Manuel Amoros : ça tourne rond !

0
Ligue 1

    Né à Nîmes et en parfait Camarguais, Manuel Amoros a toujours aimé les équidés. Mais le ballon rond l’a emporté sur les chevaux, un bien pour le football. On dit chasser le naturel, il revient au galop, mais pour Manuel Amoros, il revient au trot.

 

 Crédit photos : https://twitter.com/pegased

 

 

Un palmarès hors-normes 

 

Citer toutes les grandes performances de Manuel Amoros est à mon image un risque. Le risque d’en oublier. N’étant pas un spécialiste du ballon rond, je me dois quand -même de me fendre d’en citer quelques-unes. Après des débuts à Lunel, professionnellement Manuel n’a jamais quitté le Sud-Est de la France.

Dès son début de carrière, direction Monaco où il fait les beaux jours de la Principauté, puis, l’Olympique de Marseille l’engage où aucun supporter de l’O.M. ne peut oublier son passage.

Une inoubliable et historique ligue des Champions en 1993, couronne sa grandiose carrière.

Sa carrière chez les bleus a aussi été remarquable.

Champion d’Europe des Nations en 1984 contre l’Espagne.

3e de la coupe du Monde en 1986, Manuel possède en tant que joueur un palmarès hors-normes.

 

Du ballon aux trotteurs en passant par le ballon…

 

Manuel est un vrai sportif, un passionné, un combattant. Après avoir fait connaissance de quelques entraîneurs de trotteurs dans le Sud-Est dont un certain Yannick-Alain Briand, Manuel Amoros a besoin de compétition. Il apprend à driver en sortant des chevaux le matin, puis il demande sa licence d’amateur.

 

Manuel Amoros
Fée du Scion et Manuel Amoros: Crédit photo Les Cahiers du Turf

Le 6 mars 2000, c’est le grand jour. Ses débuts en compétition se font devant mes yeux (un pur hasard). Ce jour-là sur l‘hippodrome d’Hyères, Manuel drive une certaine Fée du Scion entraînée par son ami Yannick. Le couple, homme-cheval termine 7ème sur 14 partants.

Puis, ne pouvant se consacrer entièrement à cette passion si prenante, tant en temps qu’en déplacements que sont les courses hippiques, Manuel raccroche bottes et cravache pour quelques années.

Le Nîmois alors attaque une carrière d’entraîneur et de sélectionneur à l’étranger. Et une nouvelle fois il ne quitte pas le soleil. Tunisie, Koweït sont ses premières aventures hors- frontières. Puis on fait appel à lui pour devenir sélectionneur des Comores et quelques temps plus tard du Bénin.

Mais le soleil de sa Camargue lui manque…et certainement les célèbres chevaux blancs. Alors retour maison.

 

Manuel Amoros

Libéré de toutes contraintes en 2018, Manuel Amoros reprend du service chez un jeune et talentueux entraîneur situé plus près de chez lui l’Écurie Kevin Thonnerieux installée à Sénas.  Kevin lui confie ses chevaux lorsque des courses réservées aux amateurs se disputent dans le Sud-Est.

 

Manuel Amoros
Born in Java lors de sa deuxième place à Sault en 2018

Pour l’instant, Manuel n’a pas encore passé le poteau en tête. Une deuxième place sur l’hippodrome de Sault avec une certaine Born In Java, lui a montré le chemin. Cette année 2020 n’est malheureusement pas là pour servir les appétits de victoires.

 

Manuel Amoros
Born in Java avec Manu et Bise Delo avec David

 

    Manuel Amoros s’est fixé comme objectif de courir un maximum de courses afin d’acquérir de l’expérience et de gagner trois courses en province afin de pouvoir prendre la direction cette fois-ci… du Nord, à Paris-Vincennes ! 

 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here