Les 30 moments marquants de 2019 : Le retour d’Andy Murray

0
Britain's Andy Murray celebrates and reacts after winning against Switzerland's Stanislas Wawrinka in their men's single tennis final match of the European Open ATP Antwerp, on October 20, 2019 in Antwerp. (Photo by JOHN THYS / BELGA / AFP) / Belgium OUT

Il y a 19 ans maintenant, Nelson Mandela disait « Sport has the power to change the world ! » Impossible de le contredire après ce que tous les amateurs de sport et de sensations fortes ont vécu cette année. À l’instant même où vous êtes en train de lire cette phrase, Trent Alexander-Arnold s’apprête sans doute à tirer un corner et Julian Alaphilippe a sûrement eu le temps de se glisser dans une échappée. Mais qu’importe votre sport de prédilection, la rédaction de WeSportFr a fait de la place à tous, et revient sur les 30 événements sportifs qui ont fait 2019. Aujourd’hui, retour sur le come-back d’Andy Murray, de l’annonce de sa retraite à son titre à Anvers.

Les larmes australiennes

C’est presque les larmes aux yeux que je m’apprêtais, il y a 10 mois, à écrire une série d’articles retraçant la carrière de l’Ecossais Andy Murray. Lors d’une conférence de presse déchirante, aux allures d’adieu, le Britanniques annonçait, le cœur lourd, qu’il s’agissait potentiellement de son dernier tournoi. A cause d’une hanche qu’il avait poussée à bout, il ne peut plus jouer sans douleur, il ne peut même plus vivre normalement. Il avait déjà tenté un retour durant la saison 2018 avec de multitudes injections et deux opérations. S’il veut soigner cette hanche, il doit en subir une autre sans garanti de succès. Mais cette opération-là est bien plus importante et doit avant tout lui permettre de poursuivre une vie “normale” sans douleur quotidienne. Tout le monde a du mal à reprendre la compétition après une une telle opération. Même le grand Guga n’en est jamais revenus. Le triple vainqueur de Grand Chelem annonce alors qu’il compte au moins jouer un dernier Wimbledon, pour finir chez lui, là où il a remporté 2 titres du Grand Chelem et les Jeux Olympiques. Le monde du tennis y a vu là une annonce de retraite.

C’est donc les yeux embués qu’il a dit “au revoir” au cercle de la petite balle jaune. Le premier tour qu’il jouera face à Roberto Bautista Agut aura été un bel hommage. Mené 2 sets 0 et d’un break dans la 3ème manche, on se dit alors que la fin du Britannique est proche. Mais c’était sans compter sa capacité à se surpasser. Il revient alors à 2 manches partout en remportant 2 tie-breaks. La 5ème manche, bien que dominée par l’Espagnol, aura donné l’occasion au public de manifester toute son admiration à celui qui a atteint 5 fois la finale à Melbourne et qui, selon toute vraisemblance, devrait fouler ce court pour la dernière fois. Il quitte la Rod Laver Arena après une vidéo d’hommage de ces collègues joueurs et joueuses et sous l’ovation du public resté en nombre. 

A ce moment, on ne sait même pas si on reverra l’Ecossais sur un court ; lui-même n’en a aucune idée. Finalement, Andy Murray décide de se faire opérer pour revivre ses moments-là. Il aime trop le tennis pour le quitter de cette manière. Après l’opération, il annonce qu’il va reprendre l’entraînement et plus tard tenter un retour à la compétition. 

Retour pas à pas, point par point

Sautons un peu dans le temps et retrouvons nous en Juin. Le début de la saison sur gazon. Murray a une annonce à faire : il jouera à Wimbledon en double. Mais avant ça, il s’aligne au Queen’s, tournoi qu’il a remporté à 5 reprises en simple, aux côtés de Feliciano Lopez. Tout Londres attends ce come-back. Même s’il ne faut pas se précipiter, les Britanniques souhaitent une magnifique fête pour le retour de leur héros. Ils franchissent les obstacles un à un en battant notamment les Colombiens Cabal et Farah, ainsi que Kontinen et Peers, 2 des meilleures paires de l’année. En plus de ça, le niveau de jeu proposé par la paire hispanico-écossaise est très élevé. Au terme d’une finale accrochée, Murray (et Lopez) soulève de nouveau un trophée, en double certes, presque 2 ans et demi après le dernier.

Murray et Lopez lors de leur victoire au Quenn’s – Image 20Minutes

Deux semaines plus tard, la hype grandit un peu plus. Murray va rejouer dans le temple du tennis. On ne l’y espérait plus après ses déclaration hivernales. En double messieurs, il a décidé de s’aligner avec Pierre-Hugues Herbert. En double mixte, chaque joueuse lui fait un appel du pied mais il ne choisira personne d’autre que… Serena Williams. Malheureusement, les résultats ne sont pas aussi bons qu’espérer et il s’incline respectivement aux 2ème et 3ème tours.

Dans une logique de retour progressif, Murray a peut être fait une erreur durant l’été : il a choisi de s’aligner à Cincinnati, pour son premier match en simple. Il s’y incline au 1er tour contre Gasquet puis d’entrée encore à Winstom Salem face à Sandgren. Peut être était-ce trop tôt pour s’aligner sur dur dès la reprise ? Il décide alors de participer au Challenger de Majorque, dans l’académie de Rafael Nadal. Il y bat même un jeune Français classé 1/6 mais perd en huitième de finale. Le monde du tennis commence alors à douter d’un retour au plus haut niveau… Son niveau semble stagné et il n’arrive pas à retrouver une condition physique décente.

Un titre en guise de confirmation

Sur la tournée asiatique qui, historiquement, lui réussit bien, il semble retrouver un niveau de jeu décent. A commencer par Zhuhai où il prend sa revanche sur Sandgren avant de perdre en 3 sets face à un bon de Minaur. A Pékin, il va même en quart de finale après avoir battu Berrettini. Il s’incline face à Thiem mais montre un très bon niveau de jeu. Enfin, à Shanghai, pour son 2ème Masters 1000 de la saison, il passe un tour contre Londero puis perd au tie-break du 3ème face à Fognini. L’enchaînement des matchs, c’est peut être ce qu’il aura fallu à l’Ecossais pour retrouver le rythme, l’envie et la hargne.

Les larmes de Murray après son titre à Anvers – Image @EuroTennisOpen

Le tournoi d’Anvers sera la dernier de la saison pour l’ancien numéro 1 mondial. Sa femme est enceinte de leur 3ème enfant et il souhaite être présent pour la naissance. Peut-être libéré par l’absence de pression (personne ne l’imagine être au niveau), il passe successivement les tours. Coppejeans et Cuevas en 2 sets, puis Copil en quart et Humbert en demi en 3 sets accrochés. Le revoilà en finale après presque 2 ans ! Il jouera le titre face à un autre revenant, le Suisse Stan Wawrinka. Cette finale est d’un très bon niveau : difficile d’imaginer que les deux protagonistes n’en ont plus joué depuis plusieurs mois. Le scénario est tout autant excitant. Quand Wawrinka remporte le 1er set puis breake dans le deuxième, on imagine que la messe est dite. Mais le Britannique recolle, un peu contre le cours du jeu, puis empoche le set sur un break alors que le Suisse à eu de nombreuses occasions. Même scénario dans le 3ème… Murray semble épuisé mais parvient à recoller 2 fois au score et comme lors du set précédent, il remporte le match sur un dernier break ! Murray est de retour aux affaires. Alors, certes, il ne s’agit “que” d’un 250, mais les longues secondes qu’il passe dans sa serviette juste après la poignée de main montre à quel point ce titre est important pour lui. Émotionnellement, je ne serais pas surpris qu’Andy le classe dans son top 5.

Malgré sa saison finie, il a tout de même joué un match de poule en Coupe Davis. Grâce à ce titre en Belgique, il est aux portes du top 100 (126ème) et on ne doute pas qu’il devrait y faire son retour rapidement. Toutefois, physiquement il en manque encore beaucoup et la route pour triompher dans les tournois du Grand Chelem est encore longue. Le documentaire Resurfacing, diffusé sur Prime Video, nous offre un aperçu de ce qu’il a enduré pour tenter de revenir et surtout pour continuer à pratiquer ce qu’il aime le plus. Il sera de retour à l’Open d’Australie en 2020, là où il avait annoncé le début de la fin…

Rendez-vous demain pour revivre le match féminin au Crown Jewel.

Source image en Une – Le Figaro

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here