Ça roule…

F1 – GP de Turquie – Essais Libres : Verstappen tout en glisse

Max Verstappen a terminé en haut de la feuille des temps des deux séances d’essais libres du GP de Turquie à Istanbul. Une journée où les pilotes ont cherché de l’adhérence, sans forcément la trouver. Ce qui a donné de belles images.

La F1 se prend pour le Trophée Andros à l’Istanbul Park. C’est comme cela que l’on peut résumer la première journée d’essais de F1 sur le tracé stanbouliote. Et dans ces conditions, c’est Max Verstappen qui a su tirer son épingle du jeu. En se montrant le plus rapide, le Batave a montré qu’il pouvait prétendre à la victoire sur ce tracé. Surtout que ses opposants directs, les Mercedes de Bottas et Hamilton, n’arrivent pas à trouver le grip nécessaire pour faire fonctionner leur W11.

Le classement de la première séance d’essais libres – crédit image: @F1

Ferrari : l’autre invité surprise?

L’autre équipe à tirer les marrons du feu (malgré ses difficultés), c’est Ferrari. Avec une monoplace qui a un train arrière très difficile à maintenir en condition normale de course, la SF1000 se porte à son avantage lorsque les conditions d’adhérence sont plus précaires. Cela explique les bons temps des voitures rouges ce vendredi (3e et 2e temps pour Leclerc, 5e et 8e temps pour Vettel).

Côté français, on a pu voir Renault un peu plus en difficulté. Ricciardo et Ocon semblent avoir des difficultés dans ce type de conditions, pour tirer le potentiel de leur auto. Dans le même registre, Grosjean rencontre aussi ces difficultés. Quant à Gasly, lui, il semble s’en accommoder malgré quelques fautes de pilotage, heureusement sans conséquence.

Le classement de la seconde séance d’essais libres – crédit image: @F1

Pourquoi ces conditions?

Il y a plusieurs raisons qui rendent la piste extrêmement difficile à cerner pour les pilotes. L’Istanbul Park est connu pour être une piste très poussiéreuse, peu utilisée. De ce fait, énormément de poussière s’accumule sur la piste. Ce qui gène les monoplace pour tenir la votre sur le bitume. Les conditions climatiques aussi. Par rapport aux autres éditions du GP de Turquie, qui se déroulaient au mois de mai/juin ou en août, il fait nettement plus frais (20°C de température ambiante). Ce sont donc des conditions “nouvelles” pour les équipes, qui n’ont pas pu se préparer correctement sur les simulations. Enfin, l’asphalte a été rénové récemment (dans l’optique du GP). Par conséquent, l’huile du goudron remonte à la surface. La trajectoire est donc très glissante. En plus, il a été décidé de nettoyer la piste peu avant la première session. Ce qui fait qu’en plus d’avoir une piste neuve, “verte” (sans gomme déposée sur la piste), certains endroits étaient toujours humides. Néanmoins les conditions devraient s’améliorer tout au long du week-end… Sauf si la météo en décide autrement.

 

Quoiqu’il en soit, ce fut une journée intéressante, avec des informations à en tirer pour tout le monde. Demain aura lieu la dernière séance d’essais, pour peaufiner les réglages avant la qualification et la course.

Crédit image: F1.com

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
non eget commodo nunc elementum odio