Euroleague

L’ASVEL, récidive

Deux de suite pour l'ASVEL ! Après son probant succès à Barcelone la semaine dernière, Villeurbanne a enchaîné un deuxième succès consécutif en Euroleague en venant à bout du Partizan Belgrade. Après un début de saison plus que compliqué, les hommes de TJ Parker semblent retrouver des couleurs. En espérant que cela dure. 

De Colo, encore et toujours

Il avait inscrit le panier de la gagne dans les ultimes secondes de la rencontre au Palau Blaugrana. A lui seul ou presque, il avait permis à l'ASVEL de s'imposer en terre espagnole la semaine passée. Il a récidivé hier, contre le Partizan, à l'Astroballe. Nando De Colo prouve une nouvelle fois qu'il est loin d'en avoir terminé avec le haut niveau. Hauteur de 32 pts (son record depuis trois ans), il a guidé les siens vers le succès. Dans une rencontre qui a longtemps été équilibrée et portée sur l'attaque (47-48 à la pause), c'est lui qui a fait la différence au retour des vestiaires. 11 points en huit minutes pour permettre aux Rhodaniens de prendre le large. Et au final, s'imposer, et décrocher un cinquième succès en 13 rencontres : “On arrive au fur et à mesure à trouver notre rythme, c'est pas facile, ça prend du temps. La communication avec le staff est ouverte pour que l'équipe aille mieux. Une cohésion est en train de se créer. On avait parfois du mal à savoir quoi faire du ballon, maintenant cela va beaucoup mieux”, réagissait le MVP de la rencontre à l'issue de la partie.

Du mieux, à confirmer 

Si l'ASVEL, 13ème, se replace à deux victoires des équipes playoffables, le chemin est encore long. Très long. Car le début de saison fut chaotique. Aussi bien en Euroleague qu'en championnat, où les Villeurbannais sont à peine à l'équilibre avec 7 succès en 13 matchs. 7ème et déjà bien loin de Monaco et ses 11 succès. Mais la dynamique semble prendre forme, en atteste aussi, le probant succès contre Paris en championnat ce week-end (94-60). Le bouleversement du roster, la grave blessure de Joeffrey Lauvergne, l'ASVEL a eu du mal à digérer une entame complexe. Il va falloir maintenant être en mesure de confirmer les progrès entrevus, et ce, dès jeudi, contre l'Olympiakos: « C'est plus qu'un test qui nous attend. L'Olympiakos est une équipe très expérimentée et très en forme cette saison mais il faut éviter de se prendre la tête avec l'adversaire et se concentrer sur nous » annonçait De Colo. Face à une équipe qui vise le titre, l'ASVEL n'aura en tout cas pas grand chose à perdre.

3ème succès de rang pour la bande à Parker, dont deux sur la scène Européenne. L'ASVEL est encore bien loin de ses objectifs du début de saison mais l'équipe retrouve peu à peu des couleurs. De bonne augure avant d'attaquer les fêtes, où, à l'instar du boxing day de foot en Angleterre, les titres ne se gagnent pas, mais peuvent s'y perdre. 

Crédit photo : DicoduSport


Valentin Martin

Le cœur meurtri par la fin de carrière de Rodgeur, je m'en remets aux stepback de The Beard. Rien de tel qu'un Vélodrome incandescent pour me faire chavirer de bonheur

Dernières publications

En haut