Interview de Yuri Souza, joueur brésilien de National 3 !

Yuri Souza, attaquant brésilien de 24 ans évoluant au FC Montceau Bourgogne en National 3, revient avec nous sur son parcours entre le Brésil et la France !

Bonjour Yuri, merci d’avoir accepté cette interview, tu commences ta deuxième saison avec Montceau, comment se passe ton adaptation en France ?

Je te remercie, j’ai eu quelques propositions pendant les vacances, mais rien de très concret, et après une conversation rapide avec le board de Montceau, nous avons décidé de revenir pour une autre saison. C’est un lieu que j’aime beaucoup, je me suis très bien adapté, dans les premiers mois, c’est toujours plus compliqué, mais j’étais très dévoué à apprendre le français mais aussi sur le terrain, qui est un style de jeu totalement différent du Brésil.

Quel est ton objectif cette saison ?

J’ai comme objectif collectif de toujours chercher la première position du groupe, ce qui est bien contesté, mais nous avons de grandes chances de faire du bon travail. Individuellement, je veux marquer autant de buts que possible, je suis un attaquant et sans but je ne me sens jamais bien.

J’aimerais revenir sur ton parcours, tu as fait des débuts professionnels au Brésil à Chapecoense, quelle sensation ou souvenir cela te procure ?

En fait, je ne voudrais pas revenir, je suis très reconnaissant envers les équipes que j’ai côtoyé, certaines personnes, d’autres ne m’ont fait que du mal, mais elles n’ont fait que me renforcer. Chapecoense est le lieu où j’ai joué le plus, mais beaucoup de choses se sont passées, mais c’est un club dont je garde les meilleurs souvenirs en tant que club, avec les personnes avec lesquelles j’ai travaillé. Aujourd’hui la plupart des gens vivent avec Dieu, et je suis sûr qu’ils regardent tout le monde ici sur Terre.

Comment tu as vécu le drame de Chapecoense ?

De la pire manière possible, j’ai perdu des gens qui me plaisaient beaucoup, des gens qui m’ont toujours aidé à suivre le bon chemin, d’être jeune et de commencer ma vie professionnelle à cette époque, j’étais bien triste, bien sûr, plus pour les familles et les amis qui ont perdu leurs parents, enfants. C’est une journée que je préfère oublier, je me rappelle simplement les bons moments passés avec eux.


Après une saison à Cascavel, tu décides de rejoindre la France et Montceau ? Pourquoi la France ?

C’est l’endroit qui m’a ouvert les portes du football européen. Un rêve de garçon et aussi des clubs avec de bonnes structures, avec une plus grande visibilité, je crois avoir fait le meilleur choix.

Quelles sont les principales différences entre le football français et brésilien ?

Beaucoup de choses, le sérieux, l’engagement envers l’athlète, la structure pour un bon travail, les salaires et l’honnêteté principalement. Je pense que nous avons beaucoup à apprendre, mais nous sommes toujours le pays champion du monde à cinq reprises. Nous avons nos qualités, nous allons toujours avoir le meilleur football du monde, mais aujourd’hui je vois non seulement le football français, mais le football européen bien au niveau technique et structurel pour le football, nous devons avoir l’humilité de l’accepter.

Qu’est-ce qui te manque le plus au Brésil ?

Ma famille, ma petite amie, mes amis, c’est ma base, être à la maison est toujours la meilleure chose, mais je suis là pour eux, ça me renforce.

Quel est le rêve de Yuri ?

Mon rêve est d’être dans un grand club, de pouvoir regarder en arrière et de dire que j’ai été capable de surmonter les obstacles. Pouvoir aider mes parents et mes frères et de constituer ma famille, c’est ce que nous apportons à la vie.

On arrive à la fin de cette interview, Yuri, que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Me souhaiter beaucoup de buts ! (rires) Ce serait déjà super ! Merci beaucoup mon ami !

Un grand merci à Yuri Souza pour sa gentillesse et sa disponibilité et nous lui souhaitons une très bonne saison avec le FCMB !



A propos de l'auteur

Stevan Jovetic FC

Poster un commentaire

lectus mi, ipsum leo ut quis Phasellus nunc neque. tristique