Cyclisme

Groupama-FDJ : saison 2023, Effectif, Pinot, Demare et Objectifs

Pinot

Le Tour de France est la raison d'être de l'équipe et David Gaudu a des ambitions réalistes de podium après avoir terminé quatrième au classement général cette année. Pourtant, c'est la participation de Thibaut Pinot au Giro d'Italia qui attire l'attention quand on regarde la campagne 2023 de Groupama-FDJ.

Comment pourrait-il en être autrement ? Depuis plus d'une décennie, les différents mystères glorieux et douloureux de la carrière de Pinot ont fourni plus de divertissement et, pour emprunter cette expression sans joie de l'ère des réseaux sociaux, ont provoqué plus d'engagement que le reste de l'équipe Groupama-FDJ combinée.

Pinot, un retour pour le cyclisme 

Pinot

Crédit de l'image en une : Twitter @GroupamaFDJ

Pinot peut aspirer à une vie tranquille dans la campagne de Mélisey, mais tant qu'il fera du vélo, il sera condamné à la célébrité. Dans ses jeunes années, plus vulnérables, il a dû parfois ressentir ce fardeau comme inadmissible. Au cours des saisons qui ont suivi son traumatisant abandon tardif au Tour de France 2019, les précédents extrêmes d'attente ont été tempérés par des blessures répétées.

L'adulation pour Pinot, en France et ailleurs, reste intacte, mais elle s'exprime aujourd'hui davantage sous forme d'espoir hésitant que d'anticipation ardente. Le Tour 2020 de Pinot a été gâché par une chute lors de l'étape d'ouverture et il a ensuite abandonné la Vuelta a España de cette saison avec la même blessure au dos qui allait pratiquement anéantir sa campagne 2021.

Le Français est revenu sur le Tour la saison dernière, mais il a été limité par une attaque de COVID-19 juste avant la course, se classant 14ème au classement général. Il a disputé la Vuelta à la recherche de victoires d'étapes, mais lors de ses meilleurs jours en montagne, il a eu le malheur de se heurter à Jay Vine (Alpecin-Deceuninck) et Remco Evenepoel (QuickStep-AlphaVinyl).

Pour 2023, Pinot revient à son Grand Tour préféré, et comme ses compatriotes Stendhal ou Michel Platini, ses plus grands moments d'inspiration créative ont eu tendance à venir au sud des Alpes. Son amour précoce pour l'Italie et tout ce qui s'y rapporte se reflète dans le surnom de “Pinotto” qu'il s'est attribué en plaisantant lors des Championnats d'Europe de Verbania avec l'équipe de France des moins de 23 ans et dans le tatouage “Solo la vittoria è bella” qu'il porte au bras droit. En tant que professionnel, Pinot a connu ses premiers succès à la Settimana Lombarda et a ensuite remporté la Lombardie, Milano-Torino et le Tour des Alpes.

Pinot

Lors de ses deux participations au Giro à ce jour, Pinot a livré deux des plus belles prestations de toute sa carrière. Lors de ses débuts en 2017, il a remporté l'avant-dernière étape difficile d'Asiago et a manqué de peu le podium après avoir participé à une lutte à quatre pour le maglia rosa qui s'est prolongée jusqu'au contre-la-montre final.

Douze mois plus tard, Pinot était encore meilleur, se battant avec courage même lorsque Chris Froome a renversé la logique sur le Colle delle Finestre. Cette fois, il semblait destiné à une place sur le podium, mais il est tombé malade dans l'avant-dernière étape. Plutôt que de monter aux côtés de Froome et de Tom Dumoulin sur le podium à Rome, Pinot a passé la dernière étape du Giro 2018 dans un lit d'hôpital à Aoste, où il a été soigné pour une pneumonie.

Le coût du rêve dans ce sport est souvent insoutenable, et pourtant Pinot – malgré des allusions occasionnelles à la retraite – continue de revenir pour plus. Cette résilience presque quichottesque a été capturée dans un microcosme lors du Tour des Alpes de cette année, où Pinot a été réduit en larmes par sa défaite aux mains de Miguel Ángel López (Astana Qazaqstan) sur le Grossglockner, avant de s'imposer à Lienz le jour suivant.

“Ce sont les deux faces de la même montagne. Pour gagner aujourd'hui, il devait perdre hier. Sa victoire d'aujourd'hui a de la profondeur parce qu'il a perdu hier”, a déclaré le journaliste Pierre Carrey dans le studio de L'Équipe TV cet après-midi-là. “Avec Pinot, contrairement à ce que dit son tatouage, ses défaites sont souvent plus belles que ses victoires”.

C'est là que réside l'attrait durable de Pinot, qui sait lui-même qu'à 32 ans, battre Evenepoel, Geraint Thomas (Ineos Grenadiers), Aleksandr Vlasov (Bora-Hansgrohe) et consorts sur un parcours du Giro avec 70 km de contre-la-montre est des plus improbables. Mais c'est là tout l'intérêt de l'entreprise. “Je n'ai qu'un seul objectif clair, battre les meilleurs dans les étapes de montagne”, a déclaré Pinot, qui se prépare pour le mois de mai en participant à l'Étoile de Bessèges, à Tirreno-Adriatico et au Tour de Romandie.

Gaudu s'est fait un devoir de viser explicitement une place sur le podium du Tour et en juillet, Groupama-FDJ – et le cyclisme français en général – espèrent qu'il pourra confirmer le potentiel évident qu'il a montré sur la route de la quatrième place au classement général de la course de cette année. En mai, cependant, Pinot courra pour quelque chose qui va au-delà du résultat et qui est d'une certaine manière plus convaincant.

Ou, comme l'a dit Carrey : “Au final, on n'attend pas grand-chose de plus de lui, qu'il gagne ou qu'il perde. Nous attendons de lui qu'il nous procure des émotions. Nous ne savons pas ce qu'il recherche dans sa course, c'est une grande question. Le sait-il lui-même ? Mais il est là, il n'a rien à prouver, il est à un autre niveau. Il parle à nos vies aussi.”

Les autres choses à suivre en 2023 chez Groupama-FDJ

  • Le susmentionné Gaudu était plus que satisfait de l'itinéraire du Tour, lourd en montagnes et léger en contre-la-montre, présenté en octobre, mais Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) et Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) semblent être dans une ligue à part, tandis qu'Ineos Grenadiers devrait être renforcé par le retour d'Egan Bernal. La marche de la quatrième place au podium est lourde à franchir pour le Breton.
  • Arnaud Démare s'est montré diplomate lorsqu'il a été interrogé à ce sujet lors de la présentation du Giro, mais il n'a pas pu cacher sa déception face à la façon dont Groupama-FDJ a laissé partir tant d'éléments clés de son train de tête pendant l'intersaison. Cela n'augure rien de bon pour les perspectives de retour de Démare sur le Tour après son absence en 2022, mais il cherchera à gagner tôt et souvent en 2023 pour faire valoir ses arguments. Après avoir terminé la saison dernière par une belle victoire à Paris-Tours, Démare a pour objectif de reconquérir Milan-San Remo en mars.
  • La prolongation de contrat de trois ans de Stefan Küng était une affaire importante pour Groupama-FDJ, étant donné les capacités du coureur suisse sur de nombreux terrains et sa volonté de jouer un rôle de soutien lorsque cela est nécessaire. Sur les pavés, cependant, Küng est le leader de l'équipe, après avoir finalement réussi à marier la régularité à son aptitude évidente pour le pavé. La troisième place à Paris-Roubaix a été le point culminant d'un printemps 2022 où il a toujours été dans le coup.
  • Bien entendu, le fait que Küng fasse partie d'une équipe de Classiques d'une profondeur considérable est un atout. Valentin Madouas a été troisième au Tour des Flandres et le talent de Jake Stewart est évident, tandis que Démare est prêt à revenir sur les pavés pour le week-end d'ouverture au moins après une récente interruption. Attendez-vous à ce que l'équipe ait des numéros dans les finales de pavés de février à avril.

 


Dernières publications

En haut