Championnats Etranger

Dynamo Kiev : une tournée pour la paix

Dynamo Kiev

Lorsque les premières bombes russes ont explosé près de la capitale ukrainienne Kiev et d'autres villes du pays aux premières heures du 24 février, le football n'avait plus d'importance. Mais aujourd'hui, près de deux mois après le début de la guerre, le football peut contribuer à guérir une nation blessé. Le Dynamo Kiev est donc parti en tournée en Europe.

Le Dynamo Kiev, le club le plus célèbre du pays, a élaboré un plan. Ils ont demandé au président Volodymyr Zelensky l'autorisation de faire une tournée en Europe pour faire passer le message de paix de l'Ukraine sur tout le continent. Le football est le canal qu'ils veulent utiliser pour raconter aux gens une histoire de deuil et d'espoir, la gratitude qu'ils ressentent pour les portes ouvertes qu'ils ont trouvées à l'étranger, et leur fureur contre les horreurs laissées par les envahisseurs.

Un tournée pour oublier l'horreur 

Alors qu'il se prépare à l'entraînement à Bucarest, en Roumanie, où les joueurs du Dynamo campent après leur voyage depuis l'Ukraine, l'entraîneur principal roumain Mircea Lucescu ne peut se permettre le luxe de sourire. Pas encore. À 76 ans, il est le plus ancien entraîneur encore en activité dans le football européen de haut niveau, mais il est infatigable.

À part les quatre étrangers de l'équipe du Dynamo qui ont trouvé des contrats à court terme ailleurs après le début de la guerre, Lucescu a tous ses joueurs avec lui. Au cours des 50 derniers jours, l'entraîneur et ses assistants ont organisé des bus pour les personnes fuyant la guerre, relogé d'innombrables familles et aidé les femmes enceintes des joueurs à trouver des médecins pour s'occuper d'elles.

Ils s'entraînent avec leurs pieds à Bucarest, mais leur cœur est en Ukraine. Les séances d'entraînement durent plus d'une heure dans une ambiance bizarre. Les joueurs ne se décontractent que lorsqu'ils font le tour du terrain pour s'échauffer. Ils ne crient pas, ne plaisantent pas, comme c'est le cas lors de la plupart des entraînements de football. Le silence est rompu par de brefs ordres de l'équipe d'entraîneurs. C'est la façon habituelle de communiquer de Lucescu et cela rappelle à tous comment c'était avant que la guerre ne commence.

“La stabilité émotionnelle et mentale est la chose la plus importante pour ces garçons en ce moment”, déclare Lucescu à BBC Sport alors que les joueurs montent dans le bus de l'équipe une fois l'entraînement terminé. “J'essaie d'agir comme je le fais toujours. Ces heures que nous passons ensemble sont vraiment importantes pour eux. C'est le seul moment de la journée où ils peuvent se concentrer sur d'autres choses que la guerre à la maison. Rien de semblable n'est arrivé dans le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La situation est extrême. Nous ne savons pas quand la guerre va se terminer ni comment les choses vont évoluer. Il est important que nous gardions l'espoir et que nous fassions une déclaration avec notre mission en Europe.”

En 2014, alors qu'il entraînait le Shakhtar Donetsk, grand rival du Dynamo, Lucescu a été contraint de déménager avec toute l'équipe après les premiers affrontements dans la région de Donbas. Il ne s'attendait pas à une invasion de la Russie. “J'ai laissé beaucoup de choses à Donetsk”, se souvient-il. “Les matchs, les dossiers, les soirées de la Ligue des champions et les derbys à la Donbas Arena. Quand nous avons quitté la ville, je n'ai jamais imaginé que je ne reviendrais pas”.

Lorsque les premiers bombardements ont eu lieu en février, Lucescu a cru qu'un orage avait éclaté. “Je me suis réveillé au milieu de la nuit en pensant qu'il y avait un orage dehors.” L'entraîneur a refusé de quitter Kiev dans les premiers jours de la guerre, mais des messages d'ambassades étrangères l'ont exhorté à le faire.

Après 17 heures de route, il a atteint la frontière roumaine. Arcadie Zaporojanu, consultant du club Dynamo Kyiv, est resté en contact régulier avec le propriétaire, Ihor Surkis, ainsi qu'avec les joueurs et leurs familles. Avec Lucescu, il a organisé deux bus pour emmener les proches des joueurs hors de la zone de guerre et les mettre en sécurité dans la Roumanie voisine. “Il y avait 82 personnes dont nous devions nous occuper et je suis impressionné par la solidarité manifestée en Roumanie”, dit Zaporojanu. “Il y avait beaucoup de femmes et d'enfants et deux hommes. Certaines des familles avaient leurs chats et leurs chiens avec elles dans le bus, il y avait aussi un perroquet. Ces scènes m'ont fortement marqué.”

Le président Zelensky a dû signer lui-même la lettre permettant aux joueurs du Dynamo de quitter le pays et de commencer leur tournoi. Inspiré par les actions du Dynamo, le Shakhtar s'est également porté candidat et a obtenu le droit de s'entraîner et de jouer à l'étranger. Outre leur action caritative, les deux clubs ont pour objectif de préparer les internationaux ukrainiens pour leur match de barrage de la Coupe du monde contre l'Écosse le 7 juin. En cas de victoire à Hampden Park, l'Ukraine se rendra au Pays de Galles pour un match de qualification qui aura lieu quelques jours plus tard.

Avant de se rendre en Roumanie il y a une semaine, les joueurs du Dynamo ont campé sur la base d'entraînement du club, à l'extérieur de Kiev, puis se sont installés dans un autre endroit, dans une forêt, à 100 km de Lviv. Leur voyage jusqu'à Bucarest a duré près de 48 heures.

“Lorsque M. Lucescu et moi avons quitté Kiev, nous avons regardé les joueurs dans les yeux”, raconte Zaporojanu. “Nous partions et ils restaient. L'expression de leurs yeux est restée avec nous. Maintenant, nous sommes à nouveau ensemble. C'est comme ça que ça devrait être, nous devrions tous être ensemble en paix. “

Les joueurs du Dynamo Kiev ont apporté leurs histoires avec eux à Bucarest, ainsi que l'angoisse de ce que traverse leur nation. Les nouvelles les frappent. “Ils ont des familles à Mariupol ou autour des villes qui sont attaquées”, explique Zaporojanu. “Heureusement, ils ont tous pu sortir de la zone de conflit à temps. Mais l'un des recruteurs du club, Volodymyr Bezsonov, qui est un grand nom de l'histoire du Dynamo, s'implique activement dans la défense de l'Ukraine. “

Un match contre City et le PSG ?

La tournée européenne du Dynamo Kiev débute mardi, lorsque les 16 fois champions d'Ukraine affronteront le Legia à Varsovie. “C'est un match symbolique, car la Pologne a été plus qu'impliquée dans cette crise”, explique Lucescu. “Ils étaient là pour le peuple ukrainien et leur ont montré de la chaleur”.

Le Dynamo Kiev se rendra ensuite à Istanbul pour jouer contre Galatasaray, avant de retourner à Bucarest pendant une semaine pour rencontrer le club local FCSB. En avril également, ils s'envoleront pour affronter le Borussia Dortmund et le Dinamo Zagreb. Lucescu a été impressionné par le soutien de Pep Guardiola et le Dynamo espère rencontrer son équipe de Manchester City en mai. Le manager du Real Madrid, Carlo Ancelotti, le président du Paris St-Germain, Nasser Al-Khelaifi, et le directeur sportif, Leonardo, ont également manifesté leur solidarité avec la lutte du Dynamo.

“Nous ne voulons pas seulement jouer contre Manchester City, nous sommes ouverts aux invitations de plus de clubs en Angleterre, car c'est l'un des pays qui a condamné la guerre avec férocité”, a déclaré Lucescu. “Nous avons parlé à Pep et nous le remercions pour sa volonté de jouer un match, mais nous devrons voir en fonction du calendrier de City. Il ne s'agit pas de football, le football est juste notre véhicule. Une invitation à jouer est un signe pour ceux qui sont en Ukraine, pour ceux qui combattent ou qui souffrent, pour ceux qui doivent se cacher à cause des bombardements. Ce n'est pas seulement un jeu. Si vous y assistez, vous montrez que vous vous souciez de ce qui se passe. Mon rêve était de jouer dans tous les pays qui ont montré leur soutien au peuple ukrainien pendant cette période. Nous ne devons pas oublier. Nous ne devons pas retourner à notre routine quotidienne et oublier l'Ukraine. Ces jeux viennent honorer les victimes et donner de l'espoir et du réconfort à tous en Ukraine.”

Tetê, la nouvelle merveille brésilienne de l’OL

Hugo Ekitike, la nouvelle pépite du Stade de Reims

Cinq choses à savoir sur Jonathan David

Dernières publications

En haut