Football

Athlético Marseille : clap de fin pour l’ex-Marseille Consolat

L’ex-Marseille Consolat, l’Athlético Marseille, a déposé le bilan ce vendredi 1er juillet. Retour sur un club familial qui a longtemps rêvé du monde professionnel avant de s’écrouler, la faute à une gestion catastrophique. 

Cette fois-ci, c’est le coup de grâce pour l’Athlético Marseille. Déjà relégué administrativement en National 3 en 2019, le club phocéen a été liquidé par le tribunal de commerce de Marseille, vendredi dernier. Une décision qui ne surprendra personne car les problèmes financiers du club présidé par Jean-Luc Mingallon étaient devenus trop récurrents. 

Une épopée jusqu’aux portes de la Ligue 2

24 mai 2014, À la faveur d’un succès contre l’AS Cannes (3-0), Marseille Consolat accède au National (troisième division française). Une première dans l’histoire du club basé dans les quartiers nord de Marseille. Un exploit car le futur Athlético Marseille s’avançait sur la ligne de départ avec un budget modeste de 300 000 €. Une réussite liée au formidable esprit de groupe au sein d’une bande de copains.

Malgré des débuts compliqués dans l’antichambre du football professionnel français, le club phocéen parvient à se maintenir avec une très belle 13ème place. Un maintien que Marseille Consolat doit en partie à l’arrivée de Nicolas Usai sur le banc en octobre 2014. Le plus petit budget du championnat montre ainsi qu’il va falloir compter sur lui pour les années à venir.

Débarrassé de son image fantasmée de club de voyou, le club des quartiers nord se construit pas à pas. Surprenant 5ème du National en 2015, le groupe sportif Consolat échoue de 3 petits points d’obtenir une montée en Ligue 2. Pire l’année d’après, les marseillais ratent leur rêve d’accéder au foot professionnel à la faveur d’une différence de buts inférieure à celle du 3éme, le Paris FC.

La saison du faux pas

Désormais considéré comme un prétendant sérieux à la montée, Marseille Consolat se sait attendu pour cette édition 2017-2018 du National. Pourtant le club a connu une intersaison compliquée avec les départs de cadres tels que Julien Lopez mais surtout l’emblématique buteur Umut Bozok qui rejoint Nîmes. 

De plus, l’organigramme du club des quartiers nord de Marseille va être aussi largement bouleversé cette saison. Fin septembre 2017, Eric Chelle quitte ses fonctions d’entraîneur au profit de son adjoint Marc Collat qui sera remplacé lui aussi deux mois plus tard par Dominique Bijotat. En novembre, c’est l’illustre président Jean-Luc Mingallon présent au club depuis 1984 qui est évincé au profit de Yayoui Rachid.

Cette instabilité conduit le club à un exercice catastrophique en championnat conclut à la 17ème place, synonyme de relégation en National 2. Un retour en arrière pour Marseille Consolat qui se rêvait de plus en plus de devenir le deuxième club professionnel de la ville.

Une fragilité financière fatale à l’Athlético Marseille

Cette relégation ne décourage pas les ambitions de grandeur du club phocéen. Pour son retour en National 2, Marseille Consolat change de nom au profit de celui de l’Athlético Marseille. Un nom évocateur mais qui fait face aux limites du budget des “bleu et noir”. En effet, après une décevante 5ème place, le club est rétrogradé administrativement en National 3. 

Le début de la fin pour l’Athlético Marseille. L’année d’après les marseillais réussissent l’exploit de remonter en National 2. Problème, le club subit une nouvelle rétrogradation administrative en Régional 2 pour des irrégularités financières. Outre l’interrogation sur certaines recettes du club, une fausse lettre de Renaud Muselier est présentée pour justifier des subventions à venir. Si le club parvient à rester en N3, son président Karim Aklil est lui suspendu de toutes fonctions dans le football français pendant 10 ans. 

En grande difficulté financière, le destin du club est scellé malgré le retour de Jean-Luc Mingallon en tant que président en octobre 2021. Dans une interview accordée à La Provence en mai dernier, ce dernier avait reconnu que le club était endetté à hauteur de 800 000 . Ainsi, le couperet est définitivement tombé ce vendredi 1er juillet quand la liquidation du club a été actée par le tribunal de commerce de Marseille.

 

Dernières publications

En haut