Basketball

Bilan NBA 2018-2019 : Boston Celtics, une saison verte et pas vraiment mûre

Poursuite de nos bilans de la saison NBA. Aujourd’hui direction le Massachusetts dans la franchise historique des Celtics. Après une saison marquée par des play-offs impressionnants malgré les absences de Kyrie et de Hayward et l’avènement des jeunes, on annonçait une saison au sommet pour Boston. Retour sur une saison décevante, irrégulière et éprouvante. 

 

La draft :

Fin amateur de pick de draft, Boston possédait cette saison le 27e choix. Ils sélectionnent l’intérieur de Texas, Robert Williams. Un beau bébé de 2,08 m avec une

grosse mobilité et des qualités physiques impressionnantes pouvant jouer poste 4/5. Mais comme le veut la tradition, surtout dans une équipe qui veut gagner comme Boston, le rookie n’as pas eu beaucoup de minutes à se mettre sous la dent.

 

La saison :

Crédit : NBA.com

Avec 49 victoires pour 33 défaites, on pourrait croire que le bilan de Boston n’est pas si mauvais. Mais par rapport à l’an dernier c’est 6 victoires de moins et cette fois-ci avec la présence de Kyrie Irving et de Gordon Hayward. Les Ce’s se classent 4e de l’Est derrière les Sixers alors que beaucoup les pronostiquaient à la première place. Ce qui marque cette saison c’est son irrégularité, Brad Stevens a eu beaucoup de mal à trouver la bonne formule, ajustant en permanence son 5 de départ. Alignant au début de saison Gordon Hayward, le reléguant ensuite sur le banc, comme ce fut aussi le cas pour Jaylen Brown. Capable d’enchaîner 8 victoires de suites ( novembre-décembre) et d’ensuite en perdre 3 contre des adversaires plus faibles. Au niveau statistiques Krie domine le tableau avec 24 points, 5 rebonds et 7 passes suivi de Jayson Tatum (15,7 points, 6 rebonds). 

 

Une mauvaise régulière peut-elle être suivie de bons playoffs? Nous étions en droit d’en douter, le premier tour contre Indiana est pourtant convaincant. Malgré des matchs serrés les Celtcis sweep (4/0) les Pacers, on pense que les Celtics ont activé le mode play-offs. Au second tour c’est un autre adversaire qui se dresse sur leur route les Bucks. Le premier match est un modèle de défense avec un Giannis rarement autant en difficulté (7/21 au tir)  et une victoire 122-90. Mais cette belle victoire ne va pas être confirmée et les Celtics ne pourront rien contre la supériorité de Milwaukee qui enchaînera 4 victoires de suite pour filer en finales de conférence. Et le moins que l’on puis dire c’est qu’au vu de la saison c’est plutôt logique.

 

Le Mvp de la rédac :

(Photo by Maddie Meyer/Getty Images)

Difficile de sortir un Mvp dans une saison collective aussi décevante. Mais soulignons l’excellent travail de Marcus Morris auteur probablement de la meilleure saison de sa carrière avec pratiquement 14 points et 5 rebonds de moyenne. Véritable pitbull défensif et très bon attaquant il a sorti plus d’une fois les Celtics du pétrin. Autre joueur à avoir réalisé une belle saison Al Horford avec ses 13,6 points, 7 rebonds et 4 passes et toujours nominé parmi les meilleurs défenseurs de la ligue. Mais les deux joueurs free-agent n’ont pas été prolongés par les Celtics et sont partis vers d’autres cieux ( les Kniks pour Morris et les Sixers pour Horford) ils manqueront au collectif des Celtics.

 

La saucisse de la rédac :

Pour cette saucisse nous ne prendrons pas un joueur mais un aspect de la saison. L’atmosphère du vestiaire des Celtics ne fut pas au beau fixe, tout au long de la saison nous n’avons jamais senti un colllectif uni. Cette équipe manquait de leaders vocaux capable de remobiliser les joueurs dans les moments durs. Plusieurs fois dans la saison les supporters ont pus assister à des embrouilles au bord du terrain. Avec par exemple celle du 11 janvier entre Jaylen Brown et Marcus Morris, en plein temps mort face au Heat. Gary Washburn du Boston Globe racontait que “les joueurs ne sont pas en clash, mais ils ne sont pas proches les uns des autres”. Cette atmosphère va t’elle s’arranger après les nombreux départs ? A voir l’an prochain.

 

Avis de la rédac : 

Une saison décevante, de nombreux départs et un vestiaire à reconstruire. Brad Stevens doit retrouver son flair et ce qui a fait sa réputation d’un des meilleurs coachs de la Ligue. Kyrie parti au Nets, Kemba Walker débarque à Boston, tout comme Enes Kanter venu remplacer Al,Horford. L’équipe doit retrouver de la régularité et revenir sur le trône de l’Est.

 

 

Retrouvez aussi nos bilans précédents

Bilan NBA 2018/2019 : Houston Rockets

 



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
elementum ut ipsum libero risus consectetur ut