Jeux olympiques

JO – Badminton : des surprises et des confirmations en pagaille

Badminton JO

La Chine qui domine le double mixte, le Japon qui pleure ses doubles femmes et de solides danois dans le tableau masculin, retour sur ce qu’il s’est passé ce jeudi à Tokyo en badminton.

Une finale chinoise en double mixte

Logique respectée dans le tableau du double mixte. Respectivement têtes de série n°1 et n°2, les doubles Zheng Si Wei/Huang Ya Qiong et Wang Yi Lyu/Wang Dong Ping se sont logiquement qualifiés pour la finale. Opposée à un double hongkongais, les n°1 mondiaux n’ont pas fait dans le détail en s’imposant sèchement en deux manches (21/16 21/12). La paire chinoise retrouvera en finale les autres favoris, eux aussi chinois, qui ont eu plus de mal à se défaire du duo japonais composé de Yuta Watanabe et Arisa Higashino. Vainqueurs de la première manche, les Japonais seront dominés dans les deux suivantes, laissant filer le match et la qualification aux dépens de Wang et Huang. Comme en 2012 à Londres, la Chine montera donc sur les deux plus hautes marches du podium.

Aucune surprise chez les dames

Difficile de voir une logique aussi respectée que dans le tableau individuel féminin. À l’issue du tour éliminatoire et à l’orée des quarts de finale, les huit badistes qualifiées sont tout simplement les huit premières joueuses mondiales selon le ranking établi avant le tournoi olympique. Mieux, ces dernières ont presque toutes remporté leur match du jour en deux manches sèches. Parmi les performances marquantes, on peut noter le tour de force de la Japonaise Nozomi Okahura face à la Canadienne Michelle Li (21/9 21/7), mais aussi la qualification de la Chinoise He Bingjao, désignée vainqueur face à l’Américaine Beiwen Zhang alors qu’elle avait perdu la première manche (14/21 9/7).

Pour rappel, la Chinoise Chen Yufei et la Taïwanaise Tai Tzu-ying avaient été exempté du premier tour à élimination directe et étaient immédiatement qualifiées pour les quarts de finale. Avant d’attaquer les quarts, il n’y a plus aucune concurrente ne provenant pas du continent asiatique dans une catégorie où l’Espagnole Carolina Marín avait mis fin à l’hégémonie asiatique à Rio.

1/2 pour l’Indonésie en double hommes

L’Indonésie avait placé deux doubles en quarts de finale du tableau masculin, mais un seul s’est qualifié pour les demi-finales ! Opposés aux Malaisiens Aaron Chia et Soh Wooi Yik, Marcus Fernaldi Gideon et Kevin Sanjaya Sukamuljo n’ont pas réussi à prendre la moindre manche, se faisant donc éliminer et repartant de Tokyo pour la moindre médaille. Pour ceux qui arrivaient en qualité de tête de série n°1 et favoris, la déception est de taille. De l’autre côté du tableau, leurs compatriotes Mohammad Assan et Hendra Setiawan ont assuré leur qualification pour le dernier carré, non sans difficulté. Après avoir pris le premier set (21/14), les Singapouriens ont laissé leurs adversaires japonais prendre le second (21/16) avant d’écraser le set décisif (21/9). Ils représenteront donc les derniers espoirs de médailles d’une nation qui n’a plus remporté de médaille en double hommes depuis leur sacre en 2008.

Dans les deux autres quarts de finale, les paires taïwanaises et chinoises ont respectivement éliminés celles japonaises et danoises. Troisième et quatrième au ranking, les Taïwanais et les Chinois ont donc fait respecté la logique, bien que ces derniers aient été poussés au troisième set. Mis à part l’élimination surprise des meilleurs mondiaux, la logique a globalement été respectée.

Catastrophe pour le Japon

Possédant de véritables chances de médailles en double femmes, le Japon fera finalement choux blanc dans cette catégorie après l’élimination de ses deux paires en lice dans ce tableau. Face aux Coréennes Kim Soyeong et Kong Heeyong, Mayu Matsumoto et Wakana Nagahara auront pourtant tout donné. Troisième double féminin avant d’entamer ce tournoi, les Japonaises auront été emmenées jusqu’au troisième set, perdant finalement ce dernier 28 à 26, privant donc Mayu Matsumoto d’un potentiel doublé après son titre à Rio avec Ayaka Takahashi. Même sort pour leurs compatriotes Yuki Fukushima et Sayaka Hirota, n°2 mondiales, sorties par les favorites Chen Qing Chen et Jia Yi Fan en trois sets.

Dans l’autre partie du tableau, les Singapouriennes Greysia Polli et Apriyani Rahayu ainsi que les Coréennes Lee So-hee et Shin Seung-chan ont décroché leur ticket pour le dernier carré et s’affronteront pour une place en finale.

Des Danois au diapason

Dans une discipline où les pays asiatiques dominent, les Danois Viktor Axelsen et Anders Antonsen ont pour l’instant réussi à tirer leur épingle du jeu. Opposés au Taïwanais Wang Tzu-wei et au Britannique Toby Penty, les Scandinaves se sont imposés en deux sets et ont tout deux ralliés les quarts de finale. Troisième non-asiatique qualifié pour les quarts, le surprenant Guatémaltèque Kevin Cordón a battu le Néerlandais Mark Caljouw en trois sets pour rejoindre Heo Kwang-hee, bourreau du n°1 mondial japonais Kento Momota en phase de poules, au tour suivant.

Parmi les autres résultats, on peut noter la qualification du champion olympique en titre Chen Long pour les quarts de finale. Confronté au Malaisien Lee Zii Jia, le Chinois a été poussé au troisième set, un set qu’il a dominé de la tête et des épaules (21/5).

Rendez-vous demain pour la suite de la compétition dans les différents tableaux, avec notamment le dénouement en double mixte, mais aussi les demi-finales du double hommes et les quarts de finale du simple dames.

Crédit image en une : Getty Images

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire