Tennis

Top 50 des meilleur(e)s joueuses et joueurs de tennis : places 6-10 (WTA)

WeSportFr vous propose son classement subjectif des meilleures joueuses de tennis de la 2ème moitié du XXème siècle jusqu’à nos jours. Aujourd’hui, on attaque le Top 10 avec des noms tous plus prestigieux les uns que les autres comme Maria Sharapova, Monica Seles ou Martina Hingis !

10ème : Maria Sharapova

Crédit photo : Getty Images

Connue pour sa froideur hors et sur le court, elle fût une des joueuses les plus charismatiques du circuit féminin sur ces 15 dernières années. En 2004, elle devient la 1ère Russe a gagner Wimbledon alors qu’elle n’a seulement 17 ans. Puis en 2008, elle est sacrée à l’Open d’Australie . Elle remporte également l’US Open 2006 ainsi que les éditions 2012 et 2014 de Roland-Garros. Malheureusement, sa carrière est stoppée en 2016 à cause d’une suspension de 15 mois pour dopage. Elle n’arrivera pas à retrouver son classement par la suite à cause de nombreuses blessures à l’épaule. Elle annoncera alors en février 2020 la fin de sa carrière à l’âge de 32 ans. La joueuse sort en 2017 son autobiographie “Unstoppable” où elle se livre pour la première fois de sa carrière.

9ème : Martina Hingis

Crédit photo : Eurosport

La joueuse Suisse est tout simplement la recordwoman de la plus jeune gagnante d’un titre de Grand Chelem dans l’ère Open, et la plus jeune numéro une mondiale de l’Histoire (16 ans, 6 mois et 1 jour). Elle remporte 5 titres du Grand Chelem en simple mais pas le tournoi de Roland-Garros bien qu’elle ait atteint 2 fois la finale du tournoi parisien. Elle met sa carrière entre parenthèses de 2003 à 2006 à cause de blessures. Après avoir été contrôlée positive à la cocaïne en 2007, elle refait une pause pour se consacrer au double de 2013 à 2017.

La finale de Roland-Garros en 1999 contre Steffi Graf fût une des finales les plus mémorables du tennis féminin. Alors qu’elle discute une trace sur la terre battue, elle traverse le filet alors que le point avait été déjà attribué à Steffi Graf. Elle a failli se faire disqualifier de cette finale par l’arbitre à l’époque. C’est à ce moment là que l’Allemande revient dans le match et s’adjuge le trophée. Martina Hingis finit alors en pleurs sur sa chaise. Ce jour là, le public avait choisi son camp et c’était celui de la légende Steffi Graf. Hingis sortira même du court sous les sifflets du public parisien. Graf dira par la suite que c’était le match le plus fou de sa carrière.

8ème : Justine Hénin

Crédit photo : AFP

Un des plus beaux revers du circuit féminin. Elle dominera toutes ses adversaires de 2003 à 2008 en remportant 43 titres en simple incluant 7 Grand Chelem, 2 Masters et 1 médaille d’or olympique. Après une importante blessure au coude survenue en 2010, elle décide de se retirer de la compétition en 2011. Membre du Hall of Fame depuis 2016, elle est désormais consultante TV et s’occupe de sa fondation ” Justine for Kids” et de son académie de tennis. Sa rivalité avec sa compatriote Kim Clijsters l’a toujours poussée vers le haut et affirme aujourd’hui qu’elle n’aurait pas eu la même carrière si Clijsters n’avait pas joué en même temps qu’elle.

7ème : Margaret Smith-Court

Crédit photo : Bert Verhoeff

Détentrice du record de victoires en Grand Chelem en simple (24) devant Serena Williams, sa carrière se déroule entre “l’ère amateur” et l’ère Open (1968). Margaret Court est la seule joueuse à avoir remporté au moins deux fois les quatre tournois du Grand Chelem, en simple, double dames et double mixte. Elle gagne également 4 Fed Cup avec l’Australie. Le Grand Chelem australien a nommé un de ses courts “Margaret Court Arena” en son honneur. Mais certains joueurs veulent le renommer à cause de propos homophobes prononcés de la part de l’Australienne. Aujourd’hui, Margaret Court n’est plus vraiment la bienvenue sur les évènements de tennis…

6ème : Monica Seles

Crédit photo : SportsIllustrated

La joueuse d’origine Yougoslave, et naturalisée américaine en 1994, remporte 9 titres du Grand Chelem dont Roland-Garros à l’âge de 16 ans. Elle est connue pour sa technique particulière et son jeu très agressif : elle jouait des deux mains côté coup droit et revers. En 1993, l’année de ses 19 ans, alors qu’elle joue son quart de finale au tournoi de Hambourg, un spectateur franchit les barrières de sécurité et vient la poignarder dans le dos. Malgré une blessure superficielle, le traumatisme psychologique est quant à lui profond. Elle tombe en dépression pendant 2 ans avant de retourner à la compétition en 1995 puis triomphera 1 an après à l’Open d’Australie pour son ultime sacre dans un Majeur. Elle mettra fin à sa carrière en 2003 à cause d’une fracture de stress au pied.

Crédit photo : Getty images

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire