Social Media

Le sport en Espagne

WeSportFR vous fait voyager à travers une nouvelle série, alors préparez-vous, embarquement immédiat pour un tour du monde sportif. Nouvelle escale pour les globe-trotteurs du sport, cette fois-ci arrêt en Espagne.

WeSportFR vous fait voyager à travers une nouvelle série, alors préparez-vous, embarquement immédiat pour un tour du monde sportif. Nouvelle escale pour les globe-trotteurs du sport, cette fois-ci arrêt en Espagne.

Zoom sur l’Espagne

L’Espagne comptait en 2016 une population de 46 600 000 habitants environ. Pourtant, la population espagnole est stagnante depuis des années, voire en décroissance depuis 2014. La faute à un taux de fécondité très faible (environ 1,49 enfant par femme, lorsque le seuil de renouvellement de la population est à 2,06 enfant par femme, un seuil qui n’a pas été dépassé depuis 1980). L’Espagne est une population qui est donc en train de diminuer et surtout de vieillir, l’âge médian étant proche des 42 ans. Pourtant, l’Espagne continue à rayonner sur le plan sportif à l’international.

L’Espagne à défaut de ce qu’on pourrait penser n’est pourtant pas dans le top 10 des grosses nations en terme de sport. Souvent classée entre la 10 et 20e place lors des olympiades, l’Espagne est un pays qui peine à diversifier les sports dans lesquels ils excellent, leur réussite se reposant sur les disciplines telles que le football, le basket, le handball, le tennis, les sports mécaniques, ajoutant quelques performances en athlétisme, en golf notamment.

Le football, une transmission latine

Comme tous les pays latins, le football est une tradition, si ce n’est une religion. L’Espagne n’échappe pas à ce constat. Actuellement, le pays possède l’un si ce n’est le meilleur championnat de football au monde avec la Liga et ses clubs légendaires que sont le Real Madrid, club le plus titré en Ligue des Champions avec 13 victoires et 33 titres de champion d’Espagne, le FC Barcelone, 5 fois champion d’Europe et club le plus titré en Espagne avec 56 titres (Liga + Coupe du Roi), l’Atletico Madrid ou des clubs à belle réputation comme le FC Séville, Valence voir Osasuna et La Corogne pour les fans des années 2000. L’Espagne a donc 18 titre en Ligue des Champions à son compteur, mais au delà du rayonnement de ses clubs à l’international, le pays peut aussi compter sur son équipe nationale : la Roja.

La Roja, à l’image du sport espagnol a commencé a réellement sortir du lot suite aux Jeux de Barcelone en 1992, qui ont su insuffler une vague générationnelle de grands sportif à l’Espagne peu importe les disciplines. Hormis la percée du début des années 1980 due à l’organisation du mondial 1982, l’Espagne ne connaît pas de grands résultats sur la scène internationale, ne passant jamais les quarts de finale des grandes compétitions hormis le titre à l’Euro 1964, la finale en 1984 et la poule finale du mondial 1950. Loin de quoi faire de la Roja une équipe marquante du football mondial me direz vous. C’était sans compter sur l’avènement d’une révolution du football mondial, insufflé par Johan Cruyff au FC Barcelone puis par Luis Aragones en sélection : Tiki-taka. Ce style de jeu basé sur une séries de passes rapides consistant à toujours garder le ballon en mouvement par un jeu de possession très fluide. Ce style de jeu sera la base de la domination du FC Barcelone sous Pep Guardiola puis de la sélection espagnole, championne d’Europe en 2008 puis 2012, couronnant le tout par un titre mondial en 2010 face aux Pays-Bas.

90-2000, le déclic de Barcelone

L’Espagne va connaître son essor sportif dans les années 1990-2000, notamment grâce aux retombées des jeux de Barcelone en 1992. Pourtant, certains athlètes espagnols commencent déjà à faire parler d’eux avant même ces jeux. On commence à entendre les noms d’Arantxa Sanchez, Pedro Delgago ou surtout Miguel Indurain dès la fin des années 1980. Barcelone c’est l’âge d’or du sport espagnol, l’Espagne fini alors 6e de ses jeux, récoltant plus de 10 médailles d’or pour la première et seule fois de son histoire (13 exactement), les noms des médaillés ne vous dirons rien ou presque, hormis la Roja, championne olympique de football, grâce à son équipe espoirs (les Jeux Olympiques en football étant réservé à des joueurs de moins de 23 ans, à 3 exceptions près).

S’en suit une vague de champions en Espagne, d’abord en cyclisme avec les arrivées d’Oscar Pereiro, de Carlos Sastre et surtout d’un certain “El Pistolero” : Alberto Contador, ensemble, ils font briller le drapeau jaune et rouge sur les routes de France pendant les mois de juillet des années 2000.

Côté basketball, une fratrie va faire la légende du sport en Espagne. Les frères Gasol, Marc et Pau sont draftés en NBA respectivement en 2007 et 2001. Ils sont tous les deux All Star à de multiples reprises, Marc devient meilleur défenseur en 2013 et Pau meilleur rookie en 2001. Ils brillent aussi avec leur sélection, notamment dans des rivalités face à l’Equipe de France lors des championnats d’Europe mais allant chercher la plus belle des médailles, si l’on compte que le titre est promis chaque olympiade aux Etats-Unis, lors des Jeux de Londres ainsi que ceux de Pékin. Les Espagnols s’offriront même le luxe du titre mondial en 2006 profitant d’une incroyable élimination des USA face à la Grèce en demie. La Grèce qui tombera face aux hispaniques en finale.

Comment penser au sport en Espagne sans ne pas évoquer le tennis espagnol et ses légendes que sont Sergi Brugera ou Arantxa Sanchez, mais surtout un certain homme de Majorque, plus précisément de Manacor. Un certain Rafael Nadal, dont la terre battue est à lui ce qu’un bac à sable est à un enfant de 3 ans, son terrain de jeu favori. Encore plus dans l’air français, à Paris, lui qui est vainqueur de douze Roland-Garros, rien que ça.

Enfin, le dernier rayon de soleil du sport espagnol sera mécanique, l’émergence de grands pilotes suivant cette génération dorée du sport espagnol. Côté F1, c’est évidemment Fernando Alonso qui est l’emblème du sport espagnol, double champion du monde en 2005 et 2006 avec Renault et maintenant double vainqueur des 24h du Mans avec Toyota ainsi que champion du monde d’endurance. En moto, les noms de Marquez, Pedrosa et Lorenzo se bataillent chaque année pour des titres mondiaux qui ne semblent pu pouvoir échapper aux hispaniques, dominateurs dans la catégorie reine de la Moto GP.

L’Espagne est donc un pays qui a longtemps eu des difficultés à s’inscrire dans la hiérarchie du sport mondial. Les Jeux de Barcelone ont été un déclic qui a propulsé les grands champion(ne)s, même si le palmarès du sport féminin espagnol reste toutefois plus discret. Voilà que se termine donc notre escapade en terre hispanique, avant de repartir dans un autre pays du monde, pour y découvrir une nouvelle culture sportive. 



Sport en directMercato Football Ligue 1

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Praesent felis id, suscipit id adipiscing venenatis, in