Euro

Euro 2024 : “On a fait un match laid”, le constat cinglant d’Eduardo Camavinga

Entré en cours de match contre la Pologne mardi, Eduardo Camavinga n'a pas pu empêcher les Bleus de concéder le match nul (1-1). Le milieu de terrain a ensuite dressé un bilan dur du match de la France.

Les Bleus s'attendaient forcément à mieux. Contre la Pologne mardi, la France s'est procuré plusieurs occasions mais a finalement concédé le match nul (1-1), Kylian Mbappé et Robert Lewandowski marquant chacun sur pénalty. Une performance qui prive l'équipe de France de la première place du groupe D, chipée par l'Autriche après sa victoire contre les Pays-Bas (3-2), les Bleus devant se contenter de la deuxième place.

Un classement décevant, comme l'a notamment admis Eduardo Camavinga. “C'est une déception pour tout le monde, on avait à cœur de finir premier de ce groupe. On a fait le plus important en assurant la qualification”, a expliqué en zone mixte le milieu de terrain, entré en jeu pour les trente dernières minutes. “Aujourd'hui, on a fait un match laid, mais ce n'est pas la fin du monde, on est qualifié, c'est le plus important”, a-t-il ajouté.

Besoin de se relever

Comme certains de ses coéquipiers, Adrien Rabiot et et Bradley Barcola en tête, Camavinga a mis en avant le manque “d'efficacité devant le but” des Bleus. Un problème déjà constaté lors des deux premiers matchs de la France, mais que le milieu du Real Madrid a relativisé. “J'ai entièrement confiance en nos attaquants. Quand on a eu besoin d'eux, ils ont toujours répondu présent”, a-t-il avancé, se montrant confiant pour la suite de la compétition.

Loin d'être rassurante lors de la phase de groupes, l'équipe de France débutera la phase à élimination directe lundi prochain. Elle affrontera le deuxième du groupe E en huitièmes de finale et devra montrer un visage plus séduisant pour espérer aller loin dans la compétition. Un changement de visage en lequel croit Eduardo Camavinga. “On est une grande équipe et les grandes équipent se relèvent toujours”, a-t-il déclaré après la rencontre. Réponse dans six jours pour savoir si cet adage se vérifie pour les Bleus.

Les mots "Minnesota Miracle" et "No-Call" sont rayés de mon vocabulaire. Mon cœur pleure la retraite de Drew Brees.

Dernières publications

En haut