J21 – Jerez 1997 : Villeneuve – Schumacher, une sombre histoire

0

Pendant 30 jours, la rédaction F1 va vous proposer une rétrospective sur un Grand Prix particulier. Que ce soit un GP des années 70 ou tout récent, toutes les générations vont y passer, avec un prisme différent à chaque fois. Des joies, des larmes, des tragédies, des intempéries … de nombreux événements ont marqué le monde de la F1 jusque là. En 1997, alors que la F1 débarque à Jerez en Espagne pour le dernier GP de la saison, Schumacher et Villeneuve peuvent encore être sacrés. Celui qui finit devant l’autre l’emporte. 

1997, saison marquante

Fils de l’illustre Gilles Villeneuve, Jacques Villeneuve débutait sa carrière en F1 en 1996. Rapidement, il devint favori au titre en 1997, notamment au vu de la supériorité de sa Williams – Renault. Jusqu’au GP d’Europe 97, final de cette saison de F1, Schumacher et Villeneuve n’ont pas arrêté de croiser le fer. Tantôt, le Canadien réalisait des prouesses, tantôt l’Allemand surpassait son adversaire. Auteur de 7 victoires cette saison, Villeneuve n’en remportera d’ailleurs pas une de plus les années suivantes. 

Il abordait alors le GP d’Europe avec un seul petit point de retard sur Schumacher. Alors qu’il aurait pu être titré dès le GP précédent à Suzuka, le pilote Williams – Renault fut disqualifié, pour avoir roulé trop vite sous drapeaux jaunes. Jerez devint alors le juge de paix de cette saison très disputée. En 1996, Villeneuve avait du céder la couronne lors du dernier GP face à son coéquipier Damon Hill. Le Canadien ne souhaitait sans doute pas revivre une nouvelle fois une telle déconvenue. 

Ambiance électrique

Peut-être que les cheveux blond platine de Villeneuve annonçaient la couleur. Toujours est-il que, dès les qualifications, l’ambiance devenait très tendue. Fait rarissime en F1, trois pilotes réalisaient le même temps, au millième près, lors des qualifications. Villeneuve, Schumacher et Frentzen bouclaient un tour correct en 1 min 21 s 072. Pour autant, vu que le Canadien avait réalisé ce temps en premier, c’est lui qui s’adjugeait la pole position. Son coéquipier Frentzen partait lui 3e. 

Tout se jouait donc le Dimanche, pendant la course. Les stratégies s’élaboraient, et Villeneuve décidait de partir en pneus usés, tandis que Schumacher faisait le choix de pneus neufs. L’Allemand pris d’ailleurs immédiatement un meilleur départ, creusant rapidement l’écart sur le pilote Williams. Villeneuve laissait passer son coéquipier, qui tentait alors d’aller chercher Schumacher. Sans succès. Après le premier arrêt au stand, Schumacher devance toujours Villeneuve, et Frentzen. Suivaient les deux McLaren de Häkkinen et Coulthard. Après le deuxième arrêt au stand, et grâce à un travail remarquable de ses mécaniciens, Villeneuve s’était rapproché de Schumacher. Plus tard, il déclarera n’avoir qu’une fenêtre très réduite pour dépasser l’Allemand. 

47e tour, virage épique

Ainsi, au 47e tour, le climax de cette saison arriva. Au bout de la ligne droite, Villeneuve déboitait Schumacher, prenant l’intérieur. L’Allemand, qui n’avait pas vu arriver la manoeuvre osée du Canadien, évitait tout d’abord la Williams. Mais, sentant que le Championnat lui échappait entre les doigts, il donna un violent coup de volant sur sa droite, harponnant son rival. Manque de chance, la Ferrari était endommagée, et finissait sa course dans le bac à gravier. Quant au pilote Williams – Renault, il pouvait continuer sa course. Cette manoeuvre délibérée de Schumacher rendra ce Championnat très célèbre à posteriori. 

La Ferrari, qui percuta sa roue avant droite sur le ponton, ne coula pas la Williams. Villeneuve ralentira jusqu’au drapeau à damier, pour ne pas endommager sa monture. Il laissa d’ailleurs passer les deux McLaren en toute fin de course, offrant à Häkkinen sa toute première victoire en Formule 1. Coulthard, deuxième, devançait donc le jeune Canadien, qui devint Champion du Monde au terme d’une course très animée. 

Commission de la FIA, et sanction

Le 11 Novembre 1997, la FIA se rassembla lors d’un Conseil Mondial, pour évaluer l’accident survenu entre Schumacher et Villeneuve. La sanction tomba immédiatement : Schumacher fut accusé d’avoir délibérément percuté Villeneuve, sentant que le vent tournait pour lui. Le caractère prémédité n’étant pas retenu, l’Allemand fut simplement déclassé du Championnat du Monde. Il conserva donc tout de même les points acquis, ses poles et ses victoires. 

À l’issu de cette commission, le titre de Villeneuve était entériné, et il devançait donc son coéquipier au classement des pilotes. Cette année-là courraient d’ailleurs Jos Verstappen (père de Max) et Jan Magnussen (père de Kevin). 

Si le mot « triche » peut paraître un peu fort pour décrire la manœuvre de Schumacher, il en reste pas moins que la sanction est là. Le pilote, déclassé du Championnat du Monde, a délibérément tenté d’annihiler toute chance de victoire de Villeneuve. Heureusement pour le pilote Williams, la chance était ce jour-là de son côté. Les relations, déjà très fraîches entre les deux protagonistes, n’allaient donc pas en s’arrangeant. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here