Sports US

March Madness : le guide de l’édition 2022

March Madness 2022

Si le tournoi a, officiellement, déjà commencé avec les rencontres du First Four qui ont déjà été disputées, la March Madness 2022 entame son tableau principal cet après-midi. Têtes de séries, futurs joueurs NBA à suivre et Français, We Sport vous présente cette édition qui couronnera une nouvelle université après le sacre de Baylor l’an dernier.

Ils sont soixante-quatre en lice, et à la fin, il n’en restera qu’un. Divisé en quatre régions, West, East, Midwest et South, chacune regroupant seize équipes, le bracket donnera son verdict lors du Final Four prévu à La Nouvelle-Orléans les 2 et 4 avril prochain, où s’affronteront les meilleures équipes de chaque région pour déterminer qui sera champion national.

Les têtes de série

West : Gonzaga

C’est un monstre sacré du basketball universitaire qui se présentera en tant que tête de série dans la région West. Toujours présent à la March Madness et presque toujours vainqueur, en saison régulière et lors du tournoi final, de la West Coast Conference depuis l’arrivée de Mark Few sur le banc en 1999, Gonzaga est resté dans ses standards cette saison. Autour d’un roster tourné autour de Drew Timme, Andrew Nembhard et surtout le prodige Chet Holgrem (voir plus bas), les Bulldogs ont été dominants, ne perdant que trois fois en vingt-neuf matchs. Premier du Final AP Poll, le programme de Spokane, Washington, sera l’un des grands favoris de cette édition 2022, après avoir échoué lors de la finale l’an dernier face à Baylor ; un second échec à ce stade de la compétition, après celui de 2017, que les Bulldogs tenteront d’oublier cette année.

Entrée en lice : vs #16 Georgia State – Jeudi 17 mars, 21h15

East : Baylor

Le champion en titre sera bien présent pour défendre sa couronne. Après une saison 2020/2021 extraordinaire, qui a vu les Bears décrocher leur premier titre national plus de soixante-dix ans après leur dernière participation au Final Four, les joueurs de Scott Dew ont su confirmer en finissant de nouveau en tête de la Big 12 à l’issue de la saison régulière. Battu en finale de conférence par Kansas, Baylor se présentera tout de même en tant que seed #1 à l’East, après avoir dominé le South l’an dernier. Dans un collectif qui a dû s’adapter après les départs de Jared Butler (Pelicans) et Davion Mitchell (Kings) vers la NBA, James Akinjo et Adam Flagler ont, notamment, su prendre la relève : suffisant pour réaliser le back-to-back, performance qui n’a plus été réalisée depuis Florida en 2006 et 2007 ?

Entrée en lice : vs #16 Norfolk State – Jeudi 17 mars, 19h00

Midwest : Kansas

Retour au tout premier plan pour Kansas cette année, avec à la clé le seed #1 en Midwest. Jamais absent de la March Madness depuis 1983, les Jayhawks ont signé leur meilleure saison depuis 2017, année qui avait vu les joueurs de Bill Self rejoindre le Final Four après avoir dominé la Big 12. Avec le senior Ochai Agbaji en figure de proue, le programme de Lawrence, Kansas, sera attendu au tournant après deux saisons que l’on peut qualifier de ratées avec deux éliminations au second tour. Dans la partie de tableau qualifiée comme la plus facile, les Jayhakws ont, en tout cas, les moyens de briller.

Entrée en lice : vs #16 Texas Southern – Nuit du jeudi 17 au vendredi 18 mars, 2h57

South : Arizona

C’est, assurément, l’invité surprise parmi les quatre têtes de série de cette March Madness 2022. Pour sa première saison sur le banc, Tommy Lloyd a conduit les Wildcats jusqu’au titre de conférence et à un bilan de 31-3, le même que Gonzaga où Lloyd était encore assistant l’an dernier. Dans le sillage du sophomore Benedict Mathurin, l’université basée à Tucson a su se remettre en ordre de bataille après plusieurs saisons marquées par des enquêtes de la NCAA, replaçant le sportif au cœur de la discussion. Absent de la March Madness depuis 2018 et du Final Four depuis son titre en 1997, Arizona peut se permettre de rêver grand, même si la région South semble extrêmement relevée (Villanova, Tennessee) et qu’il sera difficile de s’en extraire.

Entrée en lice : vs #16 Wright State – Nuit du vendredi 18 au samedi 19 mars, 0h27

Les prospects Draft à suivre

Comme chaque année, la March Madness sera l’occasion pour certains joueurs pressentis pour être draftés en NBA dans quelques mois de prouver leur valeur et faire monter leur cote. S’ils seront nombreux à être dans ce cas de figure, We Sport vous en propose quatre à suivre au cours du tournoi.

Chet Holgrem (PF/C, Gonzaga)

Meilleur lycéen du pays l’an dernier, Chet Holgrem était en apprentissage cette saison à Gonzaga, mais cela ne l’a pas empêché de briller. Quatrième meilleur contreur de NCAA (3,6 contres/match), l’intérieur de 2m13 a surtout brillé par son impact défensif, même s’il a aussi su peser en attaque (14,2 points/match) dans le collectif de Mark Few. Candidat – voire même favori – pour être le premier choix de la Draft 2022, le natif de Minneapolis aura l’occasion de briller dans une équipe qui visera le titre, et pourrait – déjà – tenter de soigner sa sortie des rangs universitaires.

Jabari Smith (PF, Auburn)

Pas forcément attendu comme un top prospect en début de saison, Jabari Smith a chamboulé l’ordre établi avec des performances de très haut vol au sein de l’effectif des Tigers. Rookie de l’année dans la SEC, le natif de Fayetville en Géorgie a affiché des qualités offensives spectaculaires, ainsi qu’un potentiel défensif intéressant. Dans une équipe capable d’aller loin, ses performances seront à suivre avec attention, lui qui est désormais candidat à une sélection très haut à la Draft 2022.

Paolo Banchero (PF, Duke)

Pour la dernière saison de Mike Krzyzewski à Duke, Paolo Banchero est le dernier joyau qui sortira de l’école de Coach K. Meilleur scoreur (17,0 points/match) et rebondeur (7,8 rebonds/match) des Blue Devils cette saison, l’ailier-fort freshman devra un nouvelle fois faire étalage de ses qualités offensives pour permettre aux siens d’aller loin, et offrir une Last Dance mémorable à son coach ; jusqu’à lui offrir un titre après lequel il court depuis 2015 ?

Jaden Ivey (G, Purdue)

Après trois intérieurs de première année, place au seul guard, et sophomore, de cette liste : Jaden Ivey. Après une première saison d’adaptation, celui qui est originaire de South Bend dans l’Indiana est monté en puissance cette année, voyant parallèlement sa cote monter également auprès des scouts NBA. Avec un profil très athlétique tout en étant en progression au shoot, Ivey devra surfer sur ses bonnes performances à la fin du tournoi de la Big Ten pour confirmer tout le potentiel entrevu en lui et porter les Boilermakers.

Les Français à la March Madness

Après Yves Pons ou encore Joel Ayayi, qui était allé jusqu’à la finale nationale l’an dernier, ils seront huit Français à disputer la March Madness cette année. Parmi eux, le plus en vue sera sûrement Moussa Diabaté (Michigan). Arrivé cette année chez les Wolverines après être passé par l’IMG Academy, l’ailier-fort de 20 ans a réalisé une année très positive, disputant près de 25 minutes par match et ayant été élu dans la All-Big Ten Frehsman Team. N°11 dans le South avec Michigan, il aura l’occasion de briller devant les scouts NBA et de continuer son ascension.

L’autre Français qui devrait être assez en vue, c’est Alexis Yetna (Seton Hall). À 23 ans, le natif de Paris s’est bien adapté à la Big East et à sa nouvelle université, lui qui avait jusque-là évolué avec les Bulls de South Florida dans l’AAC. Tournant à plus de 24 minutes par match et titulaire plus d’une fois sur deux, il aura fort à faire avec les Pirates dans le South, eux qui sont tête de série n°9 et affronteront TCU au premier tour.

Parmi les autres Français engagés dans le tournoi, Clarence Nadolny et Daniel Batcho porteront haut les couleurs de la France avec Texas Tech. En sortie de banc, les deux Français tenteront de ramener les Red Raiders sur le devant de la scène, eux qui avaient surpris en atteignant la finale nationale en 2019. Ancienne université de Batcho, Arizona comptera, de son côté, dans ses rangs Adama Bal. Limité à 4 minutes par match, l’ancien Manceau ne devrait pas beaucoup voir le parquet mais possède de grandes chances d’aller loin dans le tournoi. Même constat pour Quentin Diboundje avec Tennessee, lui qui n’a eu le droit qu’à 5 minutes par match cette année.

À noter que deux autres Français seront dans les effectifs d’universités présentes à la March Madness : Alex Tchikou (Alabama) et Tanguy Niouzé (Jacksonville State). Néanmoins, il serait surprenant de les voir sur les parquets, le premier nommé n’ayant disputé que cinq minutes cette saison et le second à une seule rencontre.

Le programme

  • First Round : 17-18 mars
  • Second Round : 19-20 mars
  • Sweet 16 : 24-25 mars
  • Elite Eight : 26-27 mars
  • Final Four : 2 avril
  • NCAA championship game : 4 avril

 

Rendez-vous dès 17h15 pour l’ouverture du premier tour avec une affiche de la région South, Colorado State vs Michigan, avant l’entrée en lice d’une première tête de série, Baylor, à 19h contre Norfolk State.

Crédit image en une : USA Today


Louis Rousseau

Les mots "Minnesota Miracle" et "No-Call" sont rayés de mon vocabulaire. Mon cœur pleure la retraite de Drew Brees et la solitude de RJ Barrett au Madison Square Garden.

Dernières publications

En haut