Basketball

ITW : Axel Julien reste focus sur la fin de saison

Alors que la JDA Dijon vit une semaine chargée (finale de la coupe de France perdue samedi face à l’ASVEL, déplacement à Châlons-Reims mardi et réception de Cholet vendredi), le capitaine Axel Julien s’est confié en exclusivité à We Sport sur sa saison, ses objectifs et les Bleus.

We Sport : Bonjour Axel, et merci de nous accorder quelques minutes, tout d’abord comment-allez-vous ?

Axel Julien : Bonjour, ça va merci, même si la saison gagne de plus en plus en intensité et que les organismes commencent à souffrir.

WS : Le mois d’avril a été parfait jusqu’ici en championnat, la JDA semble imbattable depuis quelques semaines, comment jugez-vous cette série ?

AJ : On a eu un coup de moins bien fin mars en perdant à Orléans et à Strasbourg en championnat, mais on a bien réagi ensuite et enchainé avec une série de victoires importantes, notamment une superbe performance à Limoges (ndlr victoire 103-69). C’est important d’avoir su rebondir pour garder notre place en haut du classement.

WS : Quelques mots sur la finale de Coupe de France perdue samedi face à l’ASVEL, j’imagine que la déception prédomine ?

AJ : Malheureusement, notre bonne forme ne nous a pas suffi pour embêter l’ASVEL dans cette finale. Le résultat est logique, ils ont été meilleurs que nous dans énormément de domaines, et surtout dans l’intensité qu’ils ont su mettre. Il aurait fallu réussir à y répondre mieux que ce que nous avons fait pour espérer obtenir quelque chose dans ce match.

WS : La seconde place en Jeep Elite pour l’instant, finale de coupe de France, c’était l’objectif en début de saison ?

AJ : Effectivement l’objectif de début de saison était de faire bonne figure dans toutes les compétitions. La coupe c’est une compétition à part, puisqu’on peut obtenir un titre en à peine quatre matchs. Le calendrier nous a été favorable car nous avons accueilli à chaque fois, et au fur et à mesure c’est devenu un réel objectif. C’est dommage que l’aventure s’arrête en finale.

WS : À l’inverse, le parcours en Coupe d’Europe doit vous laisser un goût amer ?

AJ : Oui et non. On avait très bien commencé, mais à cause de deux défaites assez lourdes (94-54 face à Nymburk et 90-61 face à Tofas), on est éliminé au point-average. C’est décevant mais d’un autre côté, avec la saison que nous vivons, les matchs à répétitions, le protocole COVID, c’est peut-être un mal pour un bien d’êtres sortis de la compétition un peu plus tôt que prévu. Cela nous a permis de nous concentrer sur la scène nationale.

WS : Depuis quelques saisons la JDA s’est imposée comme l’une des places fortes du basket français, faire partie de cette « période » du club, c’est une satisfaction ?

AJ : Bien sûr ! Et puis c’est toujours mieux d’être dans une équipe qui gagne et qui est bien classée que l’inverse. Mais il faut avouer que ça a été beaucoup de travail et d’efforts pour en arriver là et nous sommes récompensés petit à petit. Mais c’est certain que quand je suis arrivé au club ce n’était pas du tout pareil.

(ndlr : 9e en 2015-2016, 13e en 2016-2017, la JDA a depuis redressé la barre et terminé sur le podium de saison régulière ces trois dernières saisons)

WS : À titre personnel, vous réalisez l’une de vos meilleures saisons en carrière, dans la lignée de l’année dernière. À 28 ans, vous pensez pouvoir faire encore mieux ?

AJ : Je ne sais pas, mais je l’espère en tout cas (rires). J’essaie chaque année de m’améliorer, je continue mais avec le temps et l’âge ça devient de plus en plus difficile de trouver des axes de progression.

WS : Vous êtes en fin de contrat à Dijon, certains médias vous envoient à Bourg avec Laurent Legname. Y-a t-il déjà des discussions autour de votre avenir ?

AJ : Je commence tout doucement à y songer, mais aucune décision n’a été prise pour le moment. Je dispose d’une année en option dans mon contrat. Mais la saison est encore loin d’être finie et je dois rester concentré sur les matchs à venir.

WS : Les JO se profilent, alors que vous avez fait partie du groupe de l’Équipe de France pour toute la préparation à l’EuroBasket 2022, vous vous projetez avec les Bleus sur les JO de Tokyo qui arrivent ? On sait qu’avec les joueurs NBA ce sera compliqué d’être dans le groupe, ce serait rageant de ne pas en faire partie ?

AJ : Non, je sais déjà que je ne ferai pas partie du groupe pour Tokyo et c’est logique d’après moi. Je pense que le groupe ressemblera à celui de la dernière Coupe du Monde. Étant donné les joueurs qui y seront, ce n’est pas rageant du tout, et j’espère de tout cœur qu’ils ramèneront quelque chose de beau de là-bas.

S’ils n’ont pas pu défendre leurs chances en play-offs l’an dernier à cause de la crise sanitaire, Axel Julien et les Dijonnais espèrent cette année pouvoir tenter de rivaliser avec les cadors du championnat lors du Final 8 qui clôturera la saison.

Crédit image de une : www.championsleague.basketball

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire