Jeux olympiques

JO – Volley : les Bleus qualifiés pour les quarts malgré leur défaite face au Brésil !

Dans la nuit du 1er août, l’équipe de France de volley affronte le Brésil à l’occasion du dernier match des phases de groupes. À son issue, les Français se qualifient pour les quarts de finale des Jeux olympiques malgré la défaite trois sets à deux face au champion olympique en titre.

C’est extraordinaire, l’équipe de France de volley se qualifie pour les quarts de finale à l’issue du quatrième set malgré sa défaite (3 sets à 2) de justesse et 2h53 de jeu. Le premier set débute bien en faveur du Brésil qui dès le commencement mène avec deux points d’avance (6-4). Un écart qui stagne, Trévor Clevenot permet le maintien de -2 (12-10). Il reste inchangé une bonne partie du premier set (21-19). Cependant, les Brésiliens creusent l’écart en doublant la mise (24-20). La France parvient à grappiller deux points avant la conclusion avec la balle de set (25-22). Le Brésil ouvre le score !

Le set de l’infini

La seconde manche montre un jeu égal où les deux équipes se suivent de très près (5-5). Cette fois-ci les volleyeurs français ont l’honneur de prendre deux points d’avance grâce à Earvin Ngapeth (7-5). Le Brésil ne laisse pas son adversaire filer et recolle à 8-8 et la partie s’équilibre de nouveau (10-10). Les points s’enchaînent pour les deux formations au tour à tour qui refusent de subir un retard (11-11),(12-12),(13-13). Il faut attendre les points successifs d’Earvin Ngapeth (16) et le bloc de Jean Patry (17) pour revoir les Tricolores bénéficier d’un écart de deux points d’avance (17-15). Cet écart se prolonge à 21-19 après un service raté côté brésilien. Earvin Ngapeth permet un écart qui passe à trois points (22-19). Les Brésiliens égalisent et le dénouement s’annonce explosif (24-24). Les points se succèdent et la manche s’éternise (37-37). Ce second set est remporté par la France au bout du suspense après une onzième balle de set (39-37). Earvin Ngapeth est l’homme de la conclusion après plus de 50 minutes dans ce set.

Le troisième set n’est pas celui de la confirmation

Le troisième set débute avec un point inscrit par Jean Patry. Les Brésiliens reviennent vite maintenant que les compteurs sont à égalité au niveau des sets (2-2). La formation brésilienne creuse l’écart de deux points (7-5) alors que les points s’enchaînent un par un depuis la fin du second set. La différence grandit et passe à quatre points (10-6). Le Brésil passe la cinquième en menant +5 (14-9). La France se retrouve en difficulté en étant menée de huit points (19-11). Cet écart reste le même à la fin du set. L’avantage est de nouveau dans le camp brésilien (25-17).

Le set de la qualification

L’acte IV sourit au Brésil qui ouvre le score et prend rapidement quatre points d’avance (5-1). Le retard est rattrapé par les Tricolores qui recollent à 10-10. Grâce à une balle qui termine dehors, la France mène dans ce set (13-12). Cependant le bloc du joueur brésilien Lucas devant Earvin Ngapeth permet aux volleyeurs brésiliens de repasser devant (15-14). Le bloc du natif de Saint-Raphaël permet aux Bleus de prendre l’avantage (17-15). Toujours présent, Earvin Ngapeth s’illustre de nouveau et trois points séparent ainsi les deux formations (18-15). Une feinte du filet sur un tir d’Earvin Ngapeth trompe les Brésiliens, la différence est de trois (22-19). Jean Patry offre la balle de set (24-20). En remportant ce quatrième set (25-21), l’équipe de France se qualifie pour les quarts de finale peu importe le résultat de cette rencontre.

L’ultime set commence avec une démonstration brésilienne (4-0). L’équipe de France trouve les ressources pour revenir à deux points de retard (10-8). C’est Earvin Ngapeth ce héros, qui permet aux Tricolores de mener dans le dernier set (13-12). Les compteurs reviennent à 15-15, décidément cette confrontation est interminable. Le Brésil s’impose au tie-break et remporte la rencontre trois sets à deux (20-18). Le champion olympique en titre brésilien tient son rôle mais l’essentiel est acquis : la qualification pour les quarts de finale !

 

Crédit photo : Reuters / Carlos Garcia Rawlins

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire