Football

L’analyse tactique du retour de Karim Benzema en équipe de France

L’équipe de France accueillait mercredi soir le pays de Galles à Nice pour son premier match de préparation au prochain Euro. Vainqueurs 3-0 sans trembler, les Bleus comptaient Karim Benzema parmi les titulaires. Analyse tactique du retour de l’attaquant madrilène en sélection.

 

C'était la véritable attraction de la rencontre. Si les matchs de préparation ne permettent souvent que d’avoir une esquisse des idées de jeu d’un sélectionneur pour une grande compétition, la rencontre de mercredi entre la France et le pays de Galles a livré des premières pistes quant à l’intégration de Karim Benzema dans l’effectif tricolore. Pour le retour de l’attaquant chez les Bleus, Didier Deschamps a concocté un 4-4-2 losange. Le Madrilène était ainsi associé à Kylian Mbappé en pointe, soutenus par Antoine Griezmann.

 

Décrochages et demi-espaces

Fidèle à ses habitudes, Karim Benzema (cercle bleu) s’est rapidement montré très mobile. L’ancien Lyonnais n’a pas hésité à décrocher assez bas sur le terrain. Sur cette séquence, il redescend en compagnie d’Antoine Griezmann (cercle blanc) afin d’offrir une possibilité de triangle pour fluidifier la sortie de balle.

 

Par leur mobilité importante, les deux équipiers ont parfois échangé leurs positions initiales et ainsi ajouté de l’incertitude dans le marquage gallois.

 

Le joueur du Real Madrid a beaucoup circulé dans le demi-espace gauche. En s’éloignant de l’axe et de la surface de réparation, il a notamment pu être servi face au jeu pour trouver ses partenaires. Ici, Antoine Griezmann est facilement touché dans les 16,50 mètres.

 

Karim Benzema a aussi proposé des solutions dos au but. En se plaçant entre les lignes, il a régulièrement offert des lignes de passe dans le cœur du jeu. Son positionnement dans le demi-espace gauche permet ici à Paul Pogba de s’appuyer sur lui avant de tenter une transversale en direction de Benjamin Pavard, isolé de l’autre côté du terrain.

 

Mais les déplacements de l’attaquant n’ont pas toujours suivi ceux du ballon. Cette phase de jeu illustre la variété de son positionnement, idéal pour un éventuel renversement de jeu.

 

Après l’entrée de Kingsley Coman à l’heure de jeu, les Bleus ont évolué dans un 4-4-2. Karim Benzema a alors occupé une zone plus axiale du terrain, affichant également une mobilité moindre en raison de la fatigue et du résultat déjà acquis pour la France.

Un jeu sans ballon précieux

S’il a affiché son habituelle justesse balle au pied, le Merengue s’est aussi démarqué par ses appels qui ont souvent ouvert des espaces pour ses partenaires. Dès les premiers instants de la rencontre, il emporte avec lui un défenseur central gallois et offre du champ à Antoine Griezmann pour attaquer la profondeur.

 

Kingsley Coman (cercle blanc) a aussi pu profiter des mouvements de Karim Benzema. Le joueur du Bayern Munich peut ici faire une course dans le dos de Joe Rodon, focalisé sur le Madrilène.

 

Le numéro 19 des Bleus a également affiché une certaine complémentarité avec les milieux de terrain. Lorsqu’il décrochait, Paul Pogba (cercle blanc) s’est ainsi souvent positionné plus haut sur le terrain.

 

Sur cette phase de jeu, c’est Adrien Rabiot (cercle blanc) qui dispose d’un espace important à attaquer grâce à l’aspiration d’un défenseur central gallois par Karim Benzema.

 

Le manque d’automatismes s’est tout de même parfois fait ressentir. Le natif de Bron occupe ici la même zone qu’Antoine Griezmann, tandis qu’un espace important près du ballon est inoccupé par les Bleus. Karim Benzema effectuera finalement une course à cet endroit quelques secondes plus tard. Mais un meilleur positionnement initial aurait peut-être permis à l’équipe de France de déséquilibrer le bloc gallois plus rapidement.

 

Même s’il ne s’agissait que d’un premier match et que le pays de Galles a été réduit à dix après vingt-cinq minutes, l’introduction de Karim Benzema dans le système français a laissé entrevoir des aspects intéressants. Des séquences encourageantes à confirmer dès la prochaine rencontre, mardi contre la Bulgarie.

 

Crédit photo de une : A. Mounic – L'Équipe

Dernières publications

En haut