Football

Igor Tudor, un nouvel entraîneur atypique pour l’Olympique de Marseille?

C'est sans aucun doute l'information primordiale de ce début de mercato pour l'Olympique de Marseille, après la démission de son désormais ex-coach Jorge Sampaoli, les dirigeants Olympiens, Pablo Longoria en tête, ont désormais trouvé le successeur au technicien argentin. Ancien joueur professionnel, disputant notamment six saisons à la Juventus Turin, Igor Tudor débarque sur le banc marseillais avec derrière lui une expérience assez éclectique.

Passé par de nombreux pays et notamment la Croatie pour commencer, puis la Grèce, la Turquie et enfin l'Italie, un élément est commun à toutes les étapes de coach Tudor, démission rapide et parfois tumultueuse.

Des débuts chez lui à Split

Dans son club formateur de l’Hajduk Split, avec lequel il dispute ses premières ainsi que ses dernières minutes en professionnel après un passage en Italie à Turin, il découvrira également le métier d’entraîneur moins d’une année après avoir raccroché les crampons.

Embauché en 2009 par Edoardo Reja, coach de Split, pour officier en tant qu’adjoint, sa première expérience prendra fin rapidement après le départ de son mentor. Une fois ses diplômes obtenus, il est nommé à la fin de l’année 2012 comme entraîneur de la section des moins de 17 ans. Après quelques passages brefs à Turin pour apprendre au près d’Antonio Conte, on décèle déjà les premiers éléments tactiques de la patte Tudor, entre occupation de l’espace et jeu vertical.

Promu entraîneur principal du club en avril 2013, son principal fait d’armes en Croatie sera sa victoire en Coupe de Croatie, qui restera son premier trophée en tant que coach.

Un premier échec en Grèce (2015-2016)

Malgré une campagne d’Europa League loin d’être mauvaise avec un match nul et une victoire face au Borussia Dortmund, les résultats du PAOK Salonique d’Igor Tudor ne sont pas à la hauteur et le Croate reçoit dans sa lettre de licenciement la mention de ‘’commentaires désobligeants sur la qualité de l’équipe’’ pour justifier le choix du club.

La Turquie, une première belle histoire (2016-2017)

Fraîchement débarqué à Karabükspor en 2016, Igor Tudor fait d’un effectif réduit aux ambitions limitées une équipe solide qui lui permet après deux succès majeurs, face à Besiktas et Galatasaray, de rejoindre le Galatasaray Istanbul en février 2017.

Après des débuts contrastés avec le club stambouliote, il termine la saison sur quatre succès consécutifs dans un 4-2-3-1 qui devient son système de référence, plaçant le Néerlandais Wesley Sneijder en numéro 10 et deux jeunes joueurs Sinan Gümüs et Bruma, respectivement 22 et 21 ans, devant un duo de vrais numéros 6, essentiels dans son assise défensive.

Défait lors des barrages de qualification en Europa League la saison suivante, son début de saison en championnat est excellent avant un revirement de situation rapide, une élimination en Coupe de Turquie et trois défaites en quatre matchs sonnant la fin de son contrat.

Le départ s’est une nouvelle fois déroulé dans des conditions difficiles avec une fronde dans l’effectif représentée par les propos de son ancien numéro 10, Wesley Sneijder, mis au placard et qui n’a que très peu goûté au management du Croate ‘’L’entraîneur a fait son choix, celui de ne pas travailler avec moi’’.

Pompier de service puis panne offensive en Italie (2018-2019)

Embauché pour sauver l’Udinese de la relégation à quatre matchs du terme de la saison en 2018, Igor Tudor réussira à sauver le club italien de la descente grâce notamment à deux succès sur les deux dernières journées en utilisant un nouveau système en 3-5-1-1. Sans accord avec le club d’Udine, le Croate sera rappelé en mars 2019 pour terminer une saison morne (12ème) avant de préparer la suivante. Il peut alors appliquer son système de jeu avec une défense à cinq et un style clairement défensif (5 buts marqués par son équipe lors des 10 journées disputées).

Les deux dernières lourdes défaites (7-1 face à l’Atalanta et 0-4 à domicile face à l’AS Roma).

Retour à ses premiers amours

Quelques semaines seulement après son limogeage en Italie, le Hajduk Split le nomme comme nouvel entraîneur du club, une équipe qu’il mènera à la qualification en Europa League.

Adjoint d’Andrea Pirlo lors de la saison 2020-21 avec la Juventus Turin, le Croate sera en charge de l’aspect tactique de l’équipe pendant un exercice compliqué au cours duquel l’Inter Milan récupérera son titre. Le duo est alors remercié en fin de saison.

L’Hellas Vérone, sa première grande réussite

Seulement défait par l’AC Milan lors des dix premiers matchs de la saison 2021-22, le club de Vérone est conquis par la tactique d’Igor Tudor. En misant beaucoup plus sur l’attaque qu’il n’avait pu le faire auparavant, sa formation favorite est le 3-4-2-1 avec un jeu reposant sur ses ailiers et une recherche permanente des espaces libres. Il est également l’un des éléments clés dans l’éclosion au très haut niveau de l’Argentin Giovanni Simeone, auteur de 17 buts cette saison.

En résumé, la carrière d’entraîneur d’Igor Tudor fut à la fois pleine d’expériences variées et souvent conclues dans des situations délicates. Le contexte marseillais et la pression populaire devraient convenir au Croate, ses principes de jeu devront, eux, faire leur preuve en Ligue 1 et en Ligue des Champions, pour la première fois de sa carrière.

 

A lire aussi : Matchs amicaux – Calendrier estival des clubs de Ligue 1

Dernières publications

En haut