Moto GP

Jack Miller s’impose, Zarco et Quartararo brillent à domicile !

Depuis des années, nous avons été habitués à vivre de nombreuses surprises lors du week-end du Grand Prix de France MotoGP. Celui de cette année n’a pas dérogé à la règle, et nous avons pu assister à une course très surprenante et mouvementée…

Viva Miller ! 

Jack Miller brille une nouvelle fois ! Deux semaines après sa victoire au Grand Prix d’Espagne, le pilote australien s’est imposé pour la seconde fois cette saison. Parti de la troisième place sur la grille de départ, le pilote officiel Ducati s’est tout de suite placé en tête de peloton et a terminé le premier tour en tête. Dépassé un court instant par Maverick Viñales, il a pu reprendre la tête des opérations lorsque la pluie s’est mise à tomber sur le circuit Bugatti. Étant rentré trop rapidement dans les stands lors de son changement de machine, il a écopé de deux Long Lap Penalty qu’il a dû exécuter sous des conditions difficiles. Mais la machine était en marche et il a ainsi pu rattraper Fabio Quartararo et le dépasser afin de s’adjuger cette magnifique victoire, sa troisième en catégorie reine.

Le drapeau tricolore présent sur le podium… en double ! 

La France peut être fière de ses deux pilotes ! Johann Zarco et Fabio Quartararo ont en effet tous deux terminé sur le podium, respectivement aux deuxième et troisième places. Ayant manqué son envol, le pilote Pramac est parvenu à remonter progressivement et à dépasser ses adversaires. Très à l’aise sur cette piste en train de sécher, le pilote cannois a enchainé les tours rapides, allant près de deux secondes plus vite que le reste du plateau. En quatrième position à la mi-course, il a attendu la deuxième partie de celle-ci avant de s’attaquer à Takaaki Nakagami et à Fabio Quartararo afin de s’adjuger la deuxième place. Mais ce dernier, bien que parti en pole, se réjouit de sa performance. Sachant qu’il est en difficulté sous la pluie, il espérait que la course se déroule sur une piste sèche, ce qui ne fut pas le cas. Cependant, le pilote de la Yamaha officielle est parvenu à garder un rythme suffisant pour ne pas se faire rattraper par le reste du plateau. Lui aussi victime d’un Long Lap Penalty pour s’être arrêté au mauvais endroit lors de son changement de machine, le pilote niçois a malgré tout été en mesure de rester sur ses roues, contrairement à certains de ses adversaires, et à franchir le drapeau à damier en troisième place. Une troisième position comparable à une victoire pour lui dans ces conditions très particulières.

Deux fois plus de difficulté pour les pilotes 

Les conditions climatiques étant très mauvaises, les pilotes MotoGP ont dû redoubler d’effort afin de rester en piste. La pluie s’étant invitée très tôt dans la course, tous les pilotes ont ainsi dû s’arrêter au stand afin de changer de monture, et donc d’avoir des pneus pluies. Mais avant ce changement de gommes, il y a déjà eu du grabuge au sein du peloton : Franco Morbidelli en a été la première victime, impliqué dans un accrochage avec Pol Espargaró et son coéquipier Valentino Rossi. Contrairement à ces deux pilotes, Franco Morbidelli a chuté, et même s’il a pu repartir, il ne terminera qu’à la seizième position, et donc dernier. Joan Mir est lui aussi parti à la faute, mais contrairement au pilote Petronas, il n’a pu retourner sur la piste. Mais la peine de Suzuki ne s’arrête pas là. Moins d’un tour après la chute du champion du monde en titre, son coéquipier part lui aussi à la faute, à peine deux virages après sa sortie des stands. Un triste bilan pour la firme japonaise et surtout pour Álex Rins, à terre pour le troisième Grand Prix consécutif. Marc Márquez a lui aussi été victime de ce tracé très compliqué à dompter. Très rapide sous la pluie, l’octuple champion du monde est parti à la faute alors qu’il menait ce Grand Prix de France. Reparti en piste, le pilote espagnol avait un excellent rythme et a pu remonter jusqu’à la onzième place, avant de chuter une seconde fois et cette fois-ci d’abandonner. Miguel Oliveira a lui aussi perdu le contrôle de sa machine durant la course, tandis que les deux pilotes Aprilia ont été victimes de problèmes mécaniques alors qu’ils se battaient pour des points très importants pour la marque italienne.

 

La course Moto3 a elle aussi été théâtre de nombreuses chutes. C’est finalement Sergio Garcia qui est parvenu à remporter le Grand Prix, devant Filip Salač et Riccardo Rossi. Le leader du championnat Pedro Acosta est lui aussi parti à la faute, mais a effectué une magnifique remontée et a terminé la course à la huitième place. En Moto2, c’est le rookie Raúl Fernández qui s’impose pour la deuxième fois cette saison, devant son coéquipier Remy Gardner et Marco Bezzecchi. Un de ses rivaux pour le titre mondial, Sam Lowes a chuté en début de course, tout comme le pilote américain Joe Roberts.

 

Les pilotes des plateaux MotoGP, Moto2 et Moto3 ont rendez-vous dans deux semaines au Mugello pour le Grand Prix d’Italie. Ce dernier devrait, au contraire du week-end qui vient de se dérouler au Mans, devrait se passer sous des conditions clémentes.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire