Ligue Europa

James Tavernier, le rêve européen

James Tavernier est certainement l'un des joueurs européen les plus sous-estimé du football. Retour sur l'improbable parcours du latéral gauche anglais.

“Je ne l'oublierai jamais”, se souvient Steve Evans, aujourd'hui entraîneur de Stevenage, en quatrième division. Je lui ai demandé : “Est-ce que tu viens ici pour être un homme et devenir le grand joueur que tu pourrais devenir, ou pour perdre ton temps ? C'est la seule fois que j'ai eu à le faire. Il a ensuite été absolument stupéfiant pour nous. Il a joué un rôle important dans notre promotion. Même James dirait que nous avons joué un grand rôle dans sa situation actuelle.”

Neuf ans plus tard, retraçons l'ascension du capitaine des Rangers du statut de stagiaire de ligue inférieure à celui d'arrière droit capable de marquer des points. Mais pourquoi l'Anglais de 30 ans, qui mènera son équipe en demi-finale de l'Europa League jeudi, reste-t-il ignoré dans son pays ?

Des prêts récurrents au héros de Wembley

Après six prêts en quatre ans, Tavernier avait peut-être besoin d'un mot sévère pour comprendre. Le défenseur originaire de Bradford avait tout le potentiel nécessaire pour exceller au plus haut niveau. Le fait que le club de Premier League de Newcastle ait été prêt à le débaucher de l'académie de Leeds United en 2008 en est la preuve.

Tavernier a fait sa première des 10 apparitions en équipe première de Newcastle lors d'une élimination en League Cup à Peterborough en septembre 2009 – le seul match en équipe première qu'il a joué cette saison-là.

Une autre sortie en League Cup a été accordée à l'adolescent la campagne suivante, une victoire 3-2 à Accrington Stanley, avant un prêt en janvier à Gateshead, un club de non-ligue. D'autres séjours à l'étranger ont suivi – à Carlisle United, Sheffield Wednesday, MK Dons et Shrewsbury Town – et il a accumulé un maigre total de 52 matchs dans les ligues inférieures d'Angleterre.

Mais c'est un transfert d'urgence à Rotherham en novembre 2013, avec l'ancien milieu de terrain des Rangers Haris Vuckic, qui a exposé Tavernier au jeu professionnel sur une base régulière. L'arrière a disputé 31 matches, marqué cinq buts et délivré six autres passes décisives, jouant un rôle essentiel dans la promotion de l'équipe du Yorkshire en Championship.

“J'ai rencontré Tav pour la première fois lorsque je l'ai vu jouer chez les moins de 23 ans”, explique Evans à BBC Scotland. “J'ai vu un talent fantastique, un arrière qui pouvait jouer dans quatre ou cinq positions tant qu'il avait un thème offensif. Il a gagné des matchs pour nous avec les coups de pied arrêtés pour lesquels il est connu. Chaque fois que nous obtenions un coup franc, n'importe où à 30 mètres, vous pensiez que ce serait un but, grâce à sa qualité. Nous avions une super équipe, mais James était spécial. En finale des play-offs à Wembley, nous étions menés 2-0 à la mi-temps par Leyton Orient. Nous avions besoin d'une menace plus offensive, alors j'ai fait entrer un jeune arrière et j'ai poussé James vers l'avant. Il a fait renaître l'équipe de ses cendres, en jouant le ballon et en nous faisant avancer. Sa contribution massive nous a permis d'accéder au championnat.”

“J'ai dit au Celtic de le signer”

Evans, un fervent fan du Celtic, a recommandé au club de son enfance de signer Tavernier après son impact instrumental à Rotherham. C'est plutôt Wigan Athletic qui est venu chercher l'Anglais, qui a terminé son séjour de cinq ans à Newcastle.

On s'attendait à ce qu'un départ définitif de Tyneside se traduise par un temps de jeu plus important, mais le latéral droit n'a été titularisé que sept fois en Championship avant d'être prêté à la mi-saison en League One. Cette fois, c'est Bristol City qui en a bénéficié, l'actuel capitaine d'Ibrox ayant contribué à une nouvelle promotion en troisième division.

Alors que les Rangers pansent leurs plaies après l'échec de leur propre campagne de promotion, le manager Mark Warburton a été chargé de revitaliser le club afin qu'il retrouve la Premiership après trois ans dans les divisions inférieures.

L'une de ses premières tâches a été de faire venir Tavernier de Wigan. Le latéral droit était l'un des 11 joueurs recrutés par l'ancien patron de Brentford cet été-là – sept ans plus tard, il est le dernier homme debout.

“En jouant contre Tav, il était un athlète extraordinaire”, déclare Warburton, le manager des Queens Park Rangers, à BBC Scotland. “Il avait beaucoup de puissance qui ont été un trait constant tout au long de sa carrière aux Rangers. Sa meilleure forme de défense était l'attaque. Tous ceux que j'ai interrogés sur James m'ont dit que son caractère était fort, affable, amical et travailleur. Il s'entraînait tous les jours et manquait rarement une séance. Tout ce que nous avons entendu s'est avéré vrai.

James Tavernier, un latéral hors du temps

“J'espère marquer plus que ce que j'ai marqué”, a déclaré Tavernier le jour de son arrivée à Ibrox. C'est une déclaration que l'on attendrait de la part du nouvel attaquant de son club, peut-être un attaquant hors de forme qui cherche à retrouver son mojo. Au lieu de cela, elle venait d'un défenseur.

Un coup franc contre Hibernian à Easter Road lors de ses débuts est un signe des choses à venir, le premier d'une série de coups de génie. Cette saison-là, il a inscrit 15 buts et délivré 23 passes décisives, pour un total impressionnant de 80 buts et 106 passes décisives en 340 matches.

“Ses chiffres font peur“, déclare l'ancien attaquant des Rangers Kenny Miller, qui a joué avec Tavernier pendant trois saisons à Ibrox. “Tav est arrivé en tant que quantité inconnue, mais on a tout de suite vu ses qualités. C'est un vrai latéral moderne, mais il est meilleur défenseur qu'on ne le croit. Il est toujours le bouc émissaire quand les choses semblent aller mal, mais c'est ce qui arrive quand on est le leader d'une grande équipe. Il a vécu beaucoup de choses depuis qu'il est au club et il a développé l'état d'esprit dont un joueur des Rangers a besoin. Il a vraiment répondu à ce que cela signifie de représenter cet insigne.”

Le niveau de Liverpool – mais pourquoi toujours en Écosse ? Pour replacer le score de Tavernier dans un certain contexte, Miller a inscrit 116 buts aux Rangers en 301 matchs. Pour un défenseur, atteindre plus des deux tiers de ce total relève de l'exploit.

La réserve est qu'une bonne partie de ces buts sont des penalties – 40 pour être exact – mais le nombre de passes décisives de l'Anglais est inégalé en Écosse – il en est à 12 cette saison en championnat et a créé 88 occasions en 32 matches.

Le latéral droit de Liverpool Trent Alexander-Arnold, lui aussi salué pour ses prestations et son nombre effrayant de passes décisives, en est également à 12 en Premier League.

“Le meilleur éloge que je puisse lui faire est qu'il pourrait jouer pour Liverpool si Alexander-Arnold était absent”, ajoute Evans. “Il pourrait concourir dans l'équipe de Manchester City. Il conviendrait aux deux.”

Alors pourquoi n'a-t-il pas suscité plus d'intérêt de la part de la Premier League ? “Ce n'est pas faute d'avoir essayé”, répond Evans. “Au cours des deux dernières saisons, sept ou huit bons managers de Premier League m'ont posé des questions à son sujet. Mais la seule raison pour laquelle il n'est pas parti n'est pas que les gens ne veulent pas payer. Il n'a jamais dit qu'il voulait partir. Les fans des Rangers ont un capitaine spécial.”

Warburton ajoute : “Les gens m'ont demandé : “Pourquoi Tav ne vient-il pas dans le sud ?”. Eh bien, il doit y avoir une offre. Il joue en Europe dans l'un des plus grands clubs, avec une histoire fantastique et une fanbase magnifique, pourquoi voudrait-il partir ?”

Pour sa première saison en tant que patron des Rangers, Steven Gerrard a nommé Tavernier capitaine après le départ de Lee Wallace – un rôle que Warburton affirme que l'Anglais “savoure” après avoir reçu des conseils de Wallace et de David Weir, un autre ancien capitaine d'Ibrox.

Après s'être inscrit dans le folklore du club l'année dernière, en devenant le premier capitaine des Rangers à soulever une couronne de première division depuis une décennie, la défense du titre cette saison ne s'est pas déroulée comme prévu.

Le Celtic, leader, compte six points d'avance à quatre journées de la fin, mais les champions en titre ont sauvé leur saison en s'imposant successivement en prolongation contre Braga en quart de finale de l'Europa League et contre leurs rivaux en demi-finale de la Scottish Cup. L'impressionnante équipe de Bundesliga, le RB Leipzig, attend le capitaine des Rangers, mais ce dernier peut encore s'inscrire dans la légende d'Ibrox en menant son équipe à sa première finale européenne depuis 14 ans.

Dernières publications

En haut