Ligue des Champions

PSG : Barcola, Hernandez, Vitinha… Le plan parfait de Luis Enrique qui a fait déjouer le Barça

Le Paris Saint-Germain a fait le travail ce mardi soir. Le club de la capitale s'impose 4-1 face au FC Barcelone et se hisse en demi-finale de la Ligue des champions. Le PSG a étouffé le club catalan, rapidement réduit à 10 après l'expulsion d'Araujo.

Le PSG l'a fait ! Il est devenu le premier club français à se qualifier après avoir perdu le match aller en phase finale de la Ligue des champions. Luis Enrique et ses hommes n'ont fait qu'une bouchée du FC Barcelone qui a dû jouer en infériorité numérique pendant plus d'une heure après l'exclusion à la demi-heure de jeu de Ronald Araújo.

Paris avait pourtant bien entamé sa rencontre, mais a été vite rappelé à la réalité après l'ouverture du score de Raphinha (12′). Ousmane Dembélé (40′) égalisera et permettra à Paris de rêver. En deuxième mi-temps, le PSG va aller chercher sa qualification dans le dernier carré grâce à un but de Vitinha (54′) et un doublé de Kylian Mbappé (61′ (SP) et 89′).

Quelques changements sont à noter par rapport au match aller. Côté PSG, Achraf Hakimi est de retour de suspension, ce qui permet à Marquinhos de retrouver sa place dans l'axe. Zaire Emery rentre dans le cœur du jeu et Bradley Barcola est titulaire sur le côté gauche. Côté du Barça, Pedri remplace Sergio Roberto, suspendu pour la rencontre.

Barcelone – PSG : Lucas Hernandez musèle Robert Lewandowski

Véritable artisan du succès catalan au match aller, Robert Lewandowski n'a pas vraiment vu le jour lors de ce match retour. Au match aller, le Polonais s'était joué de Beraldo en décrochant haut pour libérer de l'espace aux fusées Lamine Yamal et Raphinha, calant les ballons et remportant tous ses duels aériens. Ce mercredi, autre client pour le Polonais.

Lucas Hernandez bien plus agressif sur son ancien coéquipier. Avec des ballons aériens moins bien ajustés par l'arrière-garde catalane pour Lewandowski et un Lucas Hernandez plus en réussite sur les duels remportés, le Polonais n'a pas pu faire aussi mal que la semaine passée. Mais l'ancien joueur du Bayern Munich a également manqué de justesse sur ses occasions, notamment en fin de match sur la balle de contre pour l'égalisation au score cumulé.

Lucas Hernandez sort rapidement sur Robert Lewandowski pour gratter un ballon à la ligne médiane et il empêche le Polonais de caler le ballon pour trouver un appui dessous et jouer vers l'avant.

Contre pressing du bloc du PSG. 5 joueurs dans la zone du ballon et Gündoğan le perd à 30 mètres de son but. Paris veut mettre la pression, tous les joueurs de champs sont dans le camp du Barça.

 À l'image de la première période de Lucas Hernandez, le PSG augmenté le curseur dans l'intensité et le contre pressing plus efficace a fait mal aux Catalans. Paris domine sans concrétiser et se fait même piéger par l'ouverture du score. Avant le carton rouge de Ronald Araujo, le PSG domine avec 62,2% du ballon et a frappé déjà 6 fois au but.

Sur l'ouverture du score, Nuno Mendes défend face à son but et laisse l'espace à Lamine Yamal de déborder. L'axe est déjà couvert par Vitinha, une erreur du latéral qui sera fatale.

Barcelone – PSG : les facteurs X Barcola – Vitinha

Dans des registres bien différents, Bradley Barcola et Vitinha ont fait mal dans ce match retour. Les deux hommes sont les artisans du succès parisiens du côté de Montjuïc. D'abord cadenassé par le système défensif catalan, l'international portugais arrive à accélérer le jeu et surtout à jouer vers l'avant créant du déséquilibre dans l'arrière-garde du Barça. Vitinha sera par la suite décisif en inscrivant le but du 2-1 sur une frappe lointaine sèche après un corner joué à deux.

Avant le carton rouge, le FC Barcelone veut museler Vitinha. Le Portugais est encerclé sur les relances du PSG. Gündoğan est à la hauteur de Lewandowski dans un 4-2-4 avec des ailiers qui viennent dans l'axe. Dès que le Portugais était trouvé il jouait vers l'avant et accélérait le jeu.

De son côté Bradley Barcola est peut-être en train de gagner sa place pour l'Euro avec l'Équipe de France. L'ancien lyonnais a fait vaciller à plusieurs reprises le côté droit barcelonais. Pris à deux par la doublette Koundé, Yamal en début de rencontre (comme pour Mbappé au match aller), Barcola a régalé avec une finesse technique pour créer du danger à chaque prise de balle. Bien aidé offensivement par les projections de Fabian Ruiz, l'ailier parisien est à la passe décisive sur l'égalisation de Dembélé.

Luis Enrique a demandé à Fabian Ruiz et Zaire Emery de se projeter avec les ailiers pour créer une double largeur et sortir de la prise à deux des Catalans sur les offensifs. Dans ce cadre Fabian Ruiz se projette dans l'intervalle entre le latéral (Koundé) et le central (Araujo), Barcola le trouve dans un autre intervalle.

Sur le premier but du PSG, Barcola fait la différence et adresse un centre. Dembélé le reprend au second poteau. Cancelo ne regarde pas dans son dos et ne voit pas Dembélé, il est en retard, la première erreur du Portugais dans la rencontre.

 Pour la première fois depuis 13 rencontres toutes compétitions confondues, le FC Barcelone tombe. Le Paris Saint-Germain ira défier Dortmund en demi-finale. Les Allemands ont sorti l'Atletico Madrid au prix d'un match retour complètement fou.

Nathan Hanini

Passionné de sport et des Girondins de Bordeaux. Bercés par les arrêts de Cédric Carrasso, les coups de casque de Wendel et la finesse de Yoann Gourcuff dans un stade Chaban-Delmas en feu ! Fan de la Ligue des talents, sans oublier les coups de volant de Fernando Alonso, les attaques de Thibaut Pinot ou les atémis du général du ring Gunther.

Dernières publications

En haut