Auto/Moto

F1 : le coup de clim pour Bottas et Zhou avant le GP du Canada

Les pilotes se préparent doucement à monter dans leur monoplace pour le GP de F1 du Canada, mais Valtteri Bottas et Guanyu Zhou viennent apprendre une nouvelle de dernière minute qui va modifier à coup sûr leur approche de la course.

Le circuit Gilles Villeneuve a offert à la F1 un scénario rocambolesque à l'occasion des qualifications du Grand Prix du Canada. Sur les traces du pilote canadien, les coureurs actuels ont dû composer avec une piste un temps menacée par une météo capricieuse. Mais au terme d'une séance rythmée par les bons chronos de Mercedes, c'est George Russell qui a décroché la pole avec le même temps que le leader du classement des pilotes Max Verstappen (Red Bull). Plus bas sur la grille, les Ferrari de Leclerc et Sainz (11e et 12e) ont complètement manqué leur journée au même titre que le Mexicain Sergio Pérez (Red Bull), sorti en Q1 pour le deuxième GP consécutif.

F1 GP Canada : la tuile pour Bottas et Zhou

Respectivement 17e et 19e à l'issue des qualifications, les pilotes Sauber partiront finalement un peu plus loin. Pire, ils ne seront même pas sur la grille de départ au moment de l'extinction des feux. En effet, en raison d'un ajustement sous parc fermé de l'aileron arrière des deux monoplaces, celles-ci s'élanceront depuis la voie des stands après leur tour de formation.

Une sanction qui profite notamment à Esteban Ocon (Alpine) qui récupère deux places sur la grille après sa pénalité obtenue à Monaco. De son côté, Nico Hülkenberg grimpe lui aussi d'une petite place avec ce changement de dernière minute. Attention tout de même à ne pas vouloir trop en faire au démarrage ! À une heure du départ, la piste est de nouveau détrempée à cause de la pluie qui s'abat en ce moment même au Canada.

Actuellement en Master à l'ESJ Lille, je m'avère être un adepte du groundhopping à la recherche de grosses ambiances qui ambitionne de parcourir le globe à travers ses stades de foot. Côté maillot, je fus biberonné au chardon nancéien et au coaching de Pablo Correa. J'ai aussi grandi avec le calme d'Arsène Wenger et les tacles de Laurent Koscielny sur Canal. Mais parce qu'il n'y a pas que le football dans la vie, je vibre tout autant à encourager Thibaut Pinot dans son virage, Julia Simon devant L'Equipe, mais aussi Arthur Fils sur Eurosport.

Dernières publications

En haut