Cyclisme

104e Giro d’Italia : dossier spécial

À l'inverse du Tour de France destiné aux rouleurs, le Giro respecte sa tradition en offrant un parcours montagneux. Les meilleurs grimpeurs se sont donné rendez-vous en ce mois de mai pour s'affronter pendant trois semaines course intense. Le maillot rose se mérite, il ne faudra pas compter ses efforts pour graver son nom sur le “Trofeo senza fine”

Le parcours

Turin est désignée cette année pour donner le coup d'envoi du 104e Giro d'Italia, une édition qui s'achèvera comme souvent par un contre-la-montre en direction de Milan. Deux villes célèbres pour leurs équipes de football, mais en ce mois de mai, l'Italie vibre au rythme des coups de pédales, tout le pays voit la vie en rose. RCS, l'organisateur, reste dans un schéma habituel avec une première semaine pour “sprinters”, la suivante plus accidentée et enfin l'épilogue en montagne. Nous restons dans la tradition avec un premier contre-la-montre en guise d'antipasto, le second sera difficile à digérer pour certains si l'on réédite le scénario de 2020. Souvenez-vous de Tao Geoghegan Hart qui n'a jamais porté le maillot rose lors du précédent Giro. Le Britannique est venu coiffer au poteau Jai Hindley, pendant le dernier chrono vers la “Piazza del Duomo”, s'offrant ainsi un grand tour.

© RCS

 

Objectif cyclamen

C'est pendant la première semaine de course que les sprinters devront engranger un maximum de points, en vue porter le maillot cyclamen jusqu'à Milan. RCS propose quatre arrivées qui leurs seront favorables, dès dimanche à Novara, puis à Cattolica, à Termoli et à Foligno. Arnaud Démare ne défendra pas son bien puisqu'il se focalise sur le Tour de France. Tim Merlier (Alpecin-Fenix), Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma), Caleb Ewan (Lotto-Soudal) et Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) sont les principaux prétendants. Pour le Slovaque, il y aura un parfum de revanche, lui qui a échoué dans sa tentative l'an passé face au champion de France. Sagan revient en forme, sa victoire pendant le Tour de Romandie nous rassure.

Le Giro est aussi réputé pour favoriser les opportunistes. Cette épreuve, moins cadenassée que la Grande Boucle, voit souvent des coureurs échappés s'imposer. Quatre étapes peuvent inspirer les baroudeurs durant cette première partie de course. Et celle-ci sera longue ! Il faudra attendre l'issue de la 10e étape pour profiter de la première journée de repos. Nous aurons peut-être les premières indications concernant les ambitions au classement général avec l'étape du 9 mai. La ligne placée à Campo Felice, en haut d'une ascension de première catégorie, est un bon endroit pour afficher les premiers écarts entre favoris. Les derniers 1600 m se feront sur une route non goudronnée avec des passages à 14%.

profil Étape 9 Giro d'Italia 2021 Castel di Sangro Campo Felice Rocca di Cambio

Final atypique à Campo Felice, 1600 m de “gravel” pour conclure l'étape. © RCS

Vers le nord, avec du relief

La deuxième partie de course est la plus explosive, hormis l'étape conduisant vers Verona (Vérone dans notre belle langue), toutes sont classées à minima trois étoiles. Deux étapes sont dites de moyenne montagne, deux autres de haute montagne. Nous retrouverons même un parfum de Strade Bianche le 19 mai, au lendemain de la première journée de repos. Le tracé reliant Perugia à Montalcino est ponctué de quatre portions non asphaltées.

profil Étape 11 Giro d'Italia 2021 Perugia Montalcino Brunello di Montalcino Wine Stage

Outre ses 2500 m de dénivelé positif, la 11e étape comporte 35 km sans bitume. Ces passages sont tous vallonnés. © RCS

RCS n'attend pas la dernière semaine pour donner l'occasion aux grimpeurs de s'offrir le maillot rose. Dès la quatorzième étape, un coureur en grande forme pourrait réduire le suspens concernant la victoire finale, en direction du Monte Zoncolan. Lors de son sacre en 2018, Chris Froome avait triomphé sur cette ascension, considérée comme l'une des plus difficiles en Europe. Avec une portion à 27 % dans le final, et trois derniers kilomètres atroces, le spectacle est garanti.

ascension monte zoncolan Étape 14 Giro d'Italia 2021 Cittadella Monte Zoncolan

Le gain du maillot peut se jouer lors de cette terrible ascension. © RCS

 

Avant la seconde journée de repos, les coureurs auront de nouveau cinq étoiles sur leur livre de route. L'étape reliant Sacile à Cortina d'Ampezzo donnera le vertige aux non-grimpeurs, avec trois cols au-dessus de 2000 m. Le gruppetto devra gérer les délais avec précision, certains sprinters pourraient passer à la trappe le cas échéant. Pas d'arrivée au sommet mais 5700 m de dénivelé sont promis. Cette étape distribue beaucoup de points pour le classement du meilleur grimpeur, l'attribution du maillot azzuro devrait se jouer ici. Culminant à 2239 m d'altitude, le Passo Pordoi est le toit de ce 104e Giro, appelé cima Coppi par les organisateurs.

Profil Étape 16 Giro d'Italia 2021: Sacile, Cortina d'Ampezzo

Aucune défaillance ne sera permise lors de cette terrible étape. © RCS

Un final intense

L'ultime partie se jouera en cinq étapes. Celles-ci peuvent nous offrir quelques bouleversements car on le sait, la troisième semaine du Giro est souvent propice aux rebondissements. Elle débute, par  un tracé allant de Canazei jusqu'à Sega di Ala. Pour effectuer les 193 km, il faudra avaler 3400 mètres de dénivelé avec un final à 1246 m d'altitude. L'arrivée à Stradella le dernier jeudi attribuera les ultimes points pour le maillot cyclamen, et devrait se jouer au sprint. La dix-neuvième étape offre de nouveau un terrain de jeu aux attaquants, la ligne étant située à Alpe di Mera, au sommet d'une belle ascension. La dernière difficulté du jour est longue de 9.7 km avec une moyenne à 9 %.

Ascension Alpe di Mera Étape 19 Giro d’Italia 2021: Abbiategrasso, Alpe di Mera (Valsesia)

La montée vers Alpe di Mera est un véritable mur avec son passage à 14 %. © RCS

Avec le Passo San Bernardino et le Passo dello Spugla, les coureurs iront deux fois au-delà des 2000 m d'altitude, pendant l'ultime étape de montagne, prévue la veille du contre-la-montre final. Il n'est pas inscrit au road book, mais le virage Gug sera un point chaud du parcours. Encore une arrivée au sommet, celle-ci sera jugée à Valle Spluga – Alpe Motta, à l'issue d'une ascension de première catégorie

Profil Étape 20 Giro d’Italia 2021: Verbania, Valle Spluga - Alpe Motta

Dernière possibilité pour un grimpeur de s'imposer avec cette 20e étape. © RCS

L'an passé, le chrono final proposait un duel à distance entre l'Australien Jai Hindley et le Britannique Tao Geoghegan Hart. Le premier nommé s'était élancé avec le maillot rose, subtilisé par le second. Avec autant de dénivelé cette année, il y aura de quoi faire des écarts conséquents. Les derniers kilomètres vers Milan devraient se faire en toute sérénité pour le futur vainqueur du Giro.

Les équipes engagées

WorldTeams : AG2R Citroën Team, Astana – Premier Tech, Bahrain Victorious, Bora – Hansgrohe, Cofidis, Deceunink – Quick Step, EF Education – Nippo, Groupama – FDJ, Ineos Grenadiers, Intermarché – Wanty – Gobert matériaux, Israël Start-up nation, Jumbo – Visma, Lotto – Soudal, Movistar Team, Team Bikeexchange, Team DSM, Team Qhubeka Assos, Trek – Segafredo, UAE Team Emirates.

Meilleure ProTeam 2020 : Alpecin – Fenix

Wild cards : Androni Giocattoli – Sidermec, Bardiani CSF Faizane, Eolo – Kometa cycling Team.

Le Giro en chiffres

104 – En 2021, RCS organise le 104e Giro d'Italia.

90 – Cette année, le maillot rose fête ses 90 ans. Fausto Coppi et Eddy Merckx ont ramené cinq fois chacun cette tunique. Alfredo Binda a également gagné cinq fois le Giro mais n'a que celui de l'édition 1933 dans sa collection, le maillot rose ayant vu le jour en 1931.

Image

© RCS

1989 – Année de la dernière victoire d'un coureur français. Laurent Fignon s'imposait devant Flavio Giupponi et Andrew Hampsten.

3479.9 – C'est le nombre de kilomètres qu'il faudra effectuer du 8 au 30 mai. Le tour de France ne fera “que” 3383 km.

47000 – Il y aura 47000 m de dénivelé positif durant ces trois semaines.

13 – Les cols hors catégorie n'existent pas dans la classification RCS. Treize cols de 1re catégorie sont répertoriés cette année sur le livre de route. Parmi eux, cinq culminent au dessus de 2000 m d'altitude.

23 – Une nouvelle règle de l'UCI permet aux organisateurs de grands tours d'inscrire une vingt-troisième équipe, Avec l'exclusion de Vini Zabù, Androni Giocattoli-Sidermec bénéficie de la dernière Wild card.

Le palmarès récent

2011 Drapeau de l'Italie Michele Scarponi Drapeau de l'Italie Vincenzo Nibali Drapeau de la France John Gadret
2012 Drapeau du Canada Ryder Hesjedal Drapeau de l'Espagne Joaquim Rodríguez Drapeau de la Belgique Thomas De Gendt
2013 Drapeau de l'Italie Vincenzo Nibali Drapeau de la Colombie Rigoberto Urán Drapeau de l'Australie Cadel Evans
2014 Drapeau de la Colombie Nairo Quintana Drapeau de la Colombie Rigoberto Urán Drapeau de l'Italie Fabio Aru
2015 Drapeau de l'Espagne Alberto Contador Drapeau de l'Italie Fabio Aru Drapeau de l'Espagne Mikel Landa
2016 Drapeau de l'Italie Vincenzo Nibali Drapeau de la Colombie Esteban Chaves Drapeau de l'Espagne Alejandro Valverde
2017 Drapeau des Pays-Bas Tom Dumoulin Drapeau de la Colombie Nairo Quintana Drapeau de l'Italie Vincenzo Nibali
2018 Drapeau du Royaume-Uni Christopher Froome Drapeau des Pays-Bas Tom Dumoulin Drapeau de la Colombie Miguel Ángel López
2019 Drapeau de l'Équateur Richard Carapaz Drapeau de l'Italie Vincenzo Nibali Drapeau de la Slovénie Primož Roglič
2020 Drapeau du Royaume-Uni Tao Geoghegan Hart Drapeau de l'Australie Jai Hindley Drapeau des Pays-Bas Wilco Kelderman

 

Le Giro d'Italia offre toujours son lot de surprises. Ce premier grand tour de l'année est plein de promesses, les tifosi vont vibrer pendant trois semaines.

Crédit photos et profils : RCS

Dernières publications
Remonter au début