Football

National (FC Sète) : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse de Jean-François Gambetti et Sandryk Biton

Ce mercredi à partir de 18h, Jean-François Gambetti (président) et Sandryk Biton (manager général) étaient présents devant la presse pour faire un point sur la situation du FC Sète 34.

Un point sur les finances

La première chose abordée est celle qui intéresse un bon nombre de personnes : l’aspect financier du club. Tout d’abord, le président Gambetti l’assure : “Cette année, on finira dans le vert“. Il a tenu à démentir les informations parues dans la presse selon lesquelles Sète aura un déficit de 400 000€ la saison prochaine. En effet, c’est un prévisionnel et en aucun cas les chiffres exacts. Le club vert et blanc doit transmettre tous les documents demandés par la DNCG au plus tard le 15 mai.

Le président de Sète est revenu brièvement sur l’épisode Marvin Guéhéo. Le joueur avait été licencié à cause d’un comportement déplacé (menaces et insultes notamment) envers le manager général, Sandryk Biton. Il demande encore 77 000€ au club mais, même en prenant en compte cette somme, le bilan de Sète est toujours positif, passant potentiellement de 90 000€ à 13 000€ en attendant l’épilogue, prévu le 11 mai.

Le manque à gagner du club lors de cette saison particulière a aussi été évoqué. “De nombreux sponsors n’ont pas été reconduits car ces derniers vivaient grâce au tourisme et ont donc été fortement impacté par la crise sanitaire. Les huis clos, l’annulation des tournois et surtout l’annulation de la venue du Variétés Club de France au Louis-Michel viennent aussi impacter les revenus du club

Pour éviter un excédent, Sète s’est fait prêter des joueurs, donc économise des salaires. De plus, les aides liées à la COVID-19 ont permis une réduction d’Urssaf pour les employés mis en chômage partiel jusqu’au 31 mars.

Pérenniser le club et le rendre autonome

Dans cette optique, le nouveau panneau d’affichage du club permettra de faire rentrer entre 40 000 et 45 000 euros par ans pour passer presque une minute de publicité pendant les matchs. En plus de cette initiative, Sète s’est engagé sur une durée de 3 ans avec plusieurs sponsors, ce qui permet une visibilité à moyen terme.

L’aide de la fédération

Lors de cette conférence de presse, nous nous sommes procurés la lettre que Noël Le Graët a envoyé aux présidents des 18 clubs de National. Jean-François Gambetti le répète : “Les inquiétudes concernant le bilan prévisionnel n’ont pas lieu d’être grâce à cette aide.” Dans ce document, le président de la FFF parle d’une avancée importante. Le FC Sète va toucher une aide totale de 554 144 euros dont 250 000 au titre de l’aide de la LFP.

Sandryk Biton aborde le mauvais timing des événements et les méthodes utilisées

Le manager général du club ne devait pas s’exprimer mais il explique que ce sont les joueurs et les salariés du club qui lui ont demandé de prendre la parole pendant cette conférence de presse. Il ne remet pas en cause le constat du maire mais les manières et le timing : “Le club a besoin d’un investisseur, le constat du maire est bon. […] Je n’ai rien contre Liron, c’est un mec très bien, mais humainement c’est un désastre ce qu’ils font. Tous les salariés du club se posent des questions sur leur avenir.

Par la suite, il s’adresse directement à François Commeinhes : “J’espère simplement que vos conseillers vous ont donné tous les éléments avant de faire votre choix.”

Pour ceux qui reprochaient à la direction de ne pas être originaire de Sète, Sandryk Biton a été droit au but : “On n’a pas le sang sétois, mais maintenant on a le cœur, et aujourd’hui c’est lui qui vous parle.” Il explique que le club “ne devra pas refaire les erreurs du passé et qu’il faut servir le club, et non se servir du club. […] Quand je vous parle de l’union sacrée au sein du club lors du déplacement à Créteil, j’en ai les frissons, ce club c’est 100% de ma vie.

Le président Gambetti ne compte pas démissionner

Le président explique qu’il y a 2 mois, le maire lui avait certifié qu’il n’y aurait pas de projet de rachat cette année. Le timing aurait donc pu être choisi de manière plus judicieuse, surtout que le maintien du club n’est pas encore assuré. A priori, la direction de Sète n’a pas été consultée concernant une éventuelle reprise du club.

Le président Gambetti ne compte pas démissionner de lui-même mais il n’est pas contre remettre en jeu sa place : “Je suis président élu du FC Sète, c’est l’assemblée générale qui va décider. Je n’ai jamais mis la pression à qui que ce soit, donc il faudrait pas que j’en subisse et que ça joue sur mon intégrité.

La réaction d’Hervé Marques, maire adjoint de Sète

En réaction à cette conférence de presse, Hervé Marques, délégué aux sports de la ville de Sète s’est confié au micro de RSL Radio. “Je félicite le travail fait ces 3 dernières années, mais il faut franchir un cap. Le fait que le président en place fasse partie d’un des deux projets de reprise prouve que le constat et bon et qu’il faut faire passer le club à l’étage supérieur.” Pour lui, franchir un cap passe notamment par la création d’un modèle économique viable, une stabilité financière et plus de fonds propres. Il souligne également l’importance des jeunes et de la formation pour le futur du FC Sète. Il en fait même une priorité pour la suite. Ce dernier a retweeté un message d’Andy Delort. Le joueur formé à Sète apporte son soutien au maire pour le futur de son club de cœur.

Vous l’aurez compris, le futur du FC Sète n’a pas fini de faire couler de l’encre. L’affaire est bien partie pour être le feuilleton de l’été sur l’île singulière.

 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire