La ruée vers le Ballon d’Or (2/30) : Alisson Becker

0
Ligue 1

WeSportFR vous propose “La ruée vers le Ballon d’Or”. Cette série livrera un focus sur les 30 joueurs nommés pour cette récompense individuelle, le portrait de chacun sera publié par ordre alphabétique. Aujourd’hui, Alisson Becker !

Statistiques phare de la saison

La deuxième partie de saison du portier brésilien avec l’AS Roma reste sûrement l’une des plus emblématiques de sa carrière.

Pourtant habitué à être le dauphin de la Juve depuis quelques années, le club de la Louve termine la saison de Serie A à la troisième place, avec 9 clean sheets à son compteur. En C1, il participe à l’exploit romain d’avoir éliminé le FC Barcelone (après une défaite 4-1 au Camp Nou, victoire 3-0 à Rome), et intègre le dernier carré européen pour la première fois depuis 1984… Alisson et ses coéquipiers renconteront en demies son futur club de la Mersey, contre lequel ils seront éliminés malgré un match retour incroyable (victoire de Liverpool 5-2 à l’aller, victoire de l’AS Rome 4-2 au retour).

Il rejoint la Russie avec la sélection brésilienne pour la Coupe du Monde 2018, dans laquelle sa nation ne dépasse pas les quarts de finale, disqualifiée par la Belgique (2-1). Un bilan personnel satisfaisant pour lui : un seul but pris en 4 matchs (3 matchs de poule et un huitième de finale). Mais il en prendra le double face aux Diables Rouges…

Son début de saison avec Liverpool en Premier League est intéressant, puisqu’il n’a encaissé que 3 buts en 8 rencontres, et n’a pas connu la défaite (6V, 2N). En revanche, en Ligue des Champions, avec 3 buts concédés en 2 matchs, le ratio est moins impressionnant : il encaisse 2 buts face au PSG à Anfield (victoire de Liverpool 3-2). Puis, il n’empêche pas la défaite des Reds au stade San Paolo face au Napoli par le plus petit des scores (1-0).

Son palmarès

Une demi-finale de Ligue des Champions, une place sur le podium de Serie A, mais aucun trophée majeur pour le dernier rempart auriverde… La seule distinction individuelle qu’on pourrait lui accorder, c’est celle du gardien le plus cher de l’histoire du football, après 62,5 millions d’euros déboursés par Liverpool en juillet 2018 pour s’offrir ses services. Mais il sera quand même devancé par les 80 millions payés par Chelsea deux semaines plus tard pour s’adjuger le Basque Kepa Arrizabalaga.

Pourquoi il est dans les 30 ?

Sûrement l’un des meilleurs gardiens de but du monde en ce moment, il est plutôt logique de retrouver Alisson dans ce cercle très fermé. Même si sa salle des trophées n’a pas connu de nouvelle coupe cette saison…

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here