ATP

Masters 1000 Miami : place aux huitièmes !

Les choses sérieuses vont débuter au Masters 1000 de Miami. Après des premiers tours avec quelques surprises (éliminations de Shapovalov, Khachanov, Auger-Aliassime, Rublev dès le deuxième tour, de Gaël Monfils un tour plus tard), les cadors vont pouvoir s'expliquer. Si aucun énorme choc n'est encore à prévoir, quelques rencontres vont valoir le coup d'œil.

Le deuxième Masters 1000 de la saison a déjà fait quelques dégâts. Certains n'ont pas été capable d'éviter les pièges, et ont déjà pris la porte avant d'avoir pu esquisser le moindre geste. Une nouvelle fois décevant, Karen Khachanov n'a, comme à Indian Wells, pas été capable de franchir un tour, éliminé par Tommy Paul. Même son de cloche pour Felix Auger-Aliassime, fessé par Kecmanovic. Déjà battu par Van De Zandschulp la semaine passée, FAA ne rassure pas, une nouvelle fois. Lui qui avait pourtant royalement commencé la saison, avec un titre à Rotterdam et une élimination en quart de l'Australian Open, seulement défait par le futur finaliste, Daniil Medvedev. Pour Rublev en revanche, la foudre s'est malencontreusement abattue sur lui. Si elle était un animal, cette foudre pourrait être un phénix, qui, une nouvelle fois, renaît (espérons le) de ses cendres. Vous voyez sans doute de qui il s'agit.

Une tempête nommée Kyrgios 

Dans la lignée de son très bon Masters 1000 Californien (éliminé seulement par Rafael Nadal), Nick Kyrgios est en train de tout écraser sur son passage du coté du Hard Rock Stadium. Si Mannarino a fait illusion un set au premier tour avant de finalement céder 7-6 / 6-3, Rublev, 7ème joueur mondial, n'a pas existé. Prenant au passage une véritable correction, dont une bulle pour terminer et finalement s'incliner 6-3/6-0. L'Australien, redescendu au 102ème rang au classement ATP, a ensuite facilement disposé d'un Fognini encore plus irrégulier que lui, 6-2/6-4. Surtout, depuis le début du tournoi Floridien, il n'a concédé qu'une seule fois sa mise en jeu, face à Rublev.. avant de débreaker immédiatement. Signe d'un joueur en confiance? Sans doute, car bien que Kyrgios choisisse toujours ses matchs, et surtout limite ses tournois, il réalise un début de saison très correct. Battu par Medvedev chez lui puis Rafa à Indian Wells, il peut nourrir de grandes ambitions. Mais pour cela, il faudra déjà battre Sinner. L'Australien a une vraie carte à jouer, tant le 11ème joueur mondial a passé du temps sur les courts depuis le début du tournoi : 2h42 pour venir à bout de Ruusuvuori, puis 3h13 hier pour éliminer Pablo Carreno-Busta. L'ouragan semble encore prêt à faire des ravages.

Zverev, pour retrouver des couleurs ? 

Dans la même partie de tableau, le revenant Alexander Zverev a un très bon coup à jouer également. Opposé à un Kokkinakis qui risque de commencer à flancher physiquement (deux tours de qualifications, trois matchs dont deux en trois sets dans le tableau principal), l'Allemand, veut laver l'affront de son élimination d'entrée à Indian Wells. Lui dont on garde toujours, pour l'instant, en tête l'image de son coup de sang à Acapulco. Accroché par Coric, obligé de passer en trois sets, il a rassuré hier, très sérieux pour vaincre McDonald. En cas de victoire face à Kokkinakis, qu'il n'a plus affronté depuis 2018, Zverev retrouverait le vainqueur du duel Casper Ruud – Cameron Norrie, qui risque lui aussi d'être serré. Avant éventuellement une demie face à Kyrgios ou Sinner, voir Frances Tiafoe. Rien d'insurmontable pour le finaliste de l'US Open 2020.

Les Américains en force 

Ils sont encore trois, et c'est assez rare pour être souligné. Trois Américains encore en course, à domicile, en huitième de finale d'un Masters 1000. Tyler Fritz, vainqueur à Indian Wells la semaine passée, tête de série numéro 11, sera opposé à Kecmanovic, avant d'éventuellement rencontré Tsitsipas. Jenson Brooksby, la star montante du tennis Outre-Atlantique, 21 ans, 39ème à l'ATP est également toujours en lice et fera face au numéro 2 mondial, Medvedev. Enfin, dans la partie basse du tableau, Frances Tiafoe, toujours à l'aise sur dur, aura une belle carte à jouer pour rallier les quarts de finale. En effet, ce dernier, après avoir écarté Nakashima en trois sets puis Juan Martin Cerundolo sans tremblé (6-3/6-2), affrontera l'autre Cerundolo de la fratrie, à savoir Francisco. Assez cocasse pour être souligné. L'aîné, légèrement mieux placé au classement ATP, tentera de poser plus de problèmes que son frère à Tiafoe, qui n'a pas traîné hier sur les courts, réglant l'affaire en tout juste 1h05. Dans l'autre partie du tableau, la plus relevée sur le papier, Fritz et Brooksby auront la tâche bien moins aisée. Le premier cité, bien que favori face à Kecmanovic, a une énorme étiquette de collée derrière son t-shirt désormais, à savoir celle de vainqueur de grand tournoi. S'il semble avoir plutôt bien digéré son succès malgré une entame délicate face à Kukushkin (victoire 6-3/5-7/6-3), il a su redresser la barre face à Tommy Paul hier, après avoir concédé sa mise en jeu d'entrée de match. Il a inversé la tendance pour finalement s'imposer en deux sets, 7-6/6-3. Mais en face se présente un homme qu'il connait bien, pour avoir mis fin à son excellent parcours la semaine dernière en quart de finale, dans le désert de l'Ouest Américain. Revanchard et remis en scelle malgré cet échec, Kecmanovic est reparti de plus belle, n'ayant concédé pour l'heure aucun set, que ce soit face à Jack Sock, FAA ou Sebastian Korda hier. Battu en trois sets par Fritz à Indian Wells, le 48ème joueur mondial aura à cœur de prendre sa revanche, et faire tomber l'Américain dans son antre. Pour le petit dernier, le récidiviste après son huitième la semaine précédente, la tâche s'annonce bien plus ardue. Medvedev est pour l'instant intouchable, Andy Murray et Pedro Martinez en ont fait les frais. Il a un affront à laver, après son élimination dès les 16ème de finale en Californie, qui lui a fait perdre sa place de numéro un mondial quelques jours après l'avoir obtenue. Il est en mission, et le public du Hard Rock Stadium aura beau être acquis à la cause du local, difficile d'envisager quelconque exploit.

Tsitsipas – Alcaraz, pour embellir la journée 

La vraie belle affiche du jour se disputera dans la nuit. Stefanos Tsitsipas, tête de série numéro 3, face à la star montante du tennis, Carlos Alcaraz. Demi-finaliste la semaine passée, seulement éliminé par son idole Rafael Nadal, le jeune espagnol pousse si fort qu'il en viendrait presque à être favori face au Grec. Après un début de saison de belle facture (demie finale à l'AO, finale à Rotterdam), Tsitsipas a flanché lors du premier masters 1000 de l'année, battu par Brooksby. Il aura sans doute à cœur de remettre les pendules à l'heure, d'autant que leur seul affrontement c'était soldé par une victoire du cadet. C'était l'été dernier à New-York dans un match épique en cinq sets. Tous deux sérieux hier, face à De Minaur et Cilic, ils seront prêts.

Dans cette partie de tableau très relevée (Medvedev, Fritz, Hurkacz), il va falloir avoir les épaules solides pour se frayer un chemin jusqu'à la finale. Mais en attendant, ce choc des 8èmes de finale sera le clou de cette très belle soirée à venir du coté de Miami.

Le programme :

Medvedev (1) – Brooksby

Harris – Hurkacz (8)

Tsitsipas (3) – Alcaraz (14)

Fritz (11) – Kecmaovic

Kyrgios – Sinner (9)

Cerundolo – Tiafoe (28)

Ruud (6) – Norrie (10)

Kokkinakis – Zverev (2)

Crédit photo : Eurosport

Dernières publications

En haut