Basketball

Preview Play-in : les Wizards sur leur lancée à l’Est ?

Début ce soir du tournoi play-in avec les matchs de la Conférence Est. Wizards, Celtics, Pacers et Hornets vont se disputer les deux derniers spots pour les playoffs. Pour rappel, le vainqueur du match 7 vs 8 décrochera directement son ticket pour le tour suivant (et affrontera les Nets) tandis que le perdant affrontera jeudi le vainqueur du match entre le 9e et le 10e.

Washington Wizards (8e) @ Boston Celtics (7e)

La dynamique

C’est l’une des équipes en forme de cette fin de saison régulière. Dans le sillage d’un duo Westbrook – Beal en feu, les Wizards sont sur une dynamique impressionnante (15 victoires pour 5 défaites sur les 20 derniers matchs) et se rendent au TD Garden dans les meilleures dispositions possibles. Un paradoxe pour une équipe qui avait commencé la saison de la pire des manières mais qui a su remonter la pente petit à petit, au point de faire peur à pas mal de franchises. De son côté, Boston n’aborde pas cette rencontre très sereinement. Dans le dur depuis le début de saison, Boston n’a semble-t-il jamais réussi à trouver la cohésion d’équipe nécessaire pour réaliser quelque chose de grand (voir notre grand format ici) et ont alterné le bon et le (très) mauvais. Alors qu’ils semblaient avoir retrouvé leur mordant courant avril (9 victoires pour seulement deux défaites entre le 3 avril et le 25 avril), les hommes de Brad Stevens sont retombés dans leurs travers et ont terminé la saison régulière avec 6 défaites sur les dix derniers matchs.

Le point sur les effectifs

Si les Celtics ne sont pas en grande forme ces derniers temps, c’est en partie dû à la perte de l’un de leur all-star, Jaylen Brown. Out pour le reste de la saison suite à un contact avec son coéquipier Jayson Tatum, Brown manque cruellement à cette équipe. En son absence, le schéma des C’s est beaucoup plus prévisible et JT beaucoup mieux muselé. La clé pour Boston sera donc d’arriver à varier les attaques. Pour cela, il faudra un grand Kemba Walker et un Evan Fournier en forme afin de seconder efficacement Tatum. En face, la donne est diamétralement différente puisque les deux superstars Russell Westbrook et Bradley Beal seront bien sur le parquet. Le point d’interrogation concerne cependant Beal qui a avoué ne pas être à 100% de ses capacités et regretter un peu d’être revenu face aux Hornets dimanche soir. Cependant, durant sa courte absence, d’autres joueurs comme Ish Smith ont su prendre le relai et auront à cœur de se montrer.

Les confrontations directes

Sur ce point, Boston a l’avantage. Il faut toutefois relativiser ces données, les trois matchs opposant ces deux équipes ayant eu lieu avant mars et le réveil des Wizards. De plus, s’ils mènent 2-1 dans leurs face-à-face, les Celtics se sont imposés de justesse lors du dernier match (111-110). Il faut également noter que, par trois fois, la défense bostonienne n’a rien pu faire face à Bradley Beal (41, 32 et 46 pts face aux C’s cette saison)

L’avis de la rédac’

Même sans l’avantage du parquet, Washington part légèrement favori sur un match, un format qui peut parfaitement convenir à une équipe en forme alors que la donne aurait peut-être été un peu différente sur une série en 7 matchs. La forme de Bradley Beal devrait être un élément déterminant.

Charlotte Hornets (10e) @ Indiana Pacers (9e)

La dynamique

La dynamique chez les Pacers ? Elle n’est pas loin d’être catastrophique. S’ils restent sur un bilan neutre sur les dix derniers matchs disputés, l’ambiance est délétère dans l’Indiana. Et les signes de cette nervosité (Nate Bjorgkren sur la sellette, désavoué par une partie de son vestiaire, l’assistant-coach Greg Foster qui n’est pas loin d’en venir aux mains avec Goga Bitadze en plein match) ne laissent rien présager de bon pour cette fin de saison. Néanmoins, Charlotte ne va pas mieux. Avec une série de cinq défaites pour terminer la saison, ça ne pouvait pas être pire pour les coéquipiers de LaMelo Ball qui ne se sont imposés que contre des équipes déjà éliminées de la course aux playoffs en mai (Bulls et Pistons x2). Résultat, les Hornets se sont inexorablement enfoncés au classement pour dégringoler à la dixième place de la conférence alors qu’ils étaient 5e fin mars.

Le point sur les effectifs

Fin mars, ça ne vous dit rien ? Cette période coïncide parfaitement avec les blessures de LaMelo Ball et Gordon Hayward. Si le premier cité est depuis revenu sur les parquets, l’ancien ailier de Boston devrait regarder ses coéquipiers tenter de se qualifier depuis les tribunes. Une absence qui handicape fortement la franchise de Michael Jordan depuis plusieurs semaines et qui pourrait bien sonner le glas des espoirs de postseason. On a bien dit “pourrait”. Car en face, l’infirmerie des Pacers est pleine à craquer, et beaucoup d’incertitudes demeurent sur les cas Domantas Sabonis, Malcolm Brogdon et Aaron Holiday alors que Jeremy Lamb, TJ Warren et Myles Turner sont out. Cerise sur le gâteau, on vien d’apprendre que Caris LeVert serait également indisponible pour l’ensemble du play-in pour cause de protocole COVID. Dans ces conditions, il n’est pas certain qu’Indiana domine ce duel de la tête et des épaules, et la présence ou non de Sabonis sur le parquet pourrait faire pencher la balance.

Les confrontations directes

Là encore, les statistiques des face-à-face entre les deux franchises ne sont pas un facteur déterminant dans l’aspect psychologique. S’ils se sont rencontrés trois fois, pour deux victoires des Hornets, deux des confrontations remontent à janvier (pour un back-to-back à Charlotte). La dernière est un peu plus représentative puisque début avril, les Hornets (sans LaMelo Ball) avaient largement pris le dessus (114-97) sur des Pacers privés de Malcolm Brogdon à Indianapolis. Une victoire qu’ils doivent en grande partie à leur défense efficace sur Domantas Sabonis, bien calme ce soir-là (8 pts/10 rbds en 27min).

L’avis de la rédac’

S’ils sont à leur niveau, les Pacers ne devraient pas se faire peur face aux Hornets. Pourtant, les Hornets pourraient sortir leur épingle du jeu et profiter des nombreuses absences côté Indiana pour s’offrir la victoire.

Après une nuit de clôture de la saison régulière riche en émotions, celle qui arrive devrait être tout aussi intense. Dans un format inédit, ce play-in de l’Est semble encore totalement indécis et bien malin celui qui saura prédire ce qui va se passer…

Crédit image de une : Getty Images

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire