NHL

NHL – Les Golden Knights de Vegas ont frappé d’entrée

Pour la première fois depuis l’an 2000, la National Hockey League (NHL) voit un nouveau s’implanter dans le paysage déjà bien fourni des franchises de hockey sur glace. Et pour la première fois, Las Vegas attire une équipe d’un sport majeur nord-américain. Une façon pour la ville des casinos de s’ouvrir en grand les portes du sport. Les Golden Knights débarquent alors en NHL.

À la genèse des chevaliers

En juin 2016, la NHL annonce avoir trouvé un accord avec les gouverneurs des franchises pour la création d’un 31e spot, contre 500 millions de dollars. L’attribution est faite à Las Vegas, qui pour la première fois accueille une franchise d’un sport majeur. Elle est aussi la première franchise à rejoindre les rangs de la Ligue, 16 ans après le repêchage des Wild du Minnesota et des Blue Jackets de Colombus.

À l’automne 2016, le nom et le logo de la franchise sont révélés : les Golden Knights de Vegas viennent de voir le jour. William Foley, à la tête de Black Knight Sports & Entertainment, consortium détenant la franchise, motive ce choix par le fait que les chevaliers « représentent la quintessence de la classe guerrière. Ils ont l'équipe à cœur, ils se tiennent toujours les coudes, ils n'abandonnent et ne cèdent jamais. Et les joueurs de hockey sont des guerriers. Ils ont toujours été des joueurs d'équipe, tous pour un. C'est nous. C'est ce que nous allons être ». 

Le mot « Knights » renvoie également aux « Black Knights » de l'Académie militaire des États-Unis. Quant au mot « Golden », il se réfère au fait que l’État du Nevada est le premier producteur d’or du pays. Enfin, petite particularité, le mot “Las” a été retiré du nom de l'équipe parce que, selon Foley, les habitants ont tendance à se référer à la ville simplement comme « Vegas” ; et que toujours selon lui, un
nom de quatre mots aurait été trop long.

Un repêchage d’expansion d’anthologie

Le repêchage d’expansion consacré aux Vegas Golden Knights prend place le 21 juin 2017, au sein de la T-Mobile Arena, l’arène flambant neuve de la franchise du Nevada. Les règles sont claires : ils doivent recruter 30 joueurs, mais au minimum 1 gardien, 9 défenseurs et 14 attaquants. La masse salariale totale doit se situer entre 43,8 millions et 73 millions de dollars, et cette liste doit être remis le 21 juin au plus tard à la Ligue.

Beaucoup d’équipes s’empressent donc de protéger leurs joyaux, mais certains passent à travers les mailles du filet. Williams Karlsson est ainsi récupéré en provenance des Blue Jackets de Colombus. Il en va de même pour Colin Miller, arrivé des Bruins de Boston. Enfin et surtout, Marc-André Fleury arrive en héros de tout un peuple à Las Vegas. Arraché aux Penguins de Pittsburgh, il s’apprête à écrire l’histoire de la franchise.

Liste des joueurs repêchés par les Golden Knights. Source : Wikipédia

L’an 1, départ parfait

Rares sont les franchises à avoir connu un tel succès d’entrée. Après une première victoire à Vancouver en match amical face aux Canucks (9-4), la saison régulière des Golden Knights s’ouvre sur 3 victoires consécutives contre Dallas puis contre les Coyotes en back-to-back. Une entrée en matière parfaite et déjà un record à la clé, le précédent datant de 1968. Jusqu'à maintenant, les Seals d'Oakland et les Kings de Los Angeles étaient les seules franchises à avoir emporté les deux premières parties d'une équipe d’expansion. 

La franchise du Nevada est tellement survoltée qu’elle empile les records et les statistiques incroyables, effaçant des tablettes de nombreuses franchises historiques et intégrées depuis plus d’un demi-siècle. Les victoires s'amoncèlent à tel point que les Golden Knights terminent premiers de la division Pacifique avec 109 points, devant les Ducks d’Anaheim et les Sharks de San José. Avec 51 victoires dont 22 à l’extérieur, Las Vegas rentre encore un peu plus dans l’histoire des équipes d’expansion. 

Jusqu'à la Stanley Cup !

Au premier tour des playoffs, ils éliminent avec un lourd bilan de 4-0 les Kings de Los Angeles. Les coéquipiers de Fleury deviennent la première équipe nord-américaine (NHL, NFL et NBA tous confondus) à remporter une série sans perdre un match lors de sa première saison. La suite de la campagne 2017/18 se passe bien et l’équipe accède à la finale de la Stanley Cup, les opposants aux Capitols de Washington.

Évidemment, c’est une nouvelle fois une grande première pour une équipe d’expansion depuis 1968. Mais à l’époque, les Blues de Saint-Louis faisaient parti d’une expansion de 6 franchises, toutes regroupées au sein de la même division. Une nouvelle franchise était donc assurée d’accéder à la finale de la Stanley Cup. Malheureusement le rêve s’arrête brutalement pour les hommes de Gerard Gallant, qui s’inclinent 4-1 après avoir pourtant remporté la première manche à domicile. 

Les années suivantes, les Golden Knights de Vegas continuent de faire parler d’eux. La saison suivante, ils accèdent une nouvelle fois aux playoffs, s’inclinant directement face aux Sharks. Et, depuis deux saisons, ils arrivent à se hisser en finale de Conférence, sans pour autant avoir l’honneur d’atteindre la grande finale. Par deux fois, les Stars puis les Canadiens ont éteint leurs espoirs de triomphe.

Dernières publications

En haut