqu’on connaît la suite de l’histoire et son goût pour les transfusions sanguines. Mais n’allons pas trop vite, Eufemiano Fuentes est un féru de sport, dès son plus jeune âge, à tel point qu’il remporte le titre universitaire en 400m haies. C’est donc fort logiquement que notre nouveau Prix Nobel s’oriente vers l’athlétisme pour exercer son métier, celui de médecin. Il collabore notamment avec différents personnages de la Fédération espagnole dès 1980, et met en place un « suivi biologique ». Bien qu’officiellement rien ne relève de produits illégaux, qui sait ce que notre petit plaisantin s’amusait à tester sur ses athlètes.

Il faut attendre cinq années pour voir le docteur Fuentes s’essayer à un nouveau sport : le cyclisme. Médecin de l’équipe Orbea-Danena dans un premier temps, il élargit son champ d’action à d’autres formations. Pourquoi ce changement de sport si soudain ? Tout simplement parce que notre ami Eufemiano a déjà quelques casseroles au train dans le milieu de l’athlétisme, et qu’il comprend rapidement qu’il a plutôt intérêt à se faire oublier de ce petit monde. Curieusement, beaucoup d’athlètes dont il s’est occupé tombent pour des contrôles positifs. Comme quoi, le « suivi biologique », hein… Mais le docteur Fuentes se défend en expliquant que les sportifs testés étaient volontaires. Alors tout va bien, notre Prix Nobel continue son bonhomme de chemin dans le vélo, et commence à fricoter dans le milieu du football. Et puisque les scandales sportifs ne lui suffisaient pas, il est également cité dans des scandales financiers, comme celui de la banque HSBC, ou des Panama Papers, récemment. Mouillé dans l’affaire Festina également, Fuentes prépare les prémices de l’un des plus grands scandales de l’histoire du sport : l’affaire Puerto.

Pedro Delgado, sous le maillot de Seat-Orbea, a été l’un des premiers cyclistes suivis par le docteur Fuentes. Crédit : DEIA.

Son œuvre : l’affaire Puerto

L’affaire Puerto, c’est une grande affaire de dopage qui a touché le monde du sport, et plus particulièrement le cyclisme à ses débuts. En 2006, la garde civile espagnole arrête plusieurs responsables, dont le docteur Eufemiano Fuentes, suite à une perquisition au domicile du docteur. La police retrouve des poches de sang, des produits dopants et certains visant à masquer ceux-ci, et des fichiers de clients potentiels. C’est ainsi que débute un long feuilleton inachevé, digne de Plus Belle La Vie. Pour faire court, notre Prix Nobel est accusé d’avoir mis en place un immense système de dopage d’autotransfusions sanguines. Nous sommes alors dans l’après Armstrong, et beaucoup de candidats à sa succession tombent dans l’affaire. Mais l’homme à « abattre », c’est lui. Tout le sport se lègue contre le docteur Fuentes, jugé tête pensante de tout ce marasme.

S’en suit alors des années de procès et de procédures pour identifier les coureurs concernés. En effet, pour protéger ses clients, le docteur a utilisé des noms de code pour identifier les poches de sang de chacun. Si certains sont reconnaissables, d’autres avouent. D’autres nient en bloc, mais subissent quand même la guillotine des instances anti-dopage. La prouesse du Docteur Fuentes reste la suivante : grâce à la législation très légère, pour ne pas dire inexistante au moment des faits, notre accusé ne risque quasiment rien, s’il arrive à prouver que ses pratiques n’ont pas mis en danger la vie d’autrui. Fuentes est alors blanchi de toute condamnation en 2016.

Un scandale multisports… toujours d’actualité

Oui, on l’a évoqué, c’est bien du cyclisme qu’est parti l’affaire Puerto. Pourtant, Eufemiano Fuentes est clair lors de ses différents procès. Il a travaillé avec des cyclistes, des footballeurs, des tennismen, des boxeurs, et d’autres sports encore. Si le cyclisme a tenté, avec plus ou moins de réussite, plus ou moins de maladresse, de faire son ménage, force est de constater que les autres sports sont encore à la traîne. La faute aussi à une omerta appuyée par la législation.

Vous l’aurez noté, depuis le début de l’affaire en 2006, jusqu’à aujourd’hui, Puerto continue de faire parler, et de révéler de nouveaux coupables/responsables. Mieux encore, elle occupe toujours les pages de l’actualité. Des poches de sang étant petit à petit identifiées grâce à l’ADN. Mais là encore, la législation empêche toute transparence sur l’identité des athlètes concernés. Personne ne sait réellement si l’Affaire Puerto aura une dernière page, un épilogue. Mais si toute la lumière devait être faite, nul doute que nous sommes encore dans les premiers chapitres de l’histoire. Une chose est sûre, Eufemiano Fuentes a crée un véritable empire du dopage. Pas seul, certes. Mais quel médecin du sport peut se targuer d’avoir une plus grande renommée que lui ? Que ce soit pour des bonnes, mais surtout pour des mauvaises raisons, Fuentes a marqué l’histoire du sport.

Dans une interview à Stern, hebdomadaire allemand, Eufemiano Fuentes qualifiait son système de dopage de « médecine thérapeutique ». Mieux encore, il rajoutait que « le sport de haut niveau est un cirque dans lequel la santé des athlètes est reléguée au second rang. Peut-être me donneront-ils le prix Nobel dans 20 ans, peut-être vont-ils me construire un monument commémoratif. Ou ils me tueront ». WeSport a réalisé l’une de ses prédictions. Eufemiano Fuentes remporte haut la main le Prix Nobel de médecine pour l’ensemble de son œuvre ! Demain, vous découvrirez le Prix Nobel de physique.

Crédit photo : Chema Moya.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here