Ronda Rousey, l’année dorée de la médaillée olympique de la WWE

0
Ronda Rousey lors d'un show de la WWE
Ligue 1

Arrivée par la grande porte au début de l’année, Ronda Rousey était attendue au tournant à la WWE. 12 mois plus tard, force est de constater que l’ancienne combattante UFC est l’une des grandes artisanes de la montée en puissance des femmes au sein de la fédération de Stamford en 2018.

 

Une arrivée inéluctable

Après AJ Styles en 2016, c’est Ronda Rousey qui a fait ses grands débuts à la WWE lors du Royal Rumble. Si la médaillée de bronze des Jeux olympiques de Pékin 2008 avait déjà fait un bref passage du côté de la principale fédération de catch en 2015 aux côtés de Dwayne « The Rock » Johnson à WrestleMania 31 lors d’un segment avec Triple H et Stephanie McMahon, Ronda Rousey a fait fort en janvier dernier en apparaissant à la fin du premier Royal Rumble féminin de l’histoire. The Baddest Woman on the Planet a réalisé une entrée saisissante en défiant Asuka, gagnante du combat éponyme, ainsi qu’Alexa Bliss et Charlotte Flair, championnes des deux divisions de catch RAW et Smackdown à cette époque. Une arrivée aussi attendue que prévisible, et un énorme coup pour la WWE, qui récupérait la sportive la plus connue dans le monde en 2017 selon ESPN et la plus recherchée sur internet, toujours la même année, d’après l’International Business Times.

 

Après sa médaille olympique aux JO 2008, sa carrière en MMA (12 victoires et 2 défaites) et un bref passage au cinéma, celle que l’on surnomme “Rowdy” Ronda Rousey n’a jamais caché sa passion pour le catch, comme elle le racontait au micro d’ESPN quelques minutes après ses débuts. « La WWE, c’est ma vie maintenant, ma priorité pour les prochaines années confiait-elle. Ce n’est pas un coup publicitaire ou pour l’argent. Il y a d’autres choses que je pourrais faire de ma vie pour gagner plus d’argent, mais je ne pourrais pas m’amuser autant.»

Bien que cette apparition ait pu faire l’effet d’une bombe pour certains au début de l’année 2018, il n’était donc pas très étonnant de la voir à la WWE. L’ancienne championne UFC est fan de catch depuis son enfance, et plus particulièrement du légendaire “Rowdy” Roddy Piper. Plus tard, elle s’est d’ailleurs entraînée avec Gene LeBelle, formateur de Piper, et n’a pas hésité à s’inspirer du catcheur pour son attitude dans l’octogone (à l’image d’un Conor McGregor avec Ric Flair).

« Il a été ma source d’inspiration pour tout ce que j’ai fait en MMA. Je l’ai regardé, je l’ai étudié » déclara-t-elle. « Je n’ai aucune idée de la façon dont je suis devenue obsédée par le catch enfant. Personne ne regardait cela à la télévision chez moi pour autant que je sache. Je ne me souviens pas d’avoir regardé, mais j’ai été complètement fascinée par Hulk Hogan, avant même que je puisse parler ou dire son nom ajouta Rousey quelques mois plus tard à Refinery29. Une fois que j’ai grandi et que je me suis davantage tournée vers le judo, j’ai lâché le catch. J’ai commencé à faire du MMA et j’essayais de regarder ce que les femmes ne faisaient pas comme les hommes, parce qu’elles avaient de bons matches, mais il n’y avait pas vraiment d’intérêt. J’ai donc essayé d’avoir un plan d’action pour que le MMA féminin s’améliore. Voilà ce qu’était mon plan génial. Il n’y avait aucune histoire dans les matches, tout ce qu’on savait, c’est que cette personne était meilleure que celle-là, les combats devaient être personnalisés. Je devais trouver un moyen de faire en sorte que ce match à la télévision suscite de l’intérêt, alors j’ai essayé de réfléchir… “Ok, comment puis-je être heel (terme visant à désigner un vilain dans le catch, NDLR) ? Quels sont les plus grands heels de l’histoire ?” Et Rowdy Roddy Piper était mon préféré, alors je l’ai étudié. J’ai regardé tout ce qu’il a fait pour amener de la ferveur chez les gens avant le match. Il était tellement doué pour promouvoir, et les femmes en MMA manquaient tellement de ça. J’ai donc essayé de lui prendre autant que je pouvais. » Le catcheur lui donna quelque temps après son approbation quant à l’utilisation de son surnom “Rowdy”. Le 1er août 2015, lendemain du décès de Roddy Piper, elle avait d’ailleurs rendu hommage à cette icône du catch après avoir battu Bethe Correia lors de l’UFC 190.

 

Pour l’honorer une nouvelle fois lors de ses grands débuts, elle portait sa veste en cuir, qui lui avait été donnée en coulisses par le fils de Piper, avant qu’elle apparaisse publiquement dans l’arène. « Je n’ai pas de mots pour exprimer ce que je ressens, je n’ai jamais été aussi surexcitée de toute ma vie… Je suis encore en train de réaliser ce qui m’arrive et je suis tellement heureuse que je n’ai vraiment pas les mots pour décrire. J’ai vraiment essayé de faire en sorte que ma carrière en MMA ressemble autant que possible au catch […] Ce que tout le monde a vu à l’UFC, c’était juste une version plus exagérée de moi-même. » Très tôt, “Rowdy” Ronda Rousey a compris que l’une des principales caractéristiques du catch était l’excès. L’excès dans le personnage, l’attitude, les capacités dans l’octogone ou sur un ring, des codes liés au catch dont elle s’est servie pour accroître sa notoriété dans le sport. Des codes qui l’ont attachée à Roddy Piper« il se faisait haïr pour divertir, pour que tout le monde l’aime. » Mais alors que sa confrontation avec les femmes fortes de la fédération laissait supposer une intégration dans la course au titre, Ronda Rousey s’est finalement tournée vers un défi plus élevé, un défi à sa taille.

 

La claque à WrestleMania

Rapidement, “Rowdy” Ronda Rousey tourne autour de Stephanie McMahon, mais surtout de Triple H. Une surprise lorsque l’on sait que The Rock n’était pas disponible, et que la WWE n’est pas une adepte des oppositions mixtes qui peuvent bouleverser les codes d’une discipline aussi masculinisée. Pourtant, lors de la signature officielle du contrat de l’ancienne UFC Women’s Bantamweight Champion à Elimination Chamber, Triple H est rapidement en difficulté face à Rousey et passe à travers une table. Un rapport de force totalement inversé qui voit alors une femme soumettre un homme sur le ring comme expliquait dans ce dossier consacré au catch féminin à la WWE (De la régression à l’évolutionLes 3 parties à lire ici).

 

Le public reste tout de même méfiant face à Ronda Rousey. Il faut dire que de nombreuses personnalités se sont essayées au catch, avec le rare succès que l’on connait. Et une bonne partie du WWE Universe est surtout traumatisée par la présence à mi-temps de Brock Lesnar, véritable tête de gondole de la compagnie qui n’apparaît pourtant qu’une vingtaine de fois, au maximum, dans l’année. Mais à WrestleMania 34, Ronda Rousey va rapidement faire comprendre pourquoi elle a signé à la WWE, et surtout montrer qu’elle n’est pas ici pour de la figuration. Après plusieurs mois d’entraînements intensifs au Performance Center de la WWE, aux côtés notamment de Brian Kendrick, Natalya Neidhart ou Shayna Baszler, et devant plus de 78 000 personnes, la judoka, combattante MMA, et désormais catcheuse récolte les clameurs des spectateurs du Mercedes-Benz Superdome en signant une prestation remarquable contre McMahon et Triple H, en association avec Kurt Angle, trois mastodontes de la discipline. Les observateurs retiendront surtout la confrontation entre Ronda Rousey et Triple H, qui verra la lutteuse prendre le dessus, et qui restera à coup sûr dans l’histoire de la WWE.

https://www.youtube.com/watch?v=XpOB5M1cuYQ

 

Si les comparaisons avec Brock Lesnar apparaissent rapidement compte tenu du style de la championne et de son passé, celles-ci s’arrêtent ici. The Armbar Assassin manque en effet très peu d’émissions de la WWE, apparaît très régulièrement sur les écrans et réalise pour la plupart du temps des rencontres disputées face à ses adversaires. Les Français ont même eu l’occasion de l’apercevoir à l’AccorHotels Arena en mai dernier. Un parcours qui la mène logiquement jusqu’au titre féminin de la WWE au milieu de l’année.

 

Rousey retrouve le chemin de l’or                                                      

En juin 2018, à Money in the Bank, Rousey se confronte à la dure réalité du catch et ne parvient pas à récupérer dans l’immédiat le titre féminin qui ira sur les hanches d’Alexa Bliss grâce à la fameuse mallette. Un retournement scénaristique qui la change de l’UFC. Elle remportera finalement le titre à Summerslam, sept mois après son arrivée officielle dans le monde du catch.

Les premières prestations de Rousey sur le ring permettent de dresser un premier constat. L’Américaine est une athlète de très haut-niveau capable de s’adapter à n’importe quel environnement. Alors qu’elle affronte Nia Jax et Alexa Bliss pour ses premiers combats en solo, qui ne sont pas connues pour être les lutteuses les plus talentueuses, Rousey montre qu’elle progresse très rapidement et affiche déjà une technique impressionnante. Autre fait remarquable, sa capacité à vendre comme il se doit les coups de ses adversaires, grâce à ses mimiques et son langage corporel, un détail très important dans le catch. Mieux encore, Ronda Rousey a une vraie personnalité et un gimmick naturel visible à l’écran. Au milieu de l’année 2018, elle extériorise une certaine expérience dans le catch alors que ses matches se comptent sur les doigts d’une main, et au fil des mois, c’est ses talents d’oratrice qui vont s’affermir. À l’occasion de la rivalité contre les sœurs Bella en octobre, le Wrestling Observer a révélé que la championne de RAW écrivait elle-même ses textes, tout en se faisant aider par Paul Heyman, un maître en la matière. Une énorme confiance de la part de la WWE qui aboutira à l’une des meilleures promos de Rowdy.

https://www.youtube.com/watch?v=uZTuWFS1_cQ

 

Le professionnalisme du poids coqs n’est plus à prouver. Preuve que Rousey compte bien marquer l’histoire du catch, cette dernière travaille d’arrache-pied ses combats afin d’éviter tout faux pas. Ce qu’elle réussit plutôt bien d’ailleurs. À l’occasion du dernier PPV de l’année, TLC, qui a vu un nouvel affrontement entre Rousey et Jax, le site d’information Rajah a expliqué que les deux femmes s’étaient éloignées des spectacles non télévisés de la WWE pendant une semaine afin de pouvoir s’entraîner et préparer la confrontation. Ce ne serait pas une nouveauté pour Ronda Rousey puisqu’elle aurait l’habitude de s’écarter des shows avant les pay-per-view pour répéter au mieux ses matches. Une des explications du faible nombre de botchs (prises ratées) qu’elle exécute sur le ring, mais ce traitement de faveur de la part de la fédération de Vince McMahon n’explique pas à lui seul les surprenantes performantes de Rousey cette année. Il faut se rappeler que l’un de ses meilleurs combats en 2018, contre Charlotte Flair, a été officialisé une semaine seulement avant son déroulement.

 

Quel avenir pour Rowdy ?

Aujourd’hui, Ronda Rousey a donc la panoplie de la parfaite superstar de la WWE, un danger la guette toutefois. Il y a en effet un revers de la médaille au succès et à la gloire permanente à la WWE. À l’image de John Cena ou Roman Reigns par le passé, l’actuelle championne de RAW doit quelquefois se confronter aux sifflets de la foule, toujours très exigeante face au produit qu’on lui propose et parfois réticente aux talents surpuissants (15 victoires en 15 matches télévisés, 42 victoires en 42 matches au total pour la médaillée olympique). Ainsi, en se frottant à la révélation de l’année Becky Lynch il y a quelques semaines, Ronda Rousey s’est pour la première fois retrouvée face à une personne que le WWE Universe préfère. Le degré d’exigence devient donc encore plus élevé pour elle. Ce qui ne semble pas l’effrayer. La Baddest Woman on the Planet entretient depuis de longues semaines maintenant une rivalité sur les réseaux sociaux avec Becky Lynch après l’annulation de leur match aux Survivor Series suite au forfait de l’Irlandaise, une passe d’armes qui fait saliver les fans et qui pourrait bien amener les deux lutteuses à s’affronter à WrestleMania 35, un combat attendu auquel devrait s’ajouter Charlotte Flair comme le laisse présager les derniers événements survenus à TLC.

Mais jusqu’à quand Ronda Rousey fera-t-elle les beaux jours de la WWE ? Jamais un talent féminin n’avait été aussi en vue dans la compagne, et à 31 ans, le temps est compté pour elle, d’autant que la parenthèse catch ne devait initialement durer que quelques mois comme elle l’expliquait en octobre dernier à Refinery29. « Je n’ai eu de cesse de laisser entendre que cela allait arriver (une carrière dans le catch, NDLR). C’est à WrestleMania 31 que j’ai eu l’occasion de me présenter et de faire une petite apparition. Je me suis dit “Oh, c’était vraiment cool”, mais je n’aurais jamais pensé qu’il s’agirait d’un changement de carrière en cours. Ça nécessite tellement de compétences spécifiques qu’il faut de nombreuses années pour apprendre, et j’ai pensé que je n’avais pas le temps pour m’y consacrer confie celle qui n’a mis que quelques mois pour devenir une superstar de la WWE. Ce n’est que lorsque j’ai commencé à planifier la création d’une famille avec mon mari que nous nous sommes dit: “Ok, quelles sont toutes les choses que nous voudrions faire avant de nous installer et d’avoir une famille ? Tu sais à quoi j’ai pensé ? J’aimerais devenir une superstar de la WWE. Laisse-moi y aller pendant quelques mois.” Mais quand j’ai approché la WWE avec cette idée, ils m’ont dit : “Eh bien, en fait nous aimerions vous compter parmi nous plus longtemps que quelques mois.” »

Et de récentes paroles de la championne sur sa chaîne YouTube laissent également supposer que son passage à la WWE n’est que de courte durée, et que l’année 2019 pourrait être sa dernière dans l’empire McMahon. « Parfois, j’ai le sentiment que je ne peux pas tout faire. Je dois choisir quelque chose. Je ne peux pas lutter pour toujours parce que j’ai l’impression d’abandonner ma famille… C’est rude. Je ne quitterais pas ma maison si ce n’était pas pour faire la chose la plus fantastique de ma vie et j’apprécie vraiment et j’aime ça, mais toute cette énergie que je dépense pour la WWE est une énergie que je ne dépense pas pour ma famille. »

Pour sa première année à la WWE, Ronda Rousey a très certainement réalisé un sans-faute. Si ses promos au micro sont encore perfectibles, l’actuelle championne féminine de la fédération a déjà convaincu sur le ring, et ce dès son premier combat. En avril dernier, elle a surement réalisé le meilleur match inaugural pour une superstar dans l’histoire de la WWE, et s’est même payée le luxe d’offrir à Nia Jax les deux meilleurs combats de sa carrière. Bourreau de travail, Rowdy apprend vite et a rapidement compris qu’elle mettait les pieds dans une entreprise exigeante gérée par un homme intransigeant, Vince McMahon, qui est de surcroît loin d’être un aficionado des talents féminins. Elle a réussi à conserver un style MMA sans pour autant s’enfoncer dans la médiocrité et l’ennui. Après avoir apprivoisé l’univers de la WWE, Ronda Rousey sera attendu au tournant en 2019, où de plus grandes échéances devraient arriver. De quoi entrer un peu plus dans l’histoire de la fédération de Stamford, et du catch en général.

 

Suivez-moi sur Twitter : @BernardCls

 

A lire :

Becky Lynch, la vraie superstar de la WWE

Catch au féminin – De la régression à l’évolution : 1ère partie2ème partie3ème partie

(Image principale : wwe.com)
Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here