NBA

Les Suns, légitimes favoris?

Les Suns de Phoenix ne s'arrêtent plus. Cette nuit, ils ont vaincu des Nuggets, certes privés de leurs stars (Jokic, Murray, Gordon, Porter Jr étaient au repos), mais cela leur permet d'enchaîner une 7ème victoire consécutive. C'est simple, ils ne se sont  jamais inclinés avec Kevin Durant sur le parquet. Ce dernier qui n’a d’ailleurs perdu que 2 rencontres  depuis le 27 novembre (bien qu'il ait manqué des matchs pour blessure). De quoi faire des Suns les favoris à l'Ouest? Possible.. 

L'effectif le plus talentueux 

Kevin Durant – Devin – Booker- Chris Paul – DeAndre Ayton. A-t-on déjà vu un big four aussi fort dans l'histoire de la NBA? La question mérite d'être posée tant le 5 majeur des Suns parait surpuissant. Autant se le dire tout de suite, personne n'a envie d'affronter cette franchise au premier tour des playoffs. Ni au second d'ailleurs.

Bien que les hommes de Monty Williams aient vécu les montages russes cette saison, ils semblent bel et bien lancés à l’approche des matchs couperets . Et avec un Kevin Durant qui commence à trouver son rythme de croisière, il pourrait y avoir du grabuge.

Une concurrence en demi-teinte

Si les Suns paraissent aussi forts, c'est aussi parce que le reste de la conférence Ouest ne semble pas aussi constant. Denver, qui a tout écrasé sur son passage au fil de la saison, vient d'enchaîner neuf revers sur les quinze derniers matchs et ne se prépare pas au mieux pour la post-season. Memphis a été touché par l'affaire Ja Morant et bien que les résultats n'aient pas été affectés, un tel séisme n'est jamais anodin.

Sacramento, qui réalise sa meilleure saison depuis 2003 part aussi avec un certain handicap: le manque d'expérience en playoffs. Aucun joueur de l'effectif des Kings n'effleure le niveau des KD, Booker ou autre Chris Paul. Sabonis réalise la meilleure saison de sa carrière, De'Aaron Fox est un solide joueur NBA, mais cela reste trop juste sur une série de playoffs. Ce n'est pas pour rien que beaucoup aimeraient retrouver les Californiens au 1er tour des playoffs.

Enfin, les historiques sont plus que chancelants : les Lakers sortent seulement la tête de l'eau mais la saison a été plus que controversée. Les Warriors, champions en titre, n'arrivent pas à gagner à l'extérieur. Problématique, surtout lorsque vous n'avez pas l'avantage du terrain. Enfin, reste les Clippers qui, épargnés par les blessures, peuvent clairement jouer les trouble-fêtes. Mais cela reste du domaine de la supposition.

Une revanche à prendre

En plus d'avoir un certain ascendant sur le reste de la concurrence, les Suns ont tous, plus ou moins, de vieux démons à oublier. Depuis sa terrible blessure au tendon d'Achille, Durant n'a plus rejoué de finale de conférence. Son échec avec les Nets après trois finales consécutives du coté de Golden State lui reste en travers de la gorge. Lui, tant décrié pour ses choix de carrière, veut laver l'affront et prouver qu'il est bien l'un des meilleurs joueurs de l'histoire.

Ses coéquipiers aussi ont des choses à se faire pardonner. Après avoir disputés la finale face aux Bucks il y a deux saisons, les Suns, pourtant favoris l'an dernier, ont été éliminés par un joueur, Luka Doncic dès le 2eme tour. Le coup est rude, et Phoenix, après une saison régulière en dents de scie, a tenté un énorme pari en mettant son avenir en suspens pour faire venir Durant, et tout miser sur le présent. Il faudra donc assumer, dès cette saison.

Les Suns parraissent être les plus forts à l'Ouest. Si de l'autre coté, Milwaukee et Boston semblent armés pour tenter de décrocher le trophée Larry O'Brien, dans une conférence Ouest de dingue, Phoenix dispose d’un court avantage. Cela sera-t-il suffisant pour aller au bout? La question reste en suspens mais force est de constater que l'ogre à l'ouest se trouve sans doute dans l'Arizona. 

Le cœur meurtri par la fin de carrière de Rodgeur, je m'en remets au stepback de The Beard. Rien de tel qu'un Vélodrome incandescent pour me faire chavirer de bonheur

Dernières publications

En haut