Canal + et le sport : 35 ans d’amour

En ce lundi 4 novembre 2019, la chaîne emblématique de la diffusion sportive, Canal +, fêtera ses trente-cinq ans. La quatrième chaîne a, depuis sa création, entretenu une histoire d’amour avec le sport. Comme pour tout couple atteignant les noces de rubis, il y a eu des hauts et des bas, mais la passion a toujours été au rendez-vous. Retour sur le lien étroit entre Canal + et le sport. 

 

Le diffuseur historique

Quel passionné de sport n’a jamais frissonné au son de la voix de George Eddy lors d’une finale NBA, vibré lors d’un PSG – OM commenté par Michel Denisot et Charles Biétry ou dîné un dimanche soir devant le Canal Football Club d’Hervé Mathoux ? Il y a déjà trente-cinq ans que la chaîne cryptée mythique est apparue pour la première fois sur le petit écran. A l’origine uniquement dédiée au cinéma, il n’a fallu que cinq jours pour qu’un Nantes – Monaco devienne le premier match de football diffusé sur Canal +. Depuis cette date, ce ne sont pas moins de 10 000 matchs de D1 puis de Ligue 1 filmés, vingt-huit saisons de NBA couvertes ou encore vingt-quatre boucliers de Brennus soulevés.

Canal + s’est aussi distinguée dans sa manière de couvrir les événements sportifs. Une vraie révolution en 1984 : prise d’antenne plusieurs dizaines de minutes avant le coup d’envoi, multiplication des caméras pour une expérience optimale du téléspectateur, des interviews à la mi-temps des matchs… Bien loin de ce que proposait le service public à l’époque.

De plus, la chaîne et ses canaux réservés au sport ont toujours mis un point d’honneur à proposer un contenu qualitatif en n’acquérant que des droits télé d’événements “haut de gamme”. C’est ce qu’a déclaré Cyril Linette, directeur des sports de la chaîne, en 2013 après l’acquisition des droits de la Formule 1 : “Cela renforce de surcroît ce que nous avons cherché à faire depuis deux ans, à savoir une vraie montée en gamme sur le sport. On est complètement dans cette stratégie”. Ainsi, le groupe Vivendi (propriétaire des chaînes Canal) possède les droits des championnats d’élite des deux sports les plus importants en France (la Ligue 1 de football et le Top 14 de rugby), a longtemps détenu les droits de diffusion de la Ligue des Champions de football et reste le diffuseur historique de la Premier League anglaise, championnat le plus attractif au monde.

L’équipe du Canal Football Club qui se réunit tous les dimanches autour d’Hervé Mathoux en 2018 / Twitter

Un véritable acteur du sport

Il était impossible d’écrire un article sur le lien entre Canal + et le sport sans mentionner son influence au sein même du sport de haut niveau. Le groupe possède en partie le Top 14 de rugby ou a des actions dans diverses organisations sportives. Mais son plus grand fait d’armes reste l’achat, presque intégral, en 1991, du Paris-Saint-Germain. Canal + devenait alors, pour quinze ans, un des plus grands acteurs du sport en France. En reprenant le club de la capitale, la chaîne s’est retrouvée dans une situation inédite du diffuseur diffusé, surtout en nommant Michel Denisot président du club.

Ainsi, le célèbre commentateur sportif et directeur des sports de Canal devenait le président d’un des clubs de football les plus importants de l’époque mais à l’histoire récente et au palmarès peu garni. En l’espace de quinze ans, le club a pris une toute autre dimension en remportant un championnat de France, cinq Coupes de France et une Coupe d’Europe des vainqueurs de coupes.

Le coup de maître : le Classico

Il est difficile de remonter aux origines de la “rivalité historique” entre le PSG et l’OM. Bien que Paris et Marseille soient les deux plus grandes villes de France et qu’un affrontement “Capitale” VS “Province”, “Nord” VS “Sud”, soit assez lourd de sens, les deux équipes n’ont pas toujours été ennemies et aucun événement particulier n’a été le fondement de cette animosité. En réalité, l’histoire est plus commerciale que sportive.

Au début des années 1990, Bernard Tapie, illustre homme d’affaires et président de l’OM, cherche un nouvel adversaire à la taille de son club suite au déclin progressif des Girondins de Bordeaux. Il décide alors de contacter Michel Denisot, responsable du PSG mais aussi de Canal +. Les deux hommes créent donc une immense attente avant chaque confrontation, bénéficiant à la fois au diffuseur et au diffusé. Trente ans plus tard, la rivalité existe toujours, le Classico reste attendu par tous les suiveurs de Ligue 1, même si l’enjeu sportif a presque totalement disparu…

Michel Denisot et Bernard Tapie assistent au PSG-OM de 1992 / OhMyGoal

Une influence indélébile sur le spectateur

Canal + a influencé et influence toujours le monde du sport, que ce soit sur le terrain ou en dehors. Malgré la récente entrée en concurrence de mastodontes médiatico-financiers comme beIN Sports, RMC Sport ou bientôt Mediapro, la chaîne cryptée a marqué plusieurs générations de téléspectateurs grâce à ce fameux “esprit Canal” mêlant humour décalé et expertise qualitative. Des émissions comme L’Equipe du Dimanche de Thomas Thouroude ou des rubriques comme celle de Julien Cazarre dans J+1 resteront mythiques pour les millions de passionnés de sport. Nombreux sont ceux qui voient la perte d’exclusivité des droits télé de Canal + avec beaucoup de nostalgie. En témoignent les récurrents appels sur les réseaux sociaux à un retour définitif de la Premier League sur Canal + et de son émission associée Match of Ze Day.

 

Canal +, en trente-cinq ans d’existence, a donc marqué l’histoire de la diffusion du sport en France et du sport français en général. Son hégémonie est lourdement bousculée depuis environ cinq ans mais nul doute que la chaîne, qui est toujours restée fidèle à ses principes, ne profite du déclin de ses concurrents en quête de rentabilité. 

Crédits photo de Une : Libération 

@TheoPutavy

 

A propos de l'auteur

Chelsea, OM, Giants, Equipe de France: oui j'aime le bleu. Passionné de sport, je passe tout mon temps libre à regarder du foot (surtout la Premier League), la NFL et le cyclisme. A part ça je suis accessoirement étudiant en L3 de LEMA (Lettres Edition Médias Audiovisuel)-Anglais à la Sorbonne.

Poster un commentaire

efficitur. Donec adipiscing Nullam in dapibus fringilla quis dolor. sed Praesent elementum