Preview San Antonio Spurs 2019 : rien de nouveau (ou presque) au Texas

0
Ligue 1

Cette saison, Gregg Popovich et San Antonio tenteront de rejoindre les play-offs pour la 23eme saison consécutive (oui, oui. Vous avez bien lu : VINGT-TROIS SAISONS). Avec un effectif très légèrement remanié par rapport à la saison dernière mais toujours aussi homogène, les Spurs auront cependant fort à faire vu le niveau toujours plus haut de la conférence Ouest.

 

Bilan 2018-2019

Une septième place à l’Ouest obtenue après une bagarre de tous les instants avec le Thunder ou encore les Clippers et 48 victoires au compteur. Malgré une équipe en profonde reconstruction après le départ de Kawhi Leonard dans le grand nord Canadien (et de Danny Greeen dans une moindre mesure) et l’arrivée de DeMar DeRozan, San Antonio a su répondre présent pour atteindre une nouvelle fois la post-season. Si la campagne s’est arrêtée dès le premier tour, les Spurs ont réussi à faire douter Denver jusqu’au match 7. Une saison qui aura, une fois n’est pas coutume, été marquée par une avalanche de blessures : Dejounte Murray (les croisés, tu connais ?) Lonnie Walker IV… mais qui aura vu l’émergence de Derrick White (retenu d’ailleurs par Pop avec Team USA à la Coupe du Monde) ou encore la confirmation du potentiel de Bryn Forbes à l’arrière. Une année globalement positive donc, pour des Spurs qui ne pouvaient pas espérer beaucoup plus qu’une présence en Play-offs.

 

Les mouvements estivaux

On est habitués dans le Texas, l’été est rarement mouvementé. Sans gros contrats terminant et avec une masse salariale déjà bien entamée, il ne fallait pas s’attendre à de gros coups. Rudy Gay prolongé, Pop se devait d’apporter de petites retouches bien placées pour améliorer l’effectif et gagner en consistance (et constance). Et son dévolu s’est porté sur DeMarre Carroll, le poste 3 / 4 des Nets a débarqué dans le Texas et aura pour mission d’apporter son expérience dans un secteur où la concurrence sera moins féroce qu’à l’arrière. Seconde recrue à être débarquée dans le Texas (pour combler la vraie-fausse signature de Morris finalement parti aux Knicks), Trey Lyles devra apporter une profondeur de banc au poste 4 où LaMarcus Aldridge semble bien esseulé. Au rayon des départs, seul Davis Bertans a fait ses valises pour Washington, malgré une saison très correcte et une adresse intéressante du parking, sa perte ne devrait pas être très préjudiciable aux pensionnaires de l’AT&T Center.

Côté Draft, il faudra une nouvelle fois compter sur le nez fin de Coach Popovich. Avec les 19e et 29e choix, San Antonio a choisi Luka Samanic (un européen de l’Est qui s’appelle Luka, ça vous rappelle rien ?) et Keldon Johnson. L’ailier de Kentucky a prouvé dès la Summer League qu’il avait tout du bon coup et a laissé entrevoir un potentiel très intéressant. Connaissant la faculté qu’a Pop a intégrer parfaitement ses jeunes pousses, ces ajouts pourront apporter une nouvelle touche de folie dans le roster.

 

5 Majeur

Avec l’embouteillage à l’arrière, DMDR devrait certainement glisser à l’aile où Rudy Gay sera plus logiquement amené à sortir du banc. Devant le manque de pivot de très haut niveau, la tentation de basculer LaMarcus Aldridge au poste 5 est grande. Mais là encore, il n’y a pas vraiment d’ailier-fort susceptible d’être un titulaire indiscutable hormis l’ancien des Blazers. On misera donc sur un 5 de début de saison qui pourrait ressembler à ça :

Derrick White – Bryn Forbes (ou Dejounte Murray) – DeMar DeRozan – LaMarcus Aldridge – Jakob Poeltl

 

Le Joueur à suivre

De retour après une saison blanche, Dejounte Murray devra prouver qu’il peut redevenir celui qui avait conquis San Antonio grâce à sa hargne et son activité défensive de tous les instants. S’il s’est dit excité à l’idée de reprendre le chemin des parquets, l’arrière de 23 ans aura besoin de temps et devra ménager ses efforts avant de retrouver un niveau qui lui permettrait de postuler de nouveau à une place dans le 5 majeur. Mais sa présence en seconde-unit pourrait apporter une solution supplémentaire.

 

Le Prono

Avec la montée en puissance des équipes de Los Angeles, le renforcement du Jazz, des Pels ou des Mavs, il y a fort à parier que les Spurs devront une nouvelle fois batailler pour terminer autour des places 7 ou 8. Après une saison d’adaptation, San Antonio devra compter sur un duo DMDR-LMA au top pour espérer accrocher une place qualificative pour le tableau final. Avec une concurrence de plus en plus rude et de concurrents aux dents longues, la saison s’annonce explosive dans la conférence Ouest. Notre prono : 8e, avec une lutte intensive et un dénouement lors de la dernière journée de SR (oui, on aime bien le suspense dans le Texas)

 

Credits photo : USA TODAY

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here