OKC Thunder, récit d’une série de playoffs à l’image de sa saison

A encore 3 matchs de la fin de la saison régulière, le suspense était entier du coté de l’ouest, surnommé Wild Wild West pour se mettre dans le contexte. Seulement 4 équipes qualifiées en playoffs et 5 équipes aux bilans quasi égaux se battaient pour décrocher un spot correct, parmi elles, le Thunder d’OKC.

 

Attendu beaucoup plus haut en début de saison

 

Suite à la formation d’un “BIG 3” avec les arrivés du All Star Paul George à l’aile et du désormais ex Franchise Player des Knicks Carmelo Anthony, l’équipe menée par le MVP en titre se qualifie pour les Playoffs à Miami lors du 81ème match de la régulière. Une succession d’événements (victoire de San Antonio en Louisiane et victoire des Blazers face aux Mormons de l’Utah) a fait que les joueurs de la Foudre se retrouvent au spot 4.

 

Plutôt bien payé après une saison vécue entre la 5ème et la 8ème place. L’avantage du terrain au premier tout était espéré mais pas forcement attendu, bref, OKC recevra le Jazz d’Utah dirigé par le possible Coach of the Year Quin Snyder pour les 2 premiers matchs de cette série puis se déplacera dans la bouillante Vivint Smart Home Arena de la ville des lacs salés pour les matchs 3 et 4.

 

La série est l’une des plus attendue de ces Playoffs

 

Le brillant collectif d’Utah auquel on peut reprocher le manque d’expérience (Mitchell + Rubio + Gober = 11 matchs de post season) devra faire face à un groupe plus expérimenté, mené par 3 vétérants ayant vécu un paquet de fois des finales de conférence, mais dont l’entente sur le parquet n’a pas toujours été parfaite, le Thunder est parfois considéré comme étant une “somme d’individualités”, tout l’inverse du Jazz quoi.

Crédit photo : deseret news

Le finaliste 2012 est cependant vu comme étant favori dans cette série, tout d’abord par l’avantage du terrain, la Chesapeake Energy Arena étant vue comme l’une des salles les plus chaude de la Grande Ligue, mais aussi par sa capacité du groupe à step-up dans les gros match. Le Thunder a en effet été gagner à Toronto, Houston, Oakland et Cleveland, une stat qui peut faire peur aux coéquipiers du petit Mitchell, vu comme le plus sérieux contender au trophée de Rookie de l’année (sans oublier l’Autralien du coté de l’Atlantique évidemment).

 

Playoffs

 

Le match 1 se déroule donc dans une Chesapeake Arena pleine à craquer et prête à exploser au moindre layup, ou le Thunder finit par gagner avec l’aide d’un immense “Playoff P” à 36 points 7 rebonds et un impressionnant 8 sur 11 à 3 points (!). Victoire 116-108, une formalité pour OKC dans un match 1 à la maison.

 

3 jours plus tard, manche 2, toujours dans les plaines de l’Oklahoma, un match gloalement équilibré dans l’ensemble mais où Utah aura su faire la différence dans le dernier quart temps. Un 28-16 infligé dans les 12 dernières minutes. Ouch. Le backcourt du Jazz brille (Mitchell 28 points, Rubio 22p 7r 9a), tandis que Russell et PG13 brillent par leur maladresse, sans parler de Melo. Utah s’impose donc assez logiquement 102-95 et récupère au passage l’avantage du terrain. Merci au revoir, Utah repart à Salt Lake City avec une win, objectif atteint.

 

Match 3, OKC doit impérativement gagner pour s’éviter une grosse pression sur le reste de la série, le premier quart temps est à l’avantage d’un Thunder plutôt collectif avant l’effondrement total. Rubio fait danser le flamenco à RussWest, Mitchell est propre derriere l’arc (4 sur 7), Gobzilla fait un carnage dans la peinture et Utah donne une violente leçon collective à Oklahoma. Rubio se permet même de poser un triple double sur la tête de l’expert en la matière (26-11-10). Victoire du Jazz 115-102, le Jazz devient tranquillement le favori de la série. Un Russell Westbrook aigrie balance en conf de press qu’il va faire de Rubio son affaire personnelle au prochain match. Le décor est posé . A dans 2 jours.

 

Match 4, pas de “Win or go home” mais cependant un must win total pour OKC qui, une nouvelle fois, rentre bien dans son match avent de sombrer dans de l’isoltion pure et dure sur quasiment toutes les actions pendant que le Jazz s’éclate collectivement, 5 sur 11 derrière l’arc pour Joe I’australien, une ligne de stat de All Star pour Donovan Mitchell (33-7-4 à 46%), et le Jazz récolte une troisième win de suite 113-96, +17, violent mais mérité pour un Thunder complètement désorganisé et ne comptant que sur ses 2 superstars PG et Westbrook. 3-1 sur la série, le Jazz est complètement maître de son destin et se dirige tout droit vers une deuxième qualification de suite pour les “West Semis”, mais il faudra gagner une dernière fois, le plus tôt possible.

Crédit photo : full press coverage

Retour à la Peake pour le match 5, la première mi temps est complètement dominé par le Jazz, 56-41 pour les invités à la pause, la salle est éteinte, le roster de la Foudre aussi. Le Jazz va tranquillement s’imposer et décrocher sa qualifica… Attendez 2 minutes, Westbrook vient d’enchaîner deux énormes tirs primés, et derrière OKC enchaîne les stops, on se dirige vers un run, Snyder prends un temps mort pour casser une dynamique qui s’annonce bonne pour OKC. Rien y fait, OKC continue et avec un énoooorme run dans le troisième quart, le Thunder remonte 25 points, incroyable, PG est immense, Russell n’en parlons pas. L’équipe de Billy Donovan abbat les Mormons dans le dernier quart et finis par s’imposer 107-99, OKC est miraculeusement toujours en vie. Notons l’incroyable performance du number 0 qui finit à 45 points, 15 rebonds, 7 passes ! Playoff P n’est pas en reste avec 34 points et Utah tentera d’abattre cette équipe au match 6, dans leur salle pour s’éviter un match 7 ultra tendu dans les plaines.

 

Pas de temps à perdre, les deux teams prennent l’avion dans la foulée direction le match 6 qui s’annonce très chaud pour les 2 équipes.

 

C’est OKC qui réalise la meilleure entame, et le 5 Westbrook Abrines PG Grant Adams pose énormément de difficultés à ses hôtes. Rythme lent, match serré, score égal à la mi-temps, 41 partout, mais OKC semble avoir la main et dominer légerement. Début du 3 eme QT, Mitchell commence fort et fait la totale à la défense Bleu et Blanche: Drives, and One, 3’s… Le Thunder ne peut pas proposer de vraie réponse malgré un Westbrook qui maintient sa team dans un écart relativement remontable (entre 5 et 11 points).+8 Jazz a l’entame du dernier quart temps. Utah doit impérativement garder ce petit matelas mais Oklahoma City revient petit à petit jusqu’à une possession d’écart. 30 secondes à jouer, balle Thunder, +3 Jazz. La tension est maximum, Russell n’est pas en réussite derrière l’arc mais une suite de rebonds offensifs maintient de Thunder en vie jusqu’a ce que PG tente d’obtenir une faute à 3 points, que les arbitres ne sifflent pas (il y avait bien faute), pas de derniere chance cette fois ci.

 

La Vivint Smart Home explose, Utah a réalisé l’upset et ira dans le Texas affronter le probable futur MVP et sa team. OKC termine une saison qui aura un gout d’inachevé. Sam Presti et le staff auront du boulot pour garder Paul George et permettre à cette équipe de trouver l’équilibre qu’elle a perdu lors d’un certain 4 juillet 2016.

 

@OKC_ThunderFR

A propos de l'auteur

Amoureuse du ballon rond depuis mon plus jeune âge, j'essaye d'exploiter mes talents sur les terrains depuis quelques années, même si mon profil ressemble à celui de Gregory Vignal. Le sport est ma religion, l'humour mon passe-temps.

Poster un commentaire

justo ut risus leo Aenean consequat.