Ligue des Champions

Comment Benfica a surmonté les troubles internes pour atteindre les quarts de finale de la Ligue des champions.

Benfica

“Nous devrions nous concentrer sur le derby, sans perdre de temps avec ça”, ont insisté les joueurs de Benfica. C'était fin décembre et le manager Jorge Jesus avait réuni son équipe pour discuter de ce qui s'était dit dans le vestiaire après la défaite 3-0 contre Porto en Coupe du Portugal.

Jorge Jesus avait manqué ce match pour cause de suspension, mais il avait appris qu'un des capitaines de l'équipe, Pizzi, l'avait insulté et avait donc demandé au vétéran milieu de terrain de répéter ce qu'il avait dit, mot pour mot. Pizzi a nié l'avoir offensé. Jésus ne le croit pas et annonce que le milieu de terrain ne s'entraînera plus avec l'équipe première.

Alors que l'entraîneur de 67 ans quitte la salle, le reste de l'équipe discute pendant une minute et prend une décision rapide : si Pizzi est exclu de la séance, ils ne s'entraîneront pas non plus. Il n'y avait pas de retour en arrière possible – c'était Jésus contre les joueurs. En 48 heures, Jésus est sur le point de quitter le géant portugais. Cela aurait pu être un tournant pour eux, mais ça n'a pas été le cas.

Un jour plus tard, Benfica jouait à nouveau contre Porto, et n'avait alors que quatre points de retard sur son rival du nord. Alors qu'ils s'apprêtent à accueillir Liverpool mardi en quart de finale de la Ligue des champions, ils sont à 15 points de la tête et hors de la course au titre de champion pour une nouvelle année.

Il n'est pas surprenant qu'une saison qui a commencé par l'assignation à résidence de Luis Filipe Vieira, président du club depuis 2003, se termine ainsi. Il a ensuite démissionné pour fraude fiscale et blanchiment d'argent présumés, bien qu'il n'y ait pas encore eu de condamnation et que ses avocats nient ces allégations.

La question que l'on se pose aujourd'hui est différente : comment diable une équipe qui a traversé tout cela et qui n'a même pas pu battre des clubs comme Vizela et Gil Vicente a-t-elle pu aller aussi loin en Ligue des champions ?

“Il est temps de se débarrasser de toute pression”

Au cours des derniers mois, des fuites de conversations révélant, par exemple, que José Mourinho a fait pression pour que Benfica nomme Laurent Blanc au lieu de Jesus comme manager ont fait les gros titres presque tous les jours au Portugal. Elles font partie des enregistrements audio réalisés par les procureurs dans le cadre de l'enquête sur Vieira et ses partenaires les plus proches, et ont révélé une grande partie des affaires du club.

Avec autant de bruit en dehors du terrain, il est difficile d'imaginer un scénario dans lequel Benfica aurait pu rester concentré sur le football. “Il est tout à fait naturel que les joueurs finissent par être affectés par cela aussi”, a déclaré Ricardo Rocha, ancien défenseur central de Benfica, Tottenham et Portsmouth, à BBC Sport.

“Bien que beaucoup de ces problèmes ne soient pas liés au jeu, ils rendent certainement beaucoup plus compliqué pour l'équipe d'atteindre ses objectifs. Et c'est une équipe dont on attend qu'elle se batte pour chaque trophée. Mais là encore, il est beaucoup plus difficile de le faire lorsque vous avez autant de problèmes autour de la structure du club. Il y a eu des élections présidentielles, un nouveau président [la légende portugaise Rui Costa] et un nouvel entraîneur [Nelson Verissimo, qui s'occupait auparavant des réserves]. Ces choses affectent évidemment votre quotidien et cela se voit à la façon dont l'équipe s'est comportée dans le championnat portugais – ils ne sont pas dans la position qu'ils voulaient. Depuis que Verissimo a pris les rênes, cependant, il a réussi à unir les joueurs et, après avoir atteint les quarts de finale de la Ligue des champions, il est maintenant temps pour eux de se débarrasser de toute pression et de jouer leur football contre Liverpool” a ajouté l'ancien défenseur.

La victoire de Benfica en 2006 contre Liverpool se répétera-t-elle ?

En difficulté pendant la majeure partie de la saison nationale, Benfica a connu ses meilleurs moments en Ligue des champions : il a battu le PSV Eindhoven en barrages, Barcelone en phase de groupes et l'Ajax en huitièmes de finale.

C'est beaucoup plus que ce qu'ils auraient pu espérer, mais ils veulent poursuivre leur aventure européenne. S'ils y parviennent, ils auront imité Rocha et ses coéquipiers, qui ont créé la surprise en éliminant Liverpool en huitième de finale de la Ligue des champions en 2006.

“Je dirais que Liverpool est encore plus fort aujourd'hui, mais à l'époque, ils étaient les tenants du titre et une équipe très difficile à affronter”, a déclaré Rocha. “Cela ne nous a pas empêchés de croire que nous pouvions encore aller de l'avant et nous avons donc continué à les battre dans les deux matchs. C'est la mentalité qu'il faut avoir pour ce genre de match.”

Tout au long de cette campagne, Benfica a semblé bien plus à l'aise en défense que lorsqu'il a dû prendre le contrôle des matchs. C'est peut-être la clé pour comprendre pourquoi ils se retrouvent parmi les huit meilleurs clubs d'Europe, mais ils n'ont pas pu s'imposer contre Braga en championnat vendredi, s'inclinant 3-2.

Benfica doit “exposer les points faibles de Liverpool” mardi soir, a déclaré Rocha, et que le meilleur buteur Darwin Nunez – avec 27 buts et trois passes décisives cette saison – et le duo défensif Jan Vertonghen et Nicolas Otamendi seront “absolument cruciaux” pour eux. “Toute l'équipe devra être à son niveau si elle veut continuer à rêver”, a-t-il ajouté.

Tetê, la nouvelle merveille brésilienne de l’OL

Hugo Ekitike, la nouvelle pépite du Stade de Reims

Cinq choses à savoir sur Jonathan David

Dernières publications

En haut