Roland-Garros

Federer à Roland Garros : l’amour fait de déceptions

Federer Roland Garros

Entre Roland Garros et Roger Federer, la relation a toujours été particulière. Dernier grand Chelem manquant au palmarès du Suisse pendant des années, RF a dû se montrer patient et connaître de multiples déconvenues avant de pouvoir soulever la coupe des Mousquetaires et devenir le 6ème tennisman à l’époque (en 2009) à avoir remporté les 4 tournois du Grand Chelem. Retour sur l’histoire compliquée de Roger Federer à Roland Garros.

Un début de carrière compliqué sur la terre battue Parisienne…

Si Roger Federer est considéré pour beaucoup comme le GOAT (Greatest Of All Time, le meilleur de tous les temps en Français), ses premiers pas Porte d’Auteuil n’ont pas été des plus resplendissants. Si au début de carrière, Roger Federer à Roland Garros a dû avouer son impuissance contre un spécialiste comme Àlex Corretja deux années de suite en 2000 (en 8ème) et 2001 (en 1/4), les années 2002 et 2003 sont des échecs retentissant avec des éliminations dès son entrée dans le tournoi contre Hicham Arazi et Luis Horna en 3 petits sets alors que le Suisse est dans le top 10 au classement ATP. Des doutes subsistent alors sur le mental du natif de Bâle à s’effondrer à Paris alors que les attentes se font sentir autour de lui. Même si RF arrive enfin à passer le 1er tour en 2004, il doit cependant s’incliner en 1/8ème de finale face au chouchou du public et triple vainqueur du tournoi, Gustavo « Guga » Kuerten. Une nouvelle déception pour le joueur qui remportera cette année-là les 3 autres tournois du Grand Chelem (Open d’Australie, Wimbledon et US Open). En 2005, il abandonne son titre en Australie même arrive en pleine confiance en ayant remporté le Masters d’Hambourg quelques jours avant d’arriver dans la ville lumière. Annoncé comme grand favori, il sait cependant qu’un jeune joueur Espagnol pourrait lui barrer la route au stade des 1/2 finales…

… Puis l’avènement de Rafael Nadal

Cette année de 2005 voit une nouvelle ère s’ouvrir dans le tennis mondial ainsi que le début d’une rivalité qui va dépasser le cadre du sport. Si pour la 1ère fois de sa carrière, Roger Federer à Roland Garros réalise un parcours sans faute, avec notamment une victoire sur un ancien vainqueur, Carlos Moya, tout le monde attend le vendredi 3 juin 2005, date où le Suisse doit rencontrer le jeune prodige venu de l’île de Majorque, Rafael Nadal, le jour de ses 19 ans. Après un match dantesque, le Bâlois doit s’incliner face à la défense héroïque du Majorquin (6-3, 4-6, 6-4, 6-3) et la domination de l’Espagnol dans le jeu. Un coup de massue pour R.Federer à Roland Garros, qui comprend que durant tout le reste de sa carrière, il devra faire face à un adversaire qui pourrait très bien lui barrer la route lors de chaque édition.

Et c’est malheureusement le scénario qui va se produire pour le Suisse. Arrivé pour la 1ère fois en finale en 2006, Roger Federer craque encore une fois contre Rafael Nadal, une nouvelle fois en 4 sets, avec toujours la même tactique de servir et de jouer sur le revers du Suisse. Une stratégie simplissime sur le papier, mais que le Suisse ne parvint jamais à contrer sur terre battue. Rebelote en 2007 et 2008 où les confrontations entre les 2 joueurs en finale tournent toujours en faveur de l’Espagnol. Mais si la domination de Rafael Nadal est indiscutable, c’est surtout l’emprise du Majorquin sur le mental de Roger Federer qui interroge. La réponse à cette question est donnée lors de la même année en 2008 où Roger Federer, imbattable à Wimbledon, à l’image de la domination de Rafa à Roland Garros, est battu chez lui en finale par l’Espagnol. Les larmes du Suisse font comprendre toute la détresse du champion, incapable de battre l’Ibérique sur terre mais qui le voit déchu de son trône à Londres. Une douleur qui dépasse la simple défaite. Pourtant, l’année d’après sera la bonne pour le joueur de Bâle.

Federer Roland-Garros

2009, la libération

Pour la 1ère fois depuis 4 ans, Roger Federer n’est pas la tête de série numéro 1 du tournoi de Roland Garros, laissant l’honneur à Rafael Nadal. Si R.Federer réalise un bon parcours tout en sobriété, le coup de tonnerre a lieu le dimanche 31 mai 2009 : Robin Soderling inflige la 1ère défaite de sa carrière à l’Espagnol à Roland Garros et met fin à sa domination. Cet exploit retentissant fait sortir la même phrase de la bouche des spécialistes et fans de tennis : c’est l’année ou jamais pour Roger Federer de soulever la coupe des Mousquetaires ! Dès le lendemain de la défaite du quadruple tenant du titre, l’atmosphère change totalement Porte d’Auteuil en ce lundi de pentecôte autour du Suisse, qui doit affronter l’Allemand Tommy Haas. Et la pression se fait immédiatement sentir chez le Suisse, qui semble emprunté pendant les 2 premiers sets de cette rencontre (6-7, 5-7) et le mental semble encore atteint. Mais poussé par le public, R.Federer fait basculer le match lors des 3 sets suivants (6-4, 6-0, 6-2) et s’envole jusqu’à la finale, malgré une nouvelle rencontre difficile en 1/2 contre Juan Martin Del Potro (victoire en 5 sets). Ce jour du 7 juin 2009, c’est le jour de la consécration pour Roger Federer à Roland Garros. Face au tombeur de son plus grand ennemi, le Suédois Robin Soderling, le Suisse ne fut jamais mis en danger dans cette finale (6-1, 7-6, 6-4) et devient le 6ème homme à conquérir les 4 titres du Grand Chelem en carrière. Un graal obtenu après 4 défaites en finales et bien plus de déceptions vécues comme un aboutissement pour Roger Federer.

La décennie 2010 : entre blessures et nouvelles déceptions

L’après sacre sera moins flamboyant pour Roger Federer à Roland Garros. Seulement vaincu par Rafael Nadal entre 2005 et 2009, le Suisse perd son titre lors du tournoi 2010 en 1/4 de finale face à… Robin Soderling (6-3, 3-6, 5-7, 4-6)! Le Suédois réalisant l’exploit de faire tomber les 2 monstres du tennis mondial en l’espace de 2 éditions. Un revers pour le numéro un mondial qui débutera une série de 2 ans sans victoire en Grand Chelem, lui qui en remporta au moins un pendant 8 années consécutives.

En 2011, le maître Federer doit affronter en 1/2 celui qui l’a battu quelques mois plus tôt en Australie et qui arrive invaincu à Roland Garros, Novak Djokovic. Le Serbe arrive avec 43 victoires de rang au moment de rencontrer le vainqueur en 2009. Et ce match entra dans la légende. Un niveau rarement vu à Roland Garros, où les 2 joueurs se livrent une bataille de tranchée. Après 4 sets, Roger Federer met fin à la série de Nole et s’impose 7-6, 6-3, 3-6, 7-6 et s’en va défier une 5ème fois Rafa Nadal en finale. Une finale qui tiendra toutes ses promesses mais le Suisse s’avouera une nouvelle fois vaincu en 4 sets (5-7, 6-7, 7-5, 6-1). Un nouvel échec face au roi de la terre battue. Une finale qui sera sa dernière Porte d’Auteuil pour Roger Federer à Roland Garros.

L’année 2012 marqua un tournant pour le Suisse dans la capitale Française. Battu en 1/2 par N.Djokovic, RF ne sera jamais en mesure de prétendre par la suite au titre à Paris. Avec des défaites en 1/4 (2013), 1/8ème (2014), 1/4 (2015), avant de déclarer forfait lors des 3 éditions suivantes, le Suisse revient aux affaires en 2019, en atteignant les 1/2 contre… Rafael Nadal. Mais une nouvelle défaite en 3 sets contre son meilleur ennemi (6-3, 6-4, 6-2), et qui reste à ce jour, les derniers moments où Roger Federer a pu être visible sur les terrains de Roland Garros !

La relation entre Roland Garros et Roger Federer a été faite de beaucoup de bas mais aussi de hauts. Si le Suisse a vu le meilleur joueur de tous les temps sur terre battue lui barrer la route très souvent, le Bâlois a marqué de son empreinte le tournoi Parisien avec ses succès et ses défaites, tout en décrochant le cœur de millions de Français.

Dernières publications

En haut