Jeux olympiques

JO – Natation : McKeon et Rylov stratosphériques à Tokyo

Crédit photo : Reuters

Alors que les médailles sont de plus en plus distribuées au sein du bassin de Tokyo, Emma McKeon et Evgeny Rylov ont prouvé qu’ils étaient bien les meilleurs de leur discipline. Sur 100 m nage libre, l’Australienne a poursuivi la moisson de sa nation. Le Russe Evgeny Rylov, déjà sacré sur 100 m dos, continue d’impressionner à seulement 24 ans.

Un 100 m nage libre supersonique

L’ensemble de cette finale censée couronner la discipline reine de la natation a été incroyable. De bout en bout, les huit participantes ont donné l’impression d’une vitesse hors norme. Emma McKeon, la plus rapide d’entre elles, s’est même adjugé le record olympique (51.96). Elle, qui n’avait jamais remporté de titre majeur, rentre directement dans le grand bain. Sur la ligne, elle a devancé la Hongkongaise Siobhan Haughey (52.27) et sa compatriote Cate Campbell (52.52).

Déjà dominatrice en demi-finale, McKeon n’a pas tremblé. Que très légèrement favorite, elle a pris la tête de la course dès le début pour ne plus jamais la lâcher. Sarah Sjöström, médaille de bronze à Rio, n’a pu faire mieux que 5e, tandis que l’Américaine Weitzel ferme la marche dans son couloir d’eau numéro 8.

Rylov nouveau roi

À seulement 24 ans, Evgeny Rylov a décroché l’or olympique pour la seconde fois à Tokyo, après son titre déjà acquis sur 100 m dos. Argenté avec le relais 4×200 m russe, il s’est donc paré d’une troisième médaille sur ces Jeux, la quatrième dans une compétition olympique. Il y a 5 ans déjà, il avait fini 3e en 200 m dos. Il tient donc sa revanche, de la plus belle des manières. Tout comme McKeon, c’était l’homme à abattre et il a tenu son rang, bien que favori. Et tout comme l’Australienne, il avait signé le meilleur temps des demi-finales. Et puisqu’ils semblent aller de pair, il a aussi signé un nouveau record olympique (1:53.27).

Lors de cette finale de 200 m dos, il a une nouvelle fois triomphé de Ryan Murphy (États-Unis), tenant du titre et seulement second cette fois-ci. Il avait aussi fini sur le podium de 100 m dos sans pour autant s’imposer devant le Russe. Le Britannique Luke Greenbank, troisième des championnats du monde de la distance en 2019, reste à sa place. C’est toutefois une nouvelle ligne à son palmarès déjà rempli.

Les autres résultats de la nuit

En 200 m brasse, c’est la Sud-Africaine Tatjana Schoenmaker qui s’est imposée. Elle en revenait d’ailleurs à peine à l’arrivée. Elle devient pourtant la première nageuse de ces Jeux à faire tomber un record mondial, effaçant la marque de la Danoise Rikke Moller Pedersen. Elle a devancé sur la ligne l’Américaine Lilly King et sa compatriote Annie Lazor (2:20.84).

Enfin en 200 m quatre nages, dernière finale de la nuit, Shun Wang (Chine) a triomphé devant Duncan Scott (États-Unis) et Jérémy Desplanches (Suisse). Il devient le premier nageur à succéder au roi Michael Phelps, quadruple tenant du titre de la discipline.

La nuit fut une fois de plus agitée dans le bassin du centre aquatique de Tokyo. Avec quatre finales disputées mais également quatre séries (100 m papillon homme et 200 m dos femme), le temps n’était pas à l’ennui. La suite des événements ne devrait d’ailleurs pas tarder à arriver.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire