Wrestlemania 35: Un an après, où en sont les champions ?

0

Il y a un an se tenait au MetLife Stadium, la 35ème édition du plus mythique des Pay-Per-Views de la WWE. Si certaines des Superstars sacrées à Wrestlemania 35 ont conservé leur superbe, d’autres ont sombré dans les abysses de la fédération. 

Becky Lynch, l’indétrônable

Sacrée double-championne lors du main-event de Wrestlemania 35, Becky Lynch est la seule Superstar à avoir amené son titre jusqu’à l’édition suivante du Pay-Per-View. Après avoir lutté pour les deux brands quelques semaines, The Man s’est consacré à Raw à la perte de son titre bleu. Elle a su venir à bout de chacune de ses adversaires. Natalya, Sasha Banks, Asuka… La liste de victoires de Lynch n’a cessé de s’agrandir au fil de l’année. A Wrestlemania 36, la championne de Raw a conservé sa ceinture en battant Shayna Baszler. Elle atteint désormais la barre d’un an de règne, avec un soutien du public toujours bien présent, bien qu’une légère lassitude commence à se faire sentir…

Finn Balor et Seth Rollins: Merci The Fiend !

Vêtu de son costume de Demon King, Finn Balor est devenu champion Intercontinental en battant Bobby Lashley à Wrestlemania 35. Il a défendu son titre par la suite face à Andrade, puis Shinsuke Nakamura. Ce dernier parviendra par ailleurs à lui prendre la ceinture au mois de juillet 2019. C’est alors qu’il croise la route de The Fiend. Après une défaite contre lui à Summerslam, Finn Balor s’absentera des rings un mois. Son retour s’effectue finalement en heel à Nxt, à la plus grande surprise des fans. Là-bas, des affiches inédites voient le jour, lui faisant côtoyer Tommaso Ciampa, Adam Cole ou encore Johnny Gargano.

De son côté, Seth Rollins a été le sauveur de Raw, venant à bout de Brock Lesnar à Wrestlemania 35, pour devenir champion Universel. Son règne étrangement sans relief a fini par rencontrer The Fiend, Bray Wyatt. S’il réussit à s’en tirer avec la controverse de Hell in A Cell, The BeastSlayer cèdera sa ceinture au monstre à Super ShowDown. Un nouveau Seth Rollins semble alors se dessiner. Appelé le Messie de Raw, il s’allie à Buddy Murphy et AOP, formant un clan dont l’ennemi principal est Kevin Owens. Cette année à Wrestlemania, The Monday Night Messiah a donc affronté KO dans l’un des meilleurs matchs du weekend, malgré que celui-ci ait perdu.

En un an, Finn Balor et Seth Rollins ont fait peau neuve et se sont réinventés, passant de babyfaces devenu fades à heels proéminent dans leur brand respective. Comme quoi, un titre n’est pas obligatoire pour être divertissant.

The IIconics et Hawkins & Ryder: Ces équipes portées disparues

Souvenez-vous l’année dernière, Curt Hawkins a ENFIN gagné un combat et a remporté, avec Zack Ryder, les titres par équipe de Raw. Après deux mois de règnes stoppés par The Revival, le duo a enchainé les défaites avant de complètement disparaître des écrans de Raw.

Le même sort a été réservé aux IIconics. Peu de défenses de titre, des défaites à répétition et des mois de règnes sans véritable intérêt ont mené l’équipe à sa perte. Draftées à Raw en octobre 2019, Billie Kay et Peyton Royce sont désormais reléguées aux coulisses, n’allant sur le ring que pour être de parfaites jobbers.

Si ces deux équipes ont eu leur Wrestlemania Moment, elles n’ont pas su maintenir l’intérêt du public autour d’elles (ou celui de la direction de la WWE).

Kofi Kingston, la chute d’une idole

S’il y a bien un champion dont la chute a été brutale depuis un an, c’est Kofi Kingston. Pourtant, tout a bien commencé pour lui avec LE Wrestlemania Moment de l’année dernière. Mais l’enchaînement de ses adversaires peu crédibles comme Dolph Ziggler ou Samoa Joe, l’a desservi, rendant son règne de moins en moins signifiant. Le 4 Octobre, marquera la fin de Kofi Kingston avec un squash de 10 secondes par Brock Lesnar, qui lui fait perdre sa ceinture de champion de la WWE, ceinture pour laquelle il n’aura pas droit à un rematch.

Dès les semaines suivantes, le ghanéen s’est retrouvé dans la division par équipe de Smackdown comme si de rien n’était. Gravitant autour des titres de champion, il retrouve les adversaires habituels du New Day comme les Usos ou The Revival. Finalement, Kofi Kingston représente le New Day lors de Wrestlemania 36 dans un Ladder Match pour les titres par équipe de Smackdown. Il est battu par John Morrison et se retrouve ridiculisé avec Jimmy Uso par le finish. La Superstar qui nous a fait tant vibrer l’année dernière se contente désormais de survivre dans cette division par équipe de Smackdown relativement redondante.

Samoa Joe, le maudit

A Wrestlemania 35, Samoa Joe a facilement conservé son titre de champion des Etats-Unis contre Rey Mysterio. Mais la rivalité s’est poursuivi après le Pay-Per-View, amenant plus tard à la défaite de Joe. Il ne restera pas sans ceinture très longtemps puisque le luchador, blessé, lui rend le titre. Il ne gardera la ceinture que quelques semaines jusqu’à une défaite face à Ricochet.

Après une occasion manquée pour le titre de la WWE, Joe fait des apparitions ponctuelles, comme par exemple lors de l’enquête sur l’agresseur de Roman Reigns, ou dans le tournoi King Of The Ring. Samoa Joe enchaîne les blessures, ce qui le contraint au rôle de commentateur pendant quelques semaines. Il finit par lutter à nouveau en prenant part à la rivalité entre Seth Rollins et Kevin Owens, du côté du babyface, pour finalement disparaître à nouveau peu après. L’année de Samoa Joe n’a pas été de tout repos, entre défaites et blessures, ne lui permettant pas d’avoir une place sur la carte de Wrestlemania 36.

The Usos, les bons soldats de la division tag team 

A Wrestlemania 35, The Usos avaient conservé leurs titres de champions par équipe de Smackdown dans un superbe Fatal-4-Way, titres qu’ils perdront deux soirs plus tard au profit des Hardy Boyz. Malgré cela, les Usos sont restés les bons soldats de la division par équipe de la WWE, renforçant les rangs de Raw ou de Smackdown au besoin, ou restant au placard dans le cas contraire. Cette année encore, les jumeaux ont pris part au match pour les titres par équipe de Smackdown. Jimmy Uso s’est fait le représentant de l’équipe et est parti en guerre contre John Morrison et Kofi Kingston. Morrison a conservé son titre dans un Ladder Match où les trois hommes ont eu l’occasion de briller. The Usos sont, sans hésitation, une des meilleures équipes de WWE et savent rester constants au fil des années, stagnant dans une division par équipe peu compétitive.

En un an tout peut basculer. Les plans peuvent changer et il est stupéfiant de voir comme il est facile de passer de champions à oubliés. Si Seth Rollins et Finn Balor ont su se réinventer pour ne pas lasser, Kofi Kingston n’a pas eu la même chance, tandis que Becky Lynch a conservé la ferveur autour d’elle.

Rendez-vous l’année prochaine pour voir où en sont les champions de Wrestlemania 36…

Crédit photo : WWE.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here